Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[Bayrougate] Assistants parlementaires : un nouveau témoin accuse le MoDem (Les Crises)

par Les Crises 10 Juin 2017, 14:15 Bayrougate Asssistants parlementaires Modem Affaires Elections France

Jean-Luc Bennahmias sur le plateau de Vivement Dimanche : il était à l’époque vice-président du Modem et député européenLP/ Frédéric DUGIT

 

Un ancien employé du MoDem et ex-assistant parlementaire du député européen Jean-Luc Bennahmias a fait un signalement mercredi à la justice, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à Paris sur les assistants d’une vingtaine d’eurodéputés français. Son témoignage pourrait se révéler déterminant dans cette affaire.

Missions très éloignées des questions européennes, contrat de travail initial modifié par un avenant, signature «en blanc»… Un ancien collaborateur du MoDem, et ex-assistant parlementaire de l’eurodéputé (MoDem) Jean-Luc Bennahmias en 2011, dénonce aujourd’hui l’opacité qui entourait, selon lui, la prise en charge des salaires au sein de la formation du centre dirigée par François Bayrou, via le parlement européen.

Mercredi, ce témoin-clef, qui désire garder l’anonymat pour l’instant, a fourni au parquet de Paris son contrat de travail, l’avenant de détachement mais aussi des courriels échangés avec le directeur financier du MoDem à l’époque… Une enquête préliminaire ouverte en mars dernier par le parquet de Paris pour «abus de confiance»,  vise une vingtaine d’eurodéputés français de différents partis. Il s’agit de vérifier si les salaires de certains collaborateurs de ces formations politiques ont été indûment supportés par le Parlement européen, afin d’alléger leurs finances.

Que dit au juste cet ex-assistant parlementaire, qui a rédigé un courrier de signalement au parquet de Paris ? Cet ancien employé du MoDem, que nous avons sollicité, a rejoint le parti de François Bayrou en décembre 2010, signant alors un contrat avec l’UDF, formation d’origine du MoDem. Mais dès le lendemain, le parti lui présente un avenant. «D’un commun accord des parties», ce document modifie le contrat initial. Le salarié devient «collaborateur» à temps partiel de Jean-Luc Bennahmias, comme l’indique l’avenant sans préciser le statut d’eurodéputé de son co-employeur. Dès lors, il est rémunéré en partie par la formation politique, et pour l’autre partie par les fonds du Parlement à Bruxelles. Mais au quotidien, les liens avec Jean-Luc Bennahmias, son patron sur le papier, apparaissent pour le moins ténus.

 

De la secrétaire au directeur financier

«Je le croisais de temps en temps dans […]

Suite à lire dans : Le Parisien, Jean Michel Décugis et Eric Pelletier, 08-06-2017

==================================================

 

Ce sujet n’est pas neuf :

Pour mémoire, une presse “féroce” :

(le Modem est surtout miraculé des médias…)

Le débat Twitter du jour :


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page