Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syrie: la Russie dit "non" à Hollande (Pars Today)

par Pars Today 26 Novembre 2016, 12:05 Russie Syrie François Hollande Ayrault Terrorisme Collaboration France

La Russie s'est sévèrement opposée au plan français concernant la tenue d'une conférence à Paris en soutien aux groupes armés que l'Etat français continue de qualifier de " rebelles modérés", même après les attaques terroristes dont elle a été la victime ces 24 derniers mois.

Ces groupes armés regroupent les takfiristes qui se battent essentiellement dans les rangs de Daech ou du Fatah al-Cham (ex Front Al Nosra, ndlr). 

Réagissant à cette information, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a affirmé "l'opposition ferme de Moscou" à la tenue d'une "conférence internationale qui mobiliserait les soutiens des groupes terroristes actifs en Syrie". Interrogé par les journalistes, Lavrov a commenté en ces termes cette idée :

"Nos partenaires français multiplient les initiatives politiques et ils sont très actifs sur la scène internationale. C'est vrai que de nombreux conférences et colloques se tiennent autour du Moyen-Orient et de la crise en Syrie et qui sont soutenues par Moscou. La Russie est prête aujourd'hui encore à soutenir toute proposition visant à faciliter un compromis entre les parties belligérantes. Nous sommes bien au fait de la conférence des opposants qui devra se tenir à Paris. Or cette conférence ne fera que nous éloigner des termes de la résolution 2254, laquelle appelle à une reprise immédiate des pourparlers Etat syrien/opposition" 

Lavrov a mis en garde ensuite contre la tenue d'une telle conférence qui "pourrait livrer le message suivant aux opposants armés : ne vous pressez pas: pas besoin de reprendre aussi vite les pourparlers avec le gouvernement syrien”. "La conférence que Paris compte organiser, pourrait s'achever sur une condamnation de Damas et sa diabolisation. Cette perspective empêcherait systématiquement les opposants de reprendre des pourparlers  avec l'Etat syrien et elle les inciterait à redoubler leurs efforts armés" 

Le "non" catégorique de la Russie à Paris met la diplomatie française dans une délicate situation : secouée par la victoire du républicain Trump à la Maison-Blanche, la France compte via l'organisation d'une énième conférence des "Amis de la Syrie" faire comprendre aux Etats-Unis sa volonté de maintenir la cap "belliciste" contre le gouvernement Assad. 

Le président français accusait il y a deux jours les "alliés de la Syrie" d'avoir profité " des incertitudes suscitées après la présidentielle US" pour renforcer la "guerre contre les opposants". En Syrie, la diplomatie française a emboîté le pas à la Maison Blanche, fermant les yeux sur les risques sécuritaires qu'elle prenait. Des attaques terroristes commises sur le territoire français ont partie liée avec cette politique atlantiste, laquelle a favorisé les liens avec les Etats qui financent le terrorisme takfirisme. 

Le candidat favori de la primaire de la droite, François Fillon a dénoncé une diplomatie français qui a nourri la guerre ces quatre dernières années en Syrie. 

Haut de page