Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Londres victime du communautarisme, les Français réclament une dictature (Telerama)

par Samuel Gontier 11 Juin 2017, 05:49 Attentat Terrorisme Grande-Bretagne Répression France Etat d'urgence Libertés publiques Dictature

Londres victime du communautarisme, les Français réclament une dictature  (Telerama)
Lundi soir, sur France 5, BFMTV, CNews, LCI et France 2, tout le monde s’accorde à dire que l’attentat de Londres est le résultat d’un abominable laxisme communautariste. Heureusement, les Français sont plus raisonnables : ils préfèrent renoncer à leurs libertés pour être protégés par un Etat policier.

« Les opinions sont devenues très dures sur le sujet du terrorisme », assure Christophe Barbier. Invité lundi d’un C dans l’air dont le titre, « Attentats de Londres : “Trop c’est trop” », reprend une citation de Theresa May, l’éditorialiste fait profiter les téléspectateurs de France 5 de son intime connaissance des « opinions ». « Elles veulent des moyens et elles veulent qu’on durcisse le ton, les actes face aux terroristes. » C’est vrai, il faut cesser de cajoler les terroristes. « Bien entendu, elles acceptent de voir des militaires au coin de rues, ça rassure. » Je ne franchis jamais un coin de rue sans m’être assuré d’être couvert par des soldats, ça me rassure.

« Et puis pour éviter que les terroristes ne passent à l’acte, l’opinion a accepté qu’on puisse décréter l’état d’urgence et donc des perquisitions et des interpellations administratives… » Les arrestations et les détentions arbitraires, ça rassure. « … Et puis qu’on puisse surveiller tout le monde en écoutant des téléphones, en surveillant Internet. » De me sentir surveillé, je suis rassuré. « La culture a beaucoup bougé en peu de temps. » La culture de Christophe Barbier, pas tellement. C’est rassurant.

« Ceux qui viennent dire : “Attendez, c’est pas normal qu’on puisse espionner une messagerie Internet”, ils se font regarder comme s’ils étaient les complices des terroristes. » Par Christophe Barbier. « Vraiment, l’opinion a basculé du côté sécurité, avant la liberté. » Marre de la liberté, mieux vaut une dictature rassurante. « C’est le cas aussi en Grande-Bretagne ? », s’inquiète la présentatrice, Caroline Roux. « Oui, depuis les attentats à Londres en 2005 », répond Sophie Pedder, correspondante en France pour The Economist...

Lire la suite

Haut de page