Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moscou dénonce le « carnage médiéval » organisé par la coalition US à Mossoul (Sputniknews)

par Sputniknews 6 Novembre 2016, 20:10 Mossoul USA "Carnage" Russie Coalition US France EI Terrorisme Lutte

Les civils irakiens paniqués par les bombardements, près de Mossoul. ©Reuters
Les civils irakiens paniqués par les bombardements, près de Mossoul. ©Reuters

La diplomatie russe affirme que la population civile est la première victime de l’opération menée à Mossoul par la coalition conduite par les États-Unis, et dénonce le blackout médiatique total entourant les événements.

« Les actions de la coalition dirigée par les États-Unis à Mossoul sèment la mort parmi les civils, et ses membres n'ont mis au point aucun plan afin d'alléger leur douleur », estime la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

« L'opération anti-terroriste menée par les plus grandes puissances du XXIe siècle a dégénéré en carnage médiéval dont la première victime est la population civile », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Les civils trouvent la mort suite aux tirs aussi bien des terroristes que des forces opposées, qui plus est la coalition n'a mis au point aucun plan de sauvetage comme des couloirs humanitaires ou un système d'évacuation de la population. Qui plus est, la coalition a instauré un « blackout médiatique total ».

« Il n'y a aucune clarté sur ce qui se passe : nous ne savons pas si les forces de la coalition avancent ou reculent, dans quelle mesure la tactique utilisée est efficace, quelles sont les pertes de la coalition, combien de sorties aériennes ont été réalisées et par qui ? » a-t-elle indiqué.

Et d'ajouter qu'on pourrait croire que l'ordre a été donné de supprimer toute couverture médiatique des opérations alliées.

L'offensive sur Mossoul, engageant les militaires irakiens et les forces kurdes soutenus par l'aviation de la coalition, a été lancée dans la nuit du 16 au 17 octobre. Selon l'Organisation internationale pour les migrations, en deux semaines de l'opération plus de 16.500 personnes ont dû quitter leur foyer.

Haut de page