Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment les Français ont financé sans le savoir la Fondation Clinton (Nouvel Obs)

par Vincent Jauvert 1 Décembre 2016, 09:25 Douste Blazy Fondation Clinton Taxe Chirac France Financement

ENQUÊTE. Quel drôle de pacte unit un retraité de la politique française, l'ancien ministre Philippe Douste-Blazy, candidat à la direction de l'OMS, au charismatique 42e président des Etats-Unis et à sa femme, Hillary ?

Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Avez-vous pris l'avion ces dix dernières années, ne serait-ce qu'une fois ? Oui ? Eh bien, sans le savoir, vous avez financé la très controversée Fondation Clinton. Grâce à vous, la France a même longtemps été la principale donatrice de cette institution caritative, objet d'incessantes attaques de la droite américaine.

Mais rassurez-vous : en donnant votre obole – par un mécanisme que l'on va vous expliquer – à cette ONG admirable mais peu transparente, vous avez fait œuvre triplement charitable. Vous avez contribué à sauver de centaines de milliers d'enfants en Afrique. Au formidable rebond de Bill Clinton sur la scène internationale. Et à l'improbable résurrection d'un homme politique français un peu falot qui avait disparu du paysage en 2007 : l'ancien maire de Lourdes, le cardiologue Philippe Douste-Blazy, alias "Douste Blabla", qui pourrait miraculeusement devenir, en juin prochain, le directeur général de la prestigieuse Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Cette histoire à tiroirs, où s'entremêlent nobles sentiments et passions plus vulgaires, commence le 5 juillet 2005 dans la maison des Clinton, à Chappaqua, au nord de New York. Ce jour-là, Philippe Douste-Blazy, que Jacques Chirac vient de nommer patron du Quai-d'Orsay, se présente, un peu ému, chez le couple le plus célèbre de la planète. Celui que la presse surnommera bientôt "Mickey d'Orsay", à cause de ses gaffes à répétition, tient absolument à rencontrer "le plus grand homme politique vivant".

Il parle très mal anglais, mais il rêve de conquérir un tel "allié exceptionnel". Pour le séduire, il a un plan et les poches pleines. Paris mettra bientôt en place une taxe sur les billets d'avion en partance de France (de 1 à 45 euros par vol selon les destinations et les classes).  La manne de cette "taxe Chirac" sera considérable : plusieurs centaines de millions d'euros...

 

 

Lire la suite

Haut de page