Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les progressistes aiment mieux la guerre que les pauvres Blancs (Paul Craig Roberts)

par Paul Craig Roberts 12 Novembre 2016, 23:24 Donald Trump Elections USA Hillary Clinton Guerre Syrie Russie

Les progressistes aiment mieux la guerre que les pauvres Blancs
Paul Craig Roberts

Traduction Petrus Lombard pour Réseau international

La préférence de l’électorat étasunien envers Donald Trump et Bernie Sanders, a mis deux faits en évidence. L’un est que la majorité des Étasuniens ne mordent pas à l’hameçon des médias. L’autre est que seuls les « progressistes » et les « libéraux », qui habitent sur les côtes nord-est de l’Atlantique et occidentales du Pacifique, font confiance à la pressetituée.

L’élection de Trump à la présidence a confirmé la profonde conviction de ces gens imbus de leur personne, que les USA sont un pays de pauvres Blancs racistes. Aujourd’hui, ils nous l’ont répété toute la journée.

De ces gens et de la pressetituée, nous entendons dire que la suprématie blanche a élu Trump. C’est leur propagande, dont l’intention est de discréditer l’administration Trump avant son intronisation. Il est bizarre que la suprématie blanche ait déjà élu deux fois un Noir, Obama.

Truthout l’a complètement oublié. John Knefel déclare: « Les David Duke du monde prévalent. »

Kelly Hayes déclare, « La suprématie blanche a élu Donald Trump. »

Selon William Rivers Pitt, « Nous avons choisi un fasciste que Mussolini reconnaîtrait à vue. »

Hillary n’a remporté qu’une poignée d’États, États qui sont les lieux favoris des Un Pour Cent. Malgré cela, Amy Goodman de Democracy Now voit maintenant du sens dans ce que dit l’écrivain politique John Nichols, selon qui, comme Hillary a remporté New York et la Californie, elle a gagné le vote populaire et devrait être à la Maison Blanche. Je me souviens, il y a quelques jours, George Soros disait que Trump gagnerait le vote populaire, mais le vote électoral irait à Hillary, en débarrassant ainsi les oligarques de Trump.

Earth Justice promet de tenir Trump responsable. Trump qui prévoit de mettre fin à la menace de guerre nucléaire avec la Russie et la Chine, faisant ainsi plus pour sauver la vie animale et humaine que l’intégralité du Parti démocrate et des organisations environnementales, va être tenu responsable par une organisation qui est en dehors de la politique et est vouée à la préservation des animaux de la destruction.

L’ACLU, dont je suis membre, a aussi mis en demeure le président élu qui a dit qu’il nous sauverait de la guerre nucléaire. Devant une idiotie pareille de l’ACLU, je ne renouvellerai pas mon adhésion.

Les féministes nous racontent que nous sommes « en deuil, effrayés et en état de choc », et qu’« il est essentiel que nous nous soutenions mutuellement. »

Jeremy Ben-Ami de la communauté juive de J Street, nous dit que c’est « une journée incroyablement triste et difficile. Pour les dizaines de millions d’Étasuniens qui partagent un corps de croyances en la tolérance, la décence et la justice sociale, les résultats des élections sont un grave choc. En ce moment éprouvant, nous nous tournons les uns vers les autres pour le confort et la communauté. Au cours de cette élection, J Street a clairement exprimé notre conviction que Donald Trump n’est pas apte à être président des USA. »

Van Jones, commentateur de CNN, a dit que l’élection de Trump est un cauchemar, « un moment profondément douloureux », « une violente réaction des Blancs » contre les minorités. Alors qu’il se lamentait du chagrin infligé à la pauvre petite pressetituée, Van Jones n’a pas craint d’insulter l’électorat et le nouveau président élu. Après tout, Van Jones considère cela comme sa prérogative raciste.

Comme ça, la clique d’imbus d’eux-mêmes préfère Hillary, en dépit de son attitude non équivoque poussant à maximiser le conflit avec la Russie et la Chine, déclencher un conflit militaire direct entre les USA et la Russie en imposant une zone d’exclusion aérienne en Syrie, attaquer l’Iran et les autres cibles d’Israël, enrichir davantage ses manipulateurs de Wall Street en privatisant la sécurité sociale, et empêcher toute contestation de la classe des gens humbles envers ses manières tyranniques. Si William Rivers Pitt considère que Trump est un fasciste mussolinien, c’est que Trump est trop modéré pour lui. Pitt préfère Hillary, un Hitler puissance trois.

Les progressistes se sont totalement discrédités, tout comme la pressetituée. Leur besoin de croque-mitaine pour nourrir leur hystérie révèle un sérieux trouble psychologique. En fait, ils préfèrent le risque d’Armageddon à la paix entre puissances nucléaires. Comme leurs 501(c)3s [*] vivent aux crochets des contributions de grands groupes, ils préfèrent les bénéfices des multinationales aux emplois des gens ordinaires.

[* NdT : 501(c)3s est la sous-section de l’Internal Revenue Code régissant le statut des organismes sans but lucratif, voués exclusivement à des fins religieuses, de bienfaisance, scientifiques, éducatives etc. Les organisations classées 501(c)3s sont exonérées de l’impôt fédéral et, dans la plupart des cas, les cotisations et les dons qui leur sont versés sont aussi exonérés d’impôt… Paul Craig Roberts parle donc des fameuses fondations des zélites.]

Ce sont ces gens qui se considèrent nos guides, et les meilleurs.

Si seulement Trump pouvait en exiler une charretée. Ils sont anti-étasuniens jusqu’au trognon.

Paul Craig Roberts |11 novembre 2016

Ancien Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique, Paul Craig Roberts a été rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week, Scripps Howard News Service et Creators Syndicate, et il a aussi obtenu de nombreux postes universitaires.

Original : Paul Craig Roberts/
Traduction Petrus Lombard

Les progressistes aiment mieux la guerre que les pauvres Blancs (Paul Craig Roberts)

Haut de page