Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cameroun: Controverse autour des 1 500 000Fcfa (2280 euros) de Bolloré (Ouest Echos)

par Cameroon Voice 16 Novembre 2016, 09:06 Cameroun Bolloré Catastrophe ferrovière Camrail Eséka Indemnisation Françafrique France

Deux semaines après la tragédie du 21 Octobre 2016 à Eséka, le sujet reste au centre des débats après le geste de la compagnie Camrail qui s'est proposé d'octroyer pour chaque victime de l'incident un montant d'un million de francs en guise de soutien aux frais d'obsèques.

 
 
 

L'émotion reste vive au Cameroun deux semaines après la catastrophe d'Eséka. 237online.com Le déraillement du train 152 de la compagnie Camrail continue d'alimenter les débats bien sur les médias que dans les chaumières. Jusqu'ici, l'on continu à spéculer sur les causes véritables de cette tragédie, l'une des plus graves de l'histoire au Cameroun, en attendant le résultat de la commission d'enquête mise sur pied par le chef d'Etat, Paul Biya. La commission chapotée par le premier ministre, chef du gouvernement Philémon Yang n'a plus que trois semaines pour rendre sa copie.

Les délais de trente jours arrêtés par le président de la République personnellement font en tout cas l'objet de beaucoup d'attente par les citoyens, soifs de voir les responsabilités établies dans cette affaire. Mais en attendant, les familles des victimes accompagnent leurs morts dans leurs dernières demeures. C'est le cas de la famille Justice de Bafoussam qui a séjourné le weekend dernier à Nkongsamba, accompagner l'époux de l'une des siennes qui y a trouvé la mort. Dans cette atmosphère lugubre où Camrail, cette compagnie du groupe français Bolloré est mangé dans toutes les sauces, il devient impératif d'agir, ne serait ce que pour apaiser les cœurs. " Camrail porte à la connaissance des familles ayant déploré la perte d'un parent dans le tragique accident du train 152 survenu à Eséka le 21 Octobre 2016, qu'elles peuvent d'ores et déjà se présenter à la cellule d'assistance aux passagers dans les gares de Douala-Bessengue et de Yaoundé-Gare centrale voyageurs, pour la mise à leur disposition des frais d'obsèques ". A-t-on pu lire dans un communiqué rendu public la semaine dernière par les responsables de cette société d'exploitation ferroviaire au Cameroun, Camrail.

Dans ce communiqué Radio-presse qui a fait le tour des médias, les cadres de la société Camrail n'ont aucunement manqué d'éclairer la lanterne de l'opinion quant aux pièces à produire, afin d'éviter des récupérations de la part des malhonnêtes qui n'attendent que la moindre occasion pour se renflouer les poches. " Les familles qui seront représentées par une personne et un témoin membre de la famille devront se munir de : l'original du certificat du genre de mort, l'original de la Carte Nationale d'Identité ou du passeport de la personne autorisée par la famille, et la copie de la Carte Nationale d'Identité du témoin, membre de la famille ", précise ce communiqué à travers lequel, Camrail renouvelle une fois de plus ses condoléances aux familles des victimes et formule le vœu de prompt rétablissement aux Blessés. Les frais sus évoqués sont d'un million et demi de francs par corps.


FRAIS D'OBSÈQUES OU INDEMNISATION ?
Les familles des victimes du Vendredi noir passent donc à la caisse depuis la semaine dernière. Un coup de pouce certes, qui permettra à beaucoup d'assurer le transport des corps vers leurs villages et d'assurer des obsèques dignes en la mémoire de ces derniers. Mais cette action n'épargne point le citoyen Lambda à des multiples interrogations. Celle qui revient concerne les indemnisations et d'aucuns essayent de comprendre si les 1 500 000Fcfa octroyés pour les obsèques représentent l'indemnisation des familles des victimes. Un montant jugé insignifiant par une certaine opinion. Du coup, une certaine solidarité semble se mettre en branle pour la défense becs et ongles de la cause de ces familles éplorées. On parle d'un collectif baptisé " Tous Eséka " pour qui, la question des indemnisations reste entière malgré la mise à disposition des frais funéraires. " Il faut préciser que parmi les victimes et les morts, il y en a qui sont accidentés, qui ont besoin de soins d'urgence et parfois d'évacuation. 1,5 million de francs Cfa pour ceux qui sont décédés, c'est très peu, et apparemment c'est tout ce que propose Camrail. Il faudrait aller au bout et même s'il faut aller dans un procès nous allons porter plainte ", précise le porte-parole de ce collectif qui s'est déjà entouré d'avocats pour les actions à venir.

NSANGOU MAMA

Ouest Echos

Haut de page