Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moscou: la frappe en Syrie confirme l’intention US d’encourager les terroristes d’al-Nosra (Sputniknews)

par Sputniknews 19 Mai 2017, 20:36 Al-Quaïda Al-Nosra Syrie USA Collaboration

la frontière d'Israël avec la Syrie

© AFP 2017 Jalaa Marey

La nouvelle frappe de la coalition internationale dirigée par les États-Unis sur un site de l'armée syrienne confirme la volonté de Washington de réorienter le groupe terroriste al-Nosra vers la lutte contre le gouvernement légitime de Syrie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La frappe des États-Unis contre les forces gouvernementales en Syrie est illégitime, illégale et constitue une violation de la souveraineté de la Syrie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'un point presse à l'issue d'une réunion du Comité des ministres auprès du Conseil de l'Europe.

« Nous sommes très préoccupés par le fait qu'on commence à diluer l'idée de la nécessité d'une conjugaison des forces de tous ceux qui affrontent réellement, sur le terrain et dans les airs, les terroristes de Daech et de l'ancien al-Nosra », a-t-il déclaré.« Nous y voyons une confirmation de la volonté de réorienter l'opposition et certains extrémistes, y compris al-Nosra, vers la lutte contre le gouvernement légitime de Syrie ».

M. Lavrov a souligné que les États-Unis tentaient de justifier l'attaque sur la Syrie par le fait que « les forces gouvernementales créent une menace à l'opposition, qui coopère avec les militaires américains dans la coalition dirigée par les Américains ».

« Quelle que soit la raison des décisions que le commandement américain a prises pour mener une telle frappe, elle est illégitime, elle est illégale et constitue une nouvelle violation de la souveraineté de la Syrie », a-t-il conclu.

 

 

L'aviation de la coalition menée par les États-Unis a frappé jeudi soir un convoi pro-Assad en Syrie, dans la zone d'At-Tanf, à proximité de la frontière avec l'Irak et la Jordanie. Se trouvant dans la zone de désescalade établie, le convoi a pourtant été perçu comme « un danger pour les forces de la coalition », selon le Pentagone.

 

Selon un représentant de la coalition américaine, la colonne visée par les frappes comportait des chars, des véhicules blindés, ainsi que de l'artillerie. Le convoi n'aurait pas répondu aux avertissements visant à l'empêcher de s'approcher trop près des forces de la coalition.

Haut de page