Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Israël contre la paix en Syrie. Netanyahu soutient-il les djihadistes ? (Global Research.ca)

par Mehmet Ersoy 18 Juillet 2017, 18:30 Israël Iran Tension Syrie Cessez-le-feu Netanyahu Collaboration Liban Articles de Sam La Touch

Israël contre la paix en Syrie. Netanyahu soutient-il les djihadistes ?
Article originel : Israel Against Peace in Syria. Netanyahu Supports the Jihadists?
Par Mehmet Ersoy
Global Research.ca


Traduction SLT
 

Israël contre la paix en Syrie. Netanyahu soutient-il les djihadistes ? (Global Research.ca)

Hier, une réunion entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre d'Israël Benjamin Netanyahu s'est conclu à Paris. À la conférence de presse après la réunion, le Premier ministre israélien a déclaré qu'Israël a rejeté l'accord de cessez-le-feu dans le sud-ouest de la Syrie négocié par la Russie et les États-Unis, selon le site d'information israélien Haaretz.

En prenant une position si étrange, Netanyahu a indiqué que l'accord de trêve sur les zones de désescalade tend à augmenter la présence de l'Iran en Syrie. Quelques sources prétendent que Tel-Aviv est particulièrement mécontent du fait que l'accord relègue les forces iraniennes à 20 kilomètres de la frontière tandis que la présence de l'Iran dans le pays n'est pas exclue.

De plus, le journal israélien du Jerusalem Post cite quelques sources diplomatiques alléguant que l'Iran est en mesure d'établir des bases aériennes, terrestres et navales en Syrie et au Liban. À son tour, Politico souligne que les politiciens israéliens se méfient d'un couloir terrestre construit en Iran dans l'intention de soutenir le Hezbollah au Liban.

Teheran est l'un des rivaux principaux d'Israël et la récente hystérie d'Israël au sujet de la présence militaire iranienne en Syrie près des frontières israéliennes semble assez logique. Cependant, est-il sage pour Netanyahu non seulement de se confronter à la Russie et aux États-Unis, mais aussi de montrer son mépris pour la paix dans un état voisin ?

Clairement, ce n'est pas la première fois qu'Israël s'en prend à la Syrie. Les provocations à la frontière Syro-Israélienne sont devenues tout à fait usuelles et Tel-Aviv a été en grande partie critiquée pour son soutien à l'opposition armée. Par exemple, le 19 juin 2016, le Wall Street Journal a écrit qu'Israël a secrètement aidé des miliciens à maintenir une zone tampon sur le Plateau du Golan.

Récemment, de plus en plus d'experts concluent que la situation en Syrie commence à rappeler une période d'après-guerre. C'est un succès pour Damas et ses alliés qui ont pu organiser une trêve assez stable dans beaucoup de zones. Un des succès principaux du processus diplomatique a été la constitution de zones de désescalade dans le sud de la Syrie et on peut seulement espérer qu'Israël ne joindra pas le geste à la parole pour déstabiliser un pays en raison de ses objectifs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page