Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La cyberattaque mondiale, la NSA et la propagande de guerre de Washington contre la Russie (WSWS)

par Bill Van Auken 16 Mai 2017, 16:17 NSA Cyberattaque Propagande USA Russie

La cyberattaque mondiale, la NSA et la propagande de guerre de Washington contre la Russie (WSWS)

La cyberattaque qui a frappé quelque 200 000 ordinateurs dans le monde vendredi dernier, apparemment en utilisant des logiciels malveillants développés par l’Agence de sécurité nationale (NSA) des États-Unis, ne devrait qu’augmenter et se propager avec le début de la nouvelle semaine de travail.

L’arme cybernétique utilisée dans l’attaque, connue sous le nom de « WannaCrypt », s’est révélée être l’une des plus destructrices et des plus vastes de tous les temps. Parmi les cibles dont les systèmes informatiques ont été détournés lors de l’attaque, mentionnons le Service de santé national britannique, qui n’a pas pu accéder aux dossiers des patients, et obligé d’annuler les rendez-vous, les traitements et les chirurgies.

Parmi les autres grandes entreprises, citons l’entreprise de télécommunications espagnoles Telefónica, le constructeur automobile français Renault, le service de livraison basé aux États-Unis Fedex, et le système ferroviaire fédéral allemand, Deutsche Bundesbahn. Parmi les pays les plus touchés, on peut citer la Russie, l’Ukraine et le Japon.

Le logiciel transformé en arme qui a servi dans ces attaques verrouille les fichiers dans un ordinateur infecté en les cryptant, et demande 300 dollars en bitcoins (monnaie numérique) pour les décrypter et les rendre accessibles à nouveau.

De toute évidence, ce type d’attaque a le potentiel de provoquer une perturbation sociale massive, et par son attaque contre des institutions comme le NHS de la Grande-Bretagne, de coûter des vies humaines.

Cet événement, parmi les pires cyberattaques mondiales de l’histoire, met également en lumière de façon considérable les questions qui ont dominé la vie politique des États-Unis depuis 10 mois, puisque WikiLeaks a commencé la publication de documents obtenus à partir de comptes piratés du Comité national démocrate (DNC) et John Podesta, le président de la campagne présidentielle de Hillary Clinton.

Le contenu de ces documents, objets de la fuite, exposait, d’une part, les machinations du DNC pour saboter la campagne présidentielle de Bernie Sanders et, d’autre part, la subordination de sa rivale Hillary Clinton à Wall Street à travers ses propres discours, précédemment secrets, pour des institutions financières comme Goldman Sachs.

Cette information, qui a permis de discréditer Clinton, le candidat privilégié de l’armée américaine et du dispositif de renseignement, a été noyée par une campagne massive menée par le gouvernement américain et les médias patronaux pour attribuer à la Russie le piratage et une ingérence directe dans les élections américaines, c’est-à-dire en prétendant qu’ils auraient mis à la disposition des Américains des informations qui devaient être gardées en secret.

Depuis lors, les agences de renseignement américaines, les dirigeants du Parti démocrate et les médias des grandes entreprises, menés par le New York Times, ont répété sans cesse l’accusation de piratage russe, impliquant la direction personnelle de Vladimir Poutine. À ce jour, aucune de ces agences ni les médias, n’a fourni la moindre preuve de la responsabilité de la Russie pour avoir « piraté les élections américaines ».

Parmi les assertions faites pour soutenir les allégations contre Moscou, il y avait l’idée que le piratage des démocrates était tellement sophistiqué qu’il ne pouvait être réalisé que par un acteur étatique. Dans une campagne pour diaboliser la Russie, le piratage attribué à Moscou a été présenté comme une menace pour toute la planète.

Les agences de sécurité occidentales ont reconnu que la cyberattaque mondiale actuelle – parmi les pires de son genre – n’est pas le travail d’une agence d’État, mais plutôt d’une organisation criminelle. En outre, les racines de l’attaque ne sont pas à Moscou, mais à Washington. Le logiciel malveillant « WannaCrypt » utilisé dans l’attaque est basé sur un logiciel-arme développé par la NSA, nommé Eternal Blue (Bleu éternel), qui faisait partie d’un ensemble de documents et de code informatique volé sur le serveur de la NSA et ensuite diffusé par un groupe de piratage connu sous le nom de Shadow Brokers.

Ainsi, au milieu de la campagne de propagande hystérique sur le piratage russe, Washington a mis au point une série de cyber-armes qui ont la capacité de paralyser des pays entiers. Grâce à l’insouciance de la NSA, certaines de ces armes ont maintenant été placées entre les mains de criminels. Les autorités américaines n’ont rien fait pour avertir le public, sans parler de le préparer à se protéger contre la propagation inévitable des cyber-armes qu’elles ont elles-mêmes conçues.

Dans son rapport sur les cyberattaques mondiales samedi, le New York Times a déclaré : « Il pourrait falloir des mois pour savoir qui était derrière les attaques – un mystère qui pourrait ne pas être résolu ».

Le coauteur de ces lignes a été le correspondant en chef du New York Times, David E. Sanger, qui, en plus d’écrire pour le « journal de référence », trouve le temps de faire des conférences à la Kennedy School of Government de Harvard, une école de hautes études pour les meilleurs responsables politiques et militaires. Il est également membre du Council on Foreign Relations et du Aspen Strategy Group, des groupes de réflexion qui rassemblent des politiciens capitalistes, des responsables militaires et des services de renseignement et des chefs d’entreprises pour discuter de la stratégie impérialiste américaine.

Tout cela fait de Sanger l’un des conduits préférés des médias pour les « fuites » et la propagande que la CIA et le Pentagone veulent mettre dans le domaine public.

Il vaut la peine de comparer son traitement de l’attaque au ransomware (ou rançongiciel) « WannaCrypt » avec la manière dont lui et le Times ont traité les allégations de piratage russe dans les périodes précédant et après les élections présidentielles américaines de 2016.

Il n’était alors aucunement question d’une enquête prenant des mois pour découvrir le coupable, et encore moins un mystère qui ne serait pas résolu. Poutine et la Russie ont été déclarés coupables sur la base d’allégations et d’insinuations infondées. Depuis, le Times, employé comme distributeur de propagande des services de renseignement des États-Unis, a donné l’exemple au reste des médias en répétant sans cesse l’allégation que l’État russe était responsable du piratage du Parti démocrate, sans se préoccuper de fournir des preuves pour corroborer la charge.

Avec le monde entier actuellement attaqué par une arme forgée par les experts en cyberguerre de Washington, les allégations hystériques de piratage russe sont mises en perspective.

Dès le début, ils ont été utilisés comme propagande de guerre, un moyen de promouvoir le soutien populaire à l’escalade régulière de menaces et d’agressions militaires de l’impérialisme américain contre la Russie, la deuxième puissance nucléaire au monde.

Depuis l’inauguration de Trump, le Parti démocrate n’a intensifié que la propagande anti-russe. Il sert à la fois à presser l’administration Trump d’abandonner tout tournant vers une politique moins agressive à l’égard de Moscou et d’étouffer l’opposition populaire aux politiques droitières et anti-ouvrières de l’Administration sous une campagne réactionnaire et néo-maccarthyste en peignant Trump en agent du Kremlin.

(Article paru d’abord en anglais le 15 mai 2017)

Haut de page