Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kigali menace de révéler d’autres noms de Français impliqués dans le génocide de 1994 (APA)

par APA 13 Novembre 2016, 11:15 Paul kagamé Rwanda France Françafrique Génocide Enquête Collaboration

 
Paul Kagamé
 

APA Kigali (Rwanda) - Une nouvelle liste de hauts responsables politiques français accusés de complicité dans le génocide de 1994 contre les Tutsis sera ‘’bientôt’’ publiée, a déclaré la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

Cette annonce intervient un mois à peine après que la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG) a publié une liste de 22 officiers supérieurs de l’armée française accusés d’avoir ‘’délibérément aidé à la planification et à l’exécution du génocide rwandais qui a tué plus d’un million de personnes’’.

Devant les journalistes à Kigali, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, qui est également porte-parole du gouvernement, a déclaré qu’il était temps de diffuser des informations indiquant clairement le rôle joué par certains responsables politiques, des services de renseignements et militaires dans ce génocide, ajoutant que le Rwanda a en assez de ce qu’il qualifie « d’intimidation judiciaire française».

«En tant que pays, nous sommes arrivés à un point où nous devons dire que les activités, l’impunité, l’attitude belligérante et les actions de la France ne sont plus acceptables, a-t-elle dit.

Et d’ajouter : «Dans un avenir très proche et dans les prochaines années, nous, en tant que pays, pensons que nous devons diffuser publiquement, toutes les informations importantes qui indiquent clairement l’implication de différents responsables français, militaires, politiques et des services de renseignements ainsi que tous les individus qui ont joué un rôle dans le génocide ».

Mushikiwabo a affirmé aux journalistes que, malgré l’engagement du gouvernement rwandais à rétablir la relation tendue entre Kigali et Paris, le gouvernement français semble désintéressé.

«Nous savions qu’il ne serait pas facile de mener des activités bilatérales normales avec la France. Nous avons décidé que nous devrions trouver le moyen de réparer la relation, éventuellement et progressivement afin de parvenir à une collaboration normale », a-t-elle encore dit.

« Nous sommes arrivés à un point où, 22 ans après le génocide, nous nous rendons compte que la France n’est pas intéressée par une bonne relation avec le Rwanda », a-t-elle déclaré.

Mushikiwabo a ajouté que les liens entre les deux pays continuent de se dégrader, en raison des actions et de l’implication de la France en tant qu’État ainsi que des individus spécifiques dans les structures françaises, tant militaire que politique.

“Officiellement, la France dit une chose mais un autre niveau d’activité dans différentes institutions fait le contraire. Il ya eu un certain nombre d’activités négatives envers le Rwanda dans différents domaines, dans le monde multilatéral, parfois dans notre voisinage, parfois à travers différents conflits et bien sûr ce qu’ils appellent un processus judiciaire, pourtant c’est de la politique à travers un système judiciaire » a-t-elle affirmé.

Le mois dernier, le CNLG a cité 22 officiers supérieurs français qui servaient au Rwanda au moment du génocide et qui auraient joué un rôle important dans les meurtres qui ont coûté la vie à plus d’un million de personnes.

La France a annoncé récemment qu’elle envisageait de rouvrir des enquêtes sur la chute de l’avion qui transportait l’ancien président rwandais Juvenile Habyarimana.

La décision est largement considérée comme un effort politique masqué par le pouvoir judiciaire, une des multiples tentatives et stratégies de la France visant à affaiblir le Rwanda et détourner la responsabilité de son rôle dans le génocide.

«Permettez-moi de dire deux choses au sujet de ce crash d’avion que la France a saisi et essaye de nous tenir responsable. D’abord, le génocide n’a pas été causé par un accident d’avion. C’est un fait. Il était prémédité et prévu» a-t-elle expliqué.

« Ensuite, s’il y a un pays au-delà du Rwanda qui était conscient et qui était actif dans la préparation du génocide dans les années 1990, c’est la France. La France avait des conseillers politiques au gouvernement génocidaire; La France avait des conseillers militaires et des formateurs pour l’armée et les milices impliquées dans le génocide. La France avait des officiers de renseignements détachés au gouvernement génocidaire. Il ya des noms et des visages. Ce n’est pas quelque chose qui est fabriqué; C’est une information qui est là », a déclaré Mushikiwabo.

Kigali menace de révéler d’autres noms de Français impliqués dans le génocide de 1994 (APA)

Haut de page