Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour sur le massacre de Thiaroye en 1944 (Afrik.com)

par Afrik.com 2 Décembre 2016, 08:57 Thiaroye Massacre France Tirailleurs Sénégal Colonialisme Crimes contre l'humanité

Le 1er décembre 1944, les tirailleurs sénégalais rassemblés dans le camps de Thiaroye, réclamaient le paiement de leur paies. Comme solde de tout compte, ils avaient alors été massacrés par l'armée française. Retour sur une page sombre de l'histoire de la seconde guerre mondiale.
 

Le massacre

Ce jour-là, le 1er décembre 1944, 1 600 tirailleurs sénégalais sont rassemblés au camp de Thiaroye. De retour d'Europe, ils avaient participé, en première ligne, à la guerre avant d'être fait prisonniers par les nazis, ils réclamaient naturellement le paiement de leur solde de captivité. Mais la revendication tourne vite au drame. Ils sont massacrés à coup de mitraillettes par les forces coloniales, qui choisissent de résoudre la question en ouvrant le feu sur les 1 600 soldats rassemblés dans le camp de Thiaroye. Selon la version officielle, il s'agit d'une mutinerie, qui a poussé l'armée française à se défendre. Bilan officiel : 35 morts. Et 35 rescapés, désignés arbitrairement comme meneurs du mouvement, sont condamnés à plusieurs années de prison, privés de solde, ou dégradés.

Le long travail de l'historienne Armelle Mabon pour la vérité

Seulement, cette version des faits est contestée depuis de nombreuses années par des historiens. L'historienne française Armelle Mabon, de l'université de Bretagne Sud, fait partie de ceux qui tenté de rechercher la vérité sur cette histoire, entourée encore de zones d'ombres. Considérée comme l'un des plus grands spécialistes sur la question, elle mène durant 15 ans sa propre enquête sur le massacre de Thiaroye, fouillant au fin fond des archives militaires, confrontant les différents documents. Son travail besogneux porte finalement ses fruits. Elle démontre qu'au-delà du bilan officiel des 35 morts, au moins 335 militaires ont disparus. Selon elle, la mutinerie est une invention de toute pièce pour montrer l'exemple et résoudre définitivement le problème. La tâche de l'historienne était loin d'être aisée. « La compréhension de cet événement s'est accélérée avec l'intervention du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui m'a permis d'accéder aux dossiers de cinq victimes au sein des archives militaires », affirme-t-elle

Des œuvres culturelles pour dénoncer l'injustice

Pour que les victimes de Thiaroye ne tombent pas dans l'oubli, plusieurs manifestations ont été organisées en 2014, à l'occasion du 70ème anniversaire de leur massacre, en France comme au Sénégal.

Sur le plan culturel, de nombreuses œuvres ont été réalisées sur le massacre de Thiaroye. L'artiste sénégalais Ouza, qui a notamment écrit une chanson sur Thiaroye, a même été emprisonné à l'époque, pour avoir dénoncé le massacre. Le cinéaste sénégalais Ousmane Sembène a aussi évoqué cette sanglante histoire dans son long métrage, Camp de Thiaroye, qui a aussi eu un écho à l'international.

Assanatou Baldé

Haut de page