Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crimes de guerre, crimes terroristes en Syrie. La preuve à Alep. (Smn.sy)

par Ghanya Dergham 14 Novembre 2016, 09:09 Al-Quaïda Al-Nosra Terrorisme Alep Crimes de guerre Syrie

Crimes de guerre, crimes terroristes en Syrie. La preuve à Alep. (Smn.sy)

Un criminel terrorise, un autre applaudit, des pratiques honteuses pour l’humanité, le Monde entier garde le silence, des droits piétinés par le terrorisme, des pactes politiques se négocient par des compromis ambigus. Quels sont les vrais objectifs ? La domination de la Syrie par les Forces impérialistes et sionistes ?

Ces derniers inventent des campagnes de guerres imaginaires devant leurs opinions publiques. Ensuite, ils lâchent leurs troupeaux de mercenaires en Orient dans le but de protéger le sionisme dans la région. Ils ont détruit la pierre et l’humain, répandant partout le sang. L’impérialisme a manipulé les opinions afin de prouver que les terroristes ne sont qu’une opposition modérée, dans l’objectif de poursuivre sa guerre, au détriment des innocents barrant la route à toutes les initiatives positives de tous les honnêtes de la terre. Toutefois la réalité de ce qui se passe sur le terrain syrien les désapprouve.

Les terroristes ont battu des records dans les pratiques violentes et criminelles en Syrie, ce que souhaitaient les Etats-Unis ainsi que leurs alliés sionistes et arabes. Pour eux, la violence de ces terroristes doit être à un niveau élevé afin qu’ils puissent exploiter cela dans le domaine politique, économique, médiatique, ainsi que dans les relations diplomatiques et internationales. Sans doute les crimes de guerres des soi-disant rebelles modérés vont s’accentuer plus dans les prochains jours en Syrie.

Des crimes de guerre ont été recensés partout en Syrie. L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme a affirmé que la milice Jaych Al-Islam a utilisée des otages civiles et militaires comme bouclier humain, les mettant en cages, les répartissant dans les rue de Damas afin de s’éviter les bombardements aériens de l’armée syrienne. L’ONG américaine a affirmé, dans un communiqué, que des groupes armés mettent en péril les civils, affirmant que ces pratiques sont contre tous les droits et les conventions. L’ONG considère qu’un tel manque de respect à la dignité humaine est un crime de guerre, rappelant que le Droit International prohibe toutes prises de civils comme bouclier humain.

La coalition internationale a commis aussi un autre crime de guerre en bombardant l’armée syrienne à Deir El-Zor dans un contexte de trêve ainsi que dans le but de permettre à des groupes armés de s’emparer des positions stratégiques dans cette région. De ce fait, la coalition internationale pourrait être perçue comme collaboratrice du terrorisme en Syrie.

Le Journal Guardian a mis le point sur les aveux de l’armée anglaise concernant sa participation à l’attaque américaine contre l’armée syrienne à Deir El-Zor. Selon le journal anglais, ces faits peuvent offrir l’occasion au gouvernement syrien de déposer plainte contre l’Angleterre et les Etats-Unis pour crime de guerre. Le Guardian suppose qu’en cas de dépôt de plainte de la part des familles des victimes syriennes au tribunal international de la Haye pour crime de guerre, l’Angleterre risquerait de se retrouver seule face à cette procédure puisque les Etats-Unis ne sont pas signataires de la convention de la Haye sur les crimes de guerres. Une question mérite d’être posée : pourquoi les Etats-Unis ne sont pas signataires de cette convention ?

Actuellement, il y a des crimes de guerres perpétrés à Alep, avec une montée inouïe de violence. Suite à la trêve humanitaire instaurée par les syriens et les russes pour permettre la libre circulation des civils, l’évacuation des malades et des blessés, et la sortie des combattants de l’est d’Alep, la réponse a été donnée en deux parties.

La première est celle des groupes armés d’Al-Nosra et Al-Zanki interdisant aux civils qui souhaitaient sortir de l’est d’Alep vers l’ouest de faire mouvement, bombardant les passages ouverts par l’armée syrienne à cet effet, retenant les civils comme bouclier humain.

La seconde réponse constitue à elle seule un crime de guerre ; elle s’exprime dans les déclarations du ministre des affaires étrangères américains John Kerry qui s’inquiètent du fait que l’Etat syrien reprenne le contrôle sur la ville d’Alep en chassant complétement les combattants de la ville. Par ses propos M.Kerry a légitimé la prise d’otages des civils par les terroristes à l’est d’Alep. De ce fait, les Etats-Unis apparaissent comme participant d’une façon ou d’une autre aux crimes de guerres commis à Alep, notamment par les compromis politiques et militaires illicites avec le sionisme en Orient.

Leurs crimes et leurs guerres persistent encore et encore en Syrie. Cependant, chaque goutte de sang coulée en Syrie où dans le Monde Arabe par le terrorisme international et sioniste est considérée comme crime de guerre. C’est ce qui pousse les états syrien et russe à proposer plus de trêves dans l’objectif de trouver des solutions politiques et humaines au conflit en Syrie et en même temps mettre un terme aux pratiques terroristes envers les civils, afin que la politique de la paix et de la sécurité vienne contrer celle de l’impérialisme et du terrorisme.

Ghanya Dergham

journaliste syrienne

20.10.2016

 

Article original en arabe : http://smn.sy

Traduit par Antoine Charpentier

Haut de page