Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Dec

Donald Trump, un conservateur paradoxal à la Maison Blanche (ASI)

Publié par Bruno Guigue  - Catégories :  #Donald Trump, #Maison Blanche, #Conservateur, #Elections, #USA

Donald Trump, un conservateur paradoxal à la Maison Blanche (ASI)

 


Le collège électoral issu du scrutin du 8 novembre vient de porter Donald Trump à la Maison-Blanche par 306 voix contre 227. Une campagne avait été lancée pour convaincre les grands électeurs de l’abandonner, mais ce fut peine perdue : il a perdu moins de voix qu’Hillary Clinton (4 contre 5). Désormais acquise, cette élection du 45ème président des Etats-Unis restera dans les annales de l’histoire américaine. Voilà un candidat réputé conservateur, voire réactionnaire, qui a fulminé avec une rare violence contre les vautours de la finance, qui a incriminé le poids excessif des lobbies, qui a dénoncé les méfaits du libre-échange, qui a fustigé une politique étrangère interventionniste et erratique, et c’est ce candidat qui l’a emporté.

Par un retournement de situation sur lequel la gauche européenne devrait sérieusement méditer, ce milliardaire sans complexe qui a fait fortune dans la jungle immobilière new-yorkaise s’est transformé en porte-parole des sans-voix, des déclassés, des ruraux, de la « middle class » frappée par la crise, du monde ouvrier laminé par la mondialisation, de tous ceux que révulsait la manie néo-conservatrice de régenter les affaires du monde au lieu de redresser l’économie du pays.

Le magnat des gratte-ciels, le « businessman » impitoyable en affaires, le provocateur allergique à la « political correctness » a envoyé dans les cordes, contre toute attente, une adversaire pleine de morgue qui se croyait déjà installée sur le fauteuil présidentiel. Donnée gagnante par une presse qui lui était acquise, Hillary Clinton a subi la défaite parce qu’elle était la candidate de l’establishment politique et financier que les classes moyennes et populaires rendaient responsables de leur appauvrissement depuis la crise.

Elle a perdu parce qu’elle a suscité la méfiance des électeurs de gauche frustrés par l’élimination frauduleuse de Bernie Sanders lors de primaires truquées. Les Etats de la « Rust Belt », le Michigan, l’Indiana, l’Iowa, mais aussi la Pennsylvanie, ont voté pour Trump ou se sont abstenus faute d’avoir pu voter pour Sanders. Enfin, et ce n’est pas anodin, le crédit personnel de Mme Clinton fut miné par une avalanche de révélations dessinant le portrait d’une politicienne assoiffée de pouvoir, hypocrite, cupide, et compromise jusqu’à l’os avec des bailleurs de fonds douteux.

Elle bénéficiait du soutien quasi-unanime des lobbies, des médias et des stars du « show-bizz ». Elle a dépensé des sommes astronomiques, largement supérieures au budget de son adversaire. Les conditions objectives étaient réunies pour lui assurer la victoire, et pourtant elle a perdu. Elle a cru qu’il suffisait de caresser dans le sens du poil les minorités et d’agiter le spectre du racisme et du sexisme pour battre son adversaire. Mais l’accusation de racisme sonnait étrangement dans la bouche d’une ex-secrétaire d’Etat qui a gloussé de plaisir devant le cadavre mutilé d’un chef d’Etat arabe. De même, son équipe n’a pas compris que le problème de l’immigration illégale n’existait pas seulement dans l’imagination des électeurs républicains. L’administration Obama ayant expulsé des centaines de milliers de clandestins, Hillary Clinton et ses amis étaient pourtant bien placés pour le savoir.

On pourrait faire la même remarque à propos de l’accusation de sexisme. En recevant dix millions de dollars d’une monarchie obscurantiste où l’on décapite au sabre les femmes adultères, Hillary Clinton n’était pas vraiment qualifiée pour traiter son adversaire d’affreux machiste. Elle donnait des leçons de respectabilité internationale à Donald Trump, mais son expérience du pouvoir, au Département d’Etat, a surtout laissé derrière elle une traînée de sang libyen et syrien. Donald Trump a beaucoup de défauts, mais il n’a encore tué personne.

Les adversaires du candidat républicain n’ont pas voulu voir ce qui se passait. Ils ont cru tirer profit des déclarations outrancières et démagogiques de Donald Trump sur les immigrés mexicains ou les musulmans étrangers. Mais c’est la charge contre le libre-échange, en réalité, qui fut le leitmotiv de sa campagne. Il a critiqué sans relâche l’OMC et dénoncé une globalisation responsable de la destruction des emplois. Opposé à la libéralisation effrénée du commerce mondial, il s’est prononcé pour l’instauration de barrières tarifaires. Dans une classe ouvrière ruinée par la concurrence chinoise, cet éloge du protectionnisme passait beaucoup mieux que les odes de Mme Clinton aux droits des LGBT.

Ce porte-parole d’un capitalisme arrimé au sol américain promet de rénover des infrastructures publiques délabrées (routes, ports, aéroports). Il veut conforter l’indépendance énergétique des USA au détriment de l’environnement, ce qui est un choix évidemment contestable. Il s’allie à des ultra-conservateurs adeptes du créationnisme dont le principal représentant, Ben Carson, est son futur secrétaire au Logement. Conservateur paradoxal aux accents à la fois rooseveltiens et reaganiens, il a obtenu le soutien d’une fraction de l’oligarchie capitaliste qui entend bien tirer profit de ce « New Deal » républicain.

Donald Trump est de droite, mais Hillary Clinton est-elle de gauche ? Il faudrait le demander à Goldman Sachs qui a financé sa campagne et aux 30 000 Libyens victimes de sa politique. Pour gagner la compétition économique mondiale, Clinton voulait pousser les feux de la mondialisation libérale à l’abri d’une hégémonie politico-militaire incontestée. Trump veut assigner des limites à la mondialisation et protéger l’économie nationale des turbulences planétaires. Il entend promouvoir un capitalisme national qui s’appuie sur la réindustrialisation du pays, tandis que son adversaire misait sur les traités de libre-échange.

En politique étrangère, Hillary Clinton voulait prolonger à tout prix le « chaos constructif ». Le nouveau président pense que cette politique est contraire aux intérêts des USA. Au lendemain de son élection, Donald Trump a appelé Vladimir Poutine. Il a déclaré qu’en Syrie la politique de son administration serait de combattre Daech, et non la Russie. Pour le futur président, la politique étrangère d’Obama est un fiasco dont il faut tirer les leçons. Il a déclaré que les USA n’interviendraient plus pour changer le régime politique chez les autres. En même temps, son adhésion aux thèses israéliennes sur Jérusalem en fait un défenseur intransigeant de la politique sioniste. Il envisage de mettre en question l’accord, péniblement négocié par son prédécesseur, sur le nucléaire iranien. Il bombe le torse vis-à-vis de la République populaire de Chine, en surestimant sans doute la capacité des USA à influer sur la politique chinoise.

Désormais connue, la composition de la nouvelle administration, à son tour, envoie un message en demi-teinte. Les divergences entre les uns et les autres donneront lieu à des arbitrages délicats. Le conseiller à la sécurité nationale est Michael Flynn, général à la retraite. Cet ancien chef du renseignement militaire fut limogé par Barack Obama en 2014 pour avoir critiqué la politique du président en Syrie, qu’il jugeait trop favorable aux djihadistes. Le secrétaire d’Etat est Rex Tillerson, l’un des dirigeants du groupe pétrolier ExxonMobil. Il s’opposa aux sanctions contre Moscou, en 2014, à la suite des événements de Crimée. Au secrétariat à la Défense, Donald Trump a nommé le général à la retraite James Mattis, ancien commandant des forces US au Moyen-Orient et partisan notoire de la fermeté américaine à l’égard de l’Iran.

Bref, sans lire l’avenir dans le marc de café, on peut penser que Washington prendra ses distances avec le néoconservatisme belliciste hérité des présidences précédentes et qu’il va faire son deuil de la mission à vocation planétaire que sa bonne conscience indécrottable l’avait conduit à s’attribuer de façon unilatérale. Mais il est possible qu’il s’engage, en revanche, dans une partie de bras de fer avec les puissances montantes dont la progression fulgurante constitue une véritable menace pour son hégémonie planétaire. Produisant de moins en moins aux USA, la puissance économique américaine se vide peu à peu de sa substance. Elle a cru trouver dans les exubérances d’une finance mondialisée un substitut à la désindustrialisation, mais elle a déchanté. L’avenir dira si Donald Trump est capable de relever ces défis économiques et s’il infléchit une politique étrangère qui a démontré, jusqu’à présent, son exceptionnelle capacité de nuisance.

Bruno Guigue | 20 décembre 2016

Bruno Guigue, est un ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de la Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles. 

Archives

À propos

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l'impérialisme