Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Côte d’Ivoire : le général Dogbo Blé accuse la France d’avoir voulu la mort des disparus du Novotel (JAI)

par JAI 2 Mars 2017, 22:06 Côte d'Ivoire Dogbo Blé Novotel Disparus France Françafrique Armée française

L’ancien chef de la garde républicaine ivoirienne est jugé, en même temps que dix autres personnes, pour sa participation présumée à l’enlèvement et au meurtre en 2011 de quatre personnes dans cet hôtel de la capitale ivoirienne. Mercredi au tribunal, il a nié toute implication.

« La France avait tous les moyens pour empêcher l’enlèvement et la mort de ces quatre personnes », a affirmé le général Dogbo Blé à la Cour.

Le 4 avril 2011, au plus fort de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire, un commando faisait irruption dans l’hôtel Novotel d’Abidjan, enlevait son directeur, le Français Stéphane Frantz Di Rippel, son compatriote Yves Lambelin, directeur général de Sifca, plus grand groupe agro-industriel ivoirien, l’assistant béninois de celui-ci Raoul Adeossi et le Malaisien Chelliah Pandian, directeur général d’une filiale de Sifca.

 

Selon les autorités ivoiriennes installées après l’arrestation le 11 avril du président Laurent Gbagbo, les quatre hommes avaient été emmenés au palais présidentiel, avant d’être torturés et tués.

« La France et l’Onuci ont voulu qu’ils meurent »

« Si Yves Lambelin et ses amis sont morts, c’est parce que la France et l’Onuci (la Mission de l’ONU en Côte d’Ivoire, ndlr) ont voulu qu’ils meurent. Et meurent au palais présidentiel », a-t-il poursuivi, sous-entendant que Paris voulait mettre en cause le camp de Laurent Gbagbo. Celui-ci refusait d’admettre sa défaite à la présidentielle face à Alassane Ouattara, reconnu élu par la communauté internationale...

 

Lire la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page