Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sénateur McCain sollicite un soutien en Australie pour dégager Trump (WSWS)

par Andre Damon et David North 3 Juin 2017, 10:00 Mc Cain Australie Alliance USA Trump

Le sénateur McCain sollicite un soutien en Australie pour dégager Trump (WSWS)

Parmi les préceptes les plus fondamentaux de la politique étrangère américaine, on trouve l’adage : « la politique s’arrête au bord de l’eau ».

Créée en 1947 au début de la guerre froide par le sénateur républicain Arthur H. Vandenberg, la phrase exprime la conception que, quelles que soient les divisions internes sur la politique étrangère, elles doivent être subordonnées au front uni que l’establishment politique américain présente au monde. En aucun cas, un dirigeant politique américain voyageant à l’étranger ne dénonce le chef de l’État.

Ce principe a été jeté par-dessus bord de façon explosive par le sénateur de l’Arizona, John McCain, mardi. Parlant en Australie devant les hauts fonctionnaires de l’État et de l’armée, y compris deux anciens premiers ministres, McCain a prononcé un réquisitoire contre Donald Trump et a appelé le gouvernement australien à défier son administration.

« Je me rends compte que certaines des actions et des déclarations du président Trump ont perturbé les amis américains », a-t-il déclaré. « Ils ont également perturbé beaucoup d’Américains. Il existe actuellement un véritable débat dans mon pays sur le rôle que l’Amérique devrait jouer dans le monde. Et franchement, je ne sais pas comment ce débat se déroulera.

« Ce que je crois, et là je ne pense pas que j’exagère, c’est que l’avenir du monde se jouera, dans une large mesure, sur la façon dont ce débat en Amérique sera résolu. »

Imaginez un instant que les rôles soient inversés. Si un haut représentant du gouvernement australien venait aux États-Unis pour dénoncer le Premier ministre australien devant les responsables américains, il serait légitimement compris qu’il sollicite un soutien pour faire tomber le chef actuel de son propre gouvernement.

En tant que sénateur de haut rang, ancien candidat républicain à la présidentielle, président de la puissante Commission des services armés du Sénat, fils d’un amiral et ancien officier militaire lui-même, avec d’innombrables liens privés avec l’armée, McCain s’exprime en tant qu’un des personnages les plus puissants de la politique américaine.

Il a poursuivi : « Je sais que beaucoup d’entre vous ont beaucoup de questions sur là où l’Amérique se dirige sous le président Trump. Franchement, beaucoup d’Américains aussi […] Mais il y a beaucoup de personnages décents et capables, Jim Mattis, H. McMaster, John Kelly, Mike Pompeo, Dan Coats, Rex Tillerson, qui méritent votre soutien et en ont besoin.

Les personnages mentionnés par McCain comprennent trois généraux : le secrétaire à la Défense James Mattis, le conseiller en sécurité nationale HR McMaster et le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly, ainsi que le directeur de la CIA, Mike Pompeo, le directeur des renseignements nationaux Dan Coats et l’ancien chef de la direction d’Exxon Mobil et actuel secrétaire d’Etat, Rex Tillerson. Fait significatif, McCain a laissé de côté le vice-président, Mike Pence.

Si c’est cela que McCain dit en public sur le président américain et le chef de son propre parti, qu’est-ce qu’il dit en privé ? Il a commencé ses remarques en faisant remarquer que, au cours des derniers jours, il avait rencontré le « Premier ministre Turnbull et son équipe, ainsi que les dirigeants de l’opposition » et « des diplomates, parlementaires et officiers de l'armée. » Il ne fait pas de doute qu’il a parlé avec des amiraux de la Marine américaine et des généraux des Marines.

Le choix de l’Australie par McCain n’est pas un accident. Les États-Unis intensifient leur confrontation avec la Chine et sont au bord de la guerre avec la Corée du Nord. Ils considèrent l’Australie comme un allié stratégique d’une importance critique dans le conflit qui se déroule dans le théâtre Asie-Pacifique. Washington est profondément impliqué dans tous les aspects de la politique australienne, y compris la chute du Premier ministre Gough Whitlam en 1975 et celui de Kevin Rudd en 2010.

Reconnaissant que « ce qui est vraiment en question, c’est le jugement de l’Amérique », McCain a reconnu, « je me rends compte qu’il y a beaucoup à critiquer ». Il s’est ensuite rangé avec le gouvernement australien contre la politique des États-Unis.

« Je sais que l’Australie parle maintenant avec le Japon et d’autres personnes pour avancer avec le TPP [Partenariat Trans-Pacifique] malgré le retrait de l’Amérique. Je vous y encourage fortement », a-t-il dit. « Je vous exhorte donc à persister. Et, espérons-le, un jour à l’avenir, dans des circonstances différentes, l’Amérique décidera de vous rejoindre. »

Dans ce qui ne peut être simplement rejeté comme une coïncidence, un éditorial publié au New York Times le lendemain a utilisé un langage presque identique. En décriant l’effondrement de la politique étrangère des États-Unis, le Times a félicité la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron quelques jours seulement après que les deux dirigeants aient lancé des attaques politiques contre le gouvernement Trump.

Le journal a conclu sinistrement : « Pour l’instant, il semble que c’est à Mme Merkel et M. Macron de maintenir l’existence et l’importance de l’alliance [OTAN], au moins jusqu’à ce que M. Trump comprenne le besoin de direction américaine ou jusqu’à ce qu’un autre président plus sage le remplace. »

Les gens à qui McCain et le Times font appel savent ce que signifie ce langage : la guerre est ouverte au plus haut niveau de l’État américain.

La division politique à cette échelle ne peut survenir que dans les conditions de crise sociale la plus aiguë. Des factions puissantes dans l’État américain croient que la politique de l’administration Trump risque d’entraîner un effondrement complet de l’autorité mondiale de Washington et de ses intérêts hégémoniques. Elles sont en même temps préoccupées par les conditions sociales de plus en plus explosives aux États-Unis et par le fait que la capacité de l’élite dirigeante de contenir ces contradictions est gravement compromise par le déclin précipité du prestige mondial de l’Amérique.

Le conflit qui déchire l’État américain est entre deux factions réactionnaires, chacune engagée dans des conspirations et prête à utiliser des moyens inconstitutionnels pour atteindre ses fins.

Une telle atmosphère crée les conditions de l’émergence sur la scène politique de la classe ouvrière, qui ne peut rester spectateur dans cette guerre entre les sections de droite de l’élite dirigeante, et encore moins prendre parti pour l’une ou de l’autre. Alors que McCain et ses collaborateurs cherchent des alliances entre différents groupes d’impérialistes, les travailleurs américains doivent rechercher des alliés dans la classe ouvrière internationale et poursuivre leur propre stratégie révolutionnaire et socialiste – pour l’emploi, la fin de la guerre et la défense des droits démocratiques.

(Article paru en anglais le 1ᵉʳ juin 2017)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page