Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Crimes de guerre et contre l'humanité] Près de 8000 personnes signent une pétition pour envoyer Sarkozy devant la CPI. Quid de Fillon ?

par SLT 15 Avril 2017, 17:00 Fillon Sarkozy Crimes de guerre Crimes contre l'humanité Françafrique Libye Kadhafi Laurent Gbagbo Côte d'Ivoire Impérialisme néocolonialisme Colonialisme Articles de Sam La Touch

Environ 8000 personnes ont signé une pétition publique demandant à ce que l'ancien chef de guerre français soit jugé devant le tribunal pénal international pour crimes de guerre et contre l'humanité de par son action criminogène en Côte d'Ivoire et en Libye durant l'année 2011.



En Côte d'Ivoire :
- Il lui est reproché d'avoir contribué à soutenir militairement, politiquement et économiquement des rebelles qui ont commis des massacres à caractère génocidaire à Duékoué pouvant entrer dans le cadre d'une complicité de crimes contre l'humanité (voir vidéo n°1 plus bas de la Rai 3 et la vidéo n°3 des témoignages de victimes). 
- Il lui est reproché d'avoir fait arrêter par l'armée française le chef d'état Laurent Gbagbo suite à un conflit électoral l'opposant à Alassane Ouattara (cf. vidéo n°2).
- Il lui est reproché d'avoir fait bombarder Abidjan à cette occasion entraînant la mort de nombreux civils pouvant entrer dans le cadre d'un crime de guerre (voir vidéo n°1 de la Rai 3).



En Libye :
- Il lui est reproché d'avoir fait bombarder intensivement la ville de Syrte où était réfugié Kadhafi entraînant la mort de milliers de civils. Action pouvant entrer dans le cadre de crimes de guerre.
- Il lui est reproché également d'avoir fait bombarder de manière systématique les infrastructures hydriques en Libye. Action considéré comme un crime de guerre.
- Il lui est reproché d'avoir soutenu et armé des rebelles islamistes qui se sont livrés à des massacres sur les populations noires libyennes. Action pouvant entrer dans le cadre d'une complicité de crimes contre l'humanité (vidéo n°4,5,6).
- Il lui est également reproché d'avoir contribué directement ou indirectement à l'assassinat du guide libyen Kadhafi plongeant ce pays dans le plus grand chaos (vidéo n°7 interview de Sarkozy par Pujadas sur France 2 et vidéo n°12).
- Enfin le Parlement britannique a remis en cause les raisons de la guerre en Libye à savoir la menace que faisait peser des soit-disant massacres à Benghazi qui n'ont en fait jamais eu lieu et n'étaient pas non plus envisagés par Kadhafi (vidéo n°8,9,10 et 11 sur la situation à Benghazi avant l'intervention militaire française et de l'OTAN, vidéo n°12 sur l'exécution de Kadhafi. Attention images choquantes !).
Lire également : Kadhafi aurait été assassiné par un agent secret français ; Le Point Kadhafi a-t-il été exécuté par la France ?

 

Pour toutes ces raisons, un certain nombre de citoyens français ont demandé à ce que soit déposé une plainte contre M. Nicolas SARKOZY devant la Cour Pénale Internationale (CPI).

Or étant donné que François Fillon était son Premier ministre à l'époque, qu'il continue toujours à refuser toute repentance pour les crimes de la colonisation et pour la Françafrique (il a d'ailleurs fait preuve de révisionnisme au sujet de la terrible guerre française au Cameroun) sa responsabilité est également engagée en tant que Premier ministre dans ces présumés crimes de guerre et contre l'humanité commis en Côte d'ivoire et en Libye.
Lire aussi : - L’ex-premier ministre français, François Fillon, et les « métastases » de la guerre de Libye (France-Irak-Actualité)




Mais ce sujet ne figure pas à l'ordre du jour des débats de la campagne électorale étant donné le mutisme du magistère médiatico-politico-intellectuel français sur les crimes de la Françafrique. On préfère pointer l'accent sur des costumes transmis par Robert Bourgi à Fillon ou bien sur les présumés emplois fictifs de sa femme. La forclusion de la politique africaine de la France dans les médias traditionnels ou libres n'aide pas à intégrer les effets délétères d'une politique impérialiste et néocoloniale criminogène impensée dans un pays atteint de duplicité maladive sous le régime de la Vème République où le pouvoir exécutif est sanctuarisé, les Parlementaires impuissants et la presse étrangement silencieuse renforçant l'idée d'une conception racialiste des droits de l'homme au coeur de la République.

 

 

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES !!!

Vidéo n°1. Emission de la chaîne italienne Rai3 sur les crimes de la France en Côte d'Ivoire

Vidéo n°2 : arrestation de Laurent Gbagbo par l'armée française

Vidéo n°3 accusation envers les troupes d'Alassane Ouattara soutenues par la France d'avoir commis un génocide à Duékoué

Vidéo n°4 Massacre de Noirs par les " rebelles démocrates " soutenus par la France du gouvernement Sarkozy-Fillon

Vidéo n°5

Vidéo n°6

Vidéo n°7 Interview de Sarkozy par Pujadas sur France 2

Note de SLT : Petite précision importante, Pujadas reprend l'argument des militaires français et atlantistes popularisé par BHL du "massacre annoncé de Benghazi" pour justifier l'intervention militaire française avalisée par le gouvernement et l'opposition française et le "restant du monde" hormis... l'Afrique. Or cet argument est entièrement faux comme l'ont révélé les leaders du Comité National de Transition (CNT) après la guerre de Sarkozy-Fillon contre la Libye de Kadhafi. Voir les vidéos de ces leaders (notamment les déclarations de Mustafa Abdu Jalil au lien suivant (bas de l'article). Comme le souligne Médiapart, un récent rapport de la Commission des affaires étrangères britannique remet en doute la légitimité de la France et du Royaume-Uni dans l’intervention militaire occidentale menée en Libye en 2011. Selon ce document, l’opération était basée sur « des postulats erronés » et « une analyse partielle des preuves ». Le gouvernement britannique « n’a pas pu vérifier la menace réelle que le régime Kadhafi faisait peser sur les civils et a échoué à identifier les factions islamistes radicales au sein de la rébellion ». Visiblement l'information n'était pas encore parvenue à David Pujadas dans sa tour de contrôle de France Télévision qui en est resté encore aux éléments de langage néocolonialiste et impérialiste. (Rapport du gouvernement britannique Libya: Examination of intervention and collapse and the UK's future policy options ; Chaos libyen : après Cameron, le Parlement britannique accable aussi Sarkozy; Parlement britannique : «le changement de régime était le vrai but de l'opération en Libye»).

Pour aller plus loin, lire : - Quand Pujadas accusait Sarkozy d'avoir tué Kadhafi (Vidéo)

Vidéo n°8 interview du leader du CNT libyen, Mustafa Abdu Jalil, qui reconnaît que Kadhafi n'a pas ordonné de massacre à Benghazi.

Transcription de la vidéo ci-dessus.

"Kadhafi n'a pas ordonné la fusillade qui a été à l'origine de la fausse révolution en Libye. Maintenant, après la destruction de la Libye, Jalil avoue au monde sur Channel One que les manifestants qui ont été tués à Benghazi qui ont été le prétexte fourni à l'ONU et à l'OTAN pour attaquer la Libye ont été tués par un groupe d'espions et de mercenaires qui n'étaient pas de Libye. Il admet qu'il savait la vérité à l'époque mais cela a été fait pour abattre le gouvernement libyen et briser l'Etat. Il admet qu'il a été informé à l'avance que cela allait se produire et que les gens de la Libye n'ont pas reconnu les manifestants morts parce qu'ils portaient des vêtements civils et qu'il n'y a eu personne qui est venu à leurs funérailles comme ils n'avaient pas de parents ou d'amis en Libye."

Vidéo n°9 sur Benghazi et la menace Kadhafi

Les allégations selon lesquelles Kadhafi aurait réprimé son propre peuple à Benghazi émanent du responsable de la Ligue libyenne des Droits de l'homme, le Dr Slimane Bouchuiguir (membre également du CNT et en lien étroit avec la FIDH), qui a fini par reconnaître qu'il n'avait aucune preuve quant à ce qu'il alléguait. Pourtant ces allégations ont été instrumentalisées par la France, la Grande-Bretagne, les USA, Israël devant le conseil de sécurité de l'ONU pour justifier sans preuve une guerre humanitaire contre le pouvoir de Kadhafi et la Libye.

Le journaliste d'investigation Julien Teil démontre dans les vidéos (n°9 et n°10), comment des opposants au colonel Kadhafi s'étaient déguisés en ONG pour intervenir au Conseil des Droits de l'Homme à l'ONU, et comment la Cour pénale internationale a cautionné une guerre déjà en cours avec une accusation contre Kadhafi basée sur les même mensonges. En réalité, les affirmations selon lesquelles le colonel Kadhafi s'apprêtait à commettre un massacre à Benghazi, où que l'aviation libyenne avait bombardé des rebelles à Tripoli même, étaient des pures inventions.

Vidéo n°10 sur Benghazi et la menace Kadhafi

Vidéo n°11 Témoignage d'une journaliste qui se trouvait sur le terrain

Vidéo n°12 sur l'exécution de Kadhafi

[Crimes de guerre et contre l'humanité] Près de 8000 personnes signent une pétition pour envoyer Sarkozy devant la CPI. Quid de Fillon ?

Haut de page