Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alliance bolivarienne : "Sfar ne comprend pas que le monde lui réponde" (Arrêt sur images)

par Manuel Vicuña 22 Avril 2017, 21:47 Alma Sfar Mélenchon Polémique Médias Elections France

 L’auteur du "Chat du Rabbin" n’en démord pas. Il n’a pas digéré de voir débarquer sur sa page Facebook plusieurs dizaines d’Insoumis venus le contredire, après qu’il s’en soit pris sur le réseau social à l’Alliance bolivarienne, que souhaite rejoindre Mélenchon (et à laquelle nous avons consacré un éclairage). Dans une tribune publiée dans Le Monde, et relayée par une partie de la presse ainsi que l’AFP, le dessinateur et réalisateur dénonce "les méthodes dégueulasses" des mélenchonistes.

nouveau media

Dans ce long texte, il affirme : "Depuis le déclenchement de cette histoire, je reçois des centaines de messages de personnes qui n’ont pas ma célébrité et qui disent avoir été blessées par ce type d’attaque." Sfar déplore les commentaires arrivés "immédiatement" sur sa page Facebook et "des articles et des argumentaires tous semblables" publiées sur son profil par les partisans de Mélenchon."On me dit qu’aucune de ces méthodes n’est illégale, c’est possible. Mais je les trouve dégueulasses. Et aucun des autres candidats ne les utilise avec cette intensité." Lui qui, assure-t-il, comptait voter Mélenchon, dénonce désormais "une campagne de calomnies" de la France Insoumise à son égard. Sfar martèle : "L’idée que les dirigeants des Insoumis ne cautionneraient pas ce type d’attaque est un conte de fées." Selon lui, "Le but, c’est qu’on se taise. Un parti qui autorise à cette échelle ce type de comportements risque d’avoir un exercice du pouvoir inquiétant".

"Non les insoumis ne sont pas totalitaires !"

A la suite de la publication de cette tribune, les sites de L'Obs, de L’Express ou encore le blog de Morandini, n’ont pas manqué de relayer le coup de gueule de Sfar dans Le Monde. L’Express titre sur Sfar "harcelé par des mélenchonistes", le site du Figaro pointe une "campagne d’intimidation". La tribune de Sfar a également retenu l’attention de l’AFP qui y consacre une dépêche, dans laquelle l’agence reprend avec force citations, les grandes lignes du coup de gueule du dessinateur.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

nouveau media

En revanche, dans ces articles, pas une ligne pour mettre en perspective les propos de Sfar sur l’Alliance Bolivienne (Alba) que le dessinateur qualifiait sur Facebook dans un raccourci "d’alliance militaire avec la Chine et l'Iran et autres". L’Alba une alliance avant tout commerciale, comme lui ont rétorqué sur Facebook les partisans de Mélenchon ? "Certes", concède le dessinateur dans sa tribune, sans rappeler son erreur initiale, avant d’ajouter : "mais mon sentiment reste inchangé, cet article du programme s’inscrit dans un mouvement global de rapprochement avec des dictatures".

Pas une ligne non plus dans ces articles sur la réponse faite à Sfar par la dessinatrice Mélaka et l'universitaire Olivier Tonneau qui ont signé l'adaptation en bande dessinée de "l'Avenir en commun". Ce vendredi ils répondaient pourtant à Sfar dans une tribune publiée sur le site de Marianne et titrée : "Non les insoumis ne sont pas totalitaires".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Selon eux : "La cabale autour de l’Alba est précisément le genre d’événement face auquel les Insoumis ne peuvent compter que sur les réseaux sociaux pour contre-attaquer." D'autant que, selon eux, "la sphère médiatique dans sa quasi intégralité relaie ses griefs et sa dénonciation de la«secte»". Pour Mélaka et Tonneau, "Il ne s’agit pas de Sfar mais d’un mensonge qu’il amplifie par sa notoriété : c’est un fait de campagne." Quant au flot des réactions partisanes sur la page Facebook de Sfar ? "Mais comment une personnalité publique peut-elle publier un dessin qui accuse Mélenchon de «regarder ailleurs quand Bachar gaze des gosses» sur une page Facebook qu’il a voulue publique, sur laquelle il a 40 000 «amis», et s’étonner que «des centaines de pseudos dont [il] n’avait jamais entendu parler» viennent exprimer leur indignation ?" Et les auteurs d’ajouter : "il[Sfar] ne comprend pas que s’il décide de dialoguer avec le monde, il est normal que celui-ci lui réponde."

Haut de page