Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cahuzac, Montebourg, Sarkozy : les très mystérieuses notes de l'ex-patron des renseignements (Russia Today)

par Russia Today 4 Novembre 2016, 16:38 Notes secrètes DGSE Cahuzac François Hollande Suisse Sarkozy Montebourg France Bernard Squarcini

Source: Sputnik
 
Plusieurs notes intrigantes ont été retrouvées dans un coffre-fort de Bernard Squarcini. L'une d'elles affirme notamment que François Hollande connaissait l'existence du compte en Suisse de Jérôme Cahuzac... et évoque un financement occulte du PS.

Bernard Squarcini, ancien chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) n'a décidément pas fini d'agiter la politique française, alors qu'il fait l'objet d'une mise en examen : les enquêteurs ayant saisi les cartons de l'ancien chef des renseignements en avril dernier ont découvert des notes «blanches» (secrètes et officieuses) pour le moins étonnantes, dont la signification et le lien entre elles reste incertains.

La plus troublante des notes retrouvées concerne l'affaire Cahuzac. Elle évoque un «financement de campagne du PS et/ou de DSK» et affirme que François Hollande était parfaitement au courant de l'existence du compte en Suisse de son ministre du budget, bien avant les aveux de celui-ci et les accusations qu'il avait portées contre Michel Rocard, l'ancien Premier ministre dont il disait avoir voulu financer la campagne. Sont également mentionnées huit autres «personnalités de haut rang détenant des comptes en Suisse, et plus spécifiquement à la banque Reyl».

Dans ce qui ressemble à une accumulation de pièces à charge contre différentes personnalités politiques, on retrouve ainsi une note confidentielle évoquant une liste de comptes en Suisse ouverts par des hommes politiques de haut rang, dont Arnaud Montebourg, alors candidat à la primaire socialiste, aurait été en possession. Sur une carte de visite que Bernard Squarcini a épinglée à cette note, on peut lire un petit mot griffonné par Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, en 2011 : «Cher Bernard, avez-vous quelque chose à ce propos ?» On ignore cependant ce qu'Arnaud Montebourg comptait faire de cette liste et la raison pour laquelle Claude Guéant s'y intéressait.

Autre trouvaille étrange : des papiers concernant la sécurisation de l'appartement de Ségolène Royal, après un cambriolage dont elle a été victime en 2008. Celle-ci avait demandé aux renseignements une intervention à ce sujet... dont Bernard Squarcini a visiblement tenu à conserver le détail par écrit.

Une autre note rapporte que Dominique de Villepin, alors Premier ministre, aurait adressé un rappel à l'ordre à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, au sujet d'écoutes téléphoniques abusives. Matignon aurait également prévenu les opérateurs téléphoniques que, sans aval du Premier ministre, ils ne devaient pas obtempérer aux demandes de mise sur écoute du ministère de l'Intérieur.

Interrogé sur la provenance et la crédibilité de ces documents, Bernard Squarcini, ancien chef de la DCRI a affirmé qu'elles provenaient... de rumeurs échangées par des journalistes dans un restaurant du 8e arrondissement. Il a ajouté en avoir découvert le contenu «lors de la perquisition».

Haut de page