Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Morales met en exergue l’indépendance de la Bolivie vis à vis du FMI et de la Banque mondiale (Mercopress)

par Mercopress 11 Août 2017, 16:02 Evo Morales Bolivie Indépendance FMI Banque mondiale

La Bolivie est maintenant en train de devenir membre du Mercosur et Morales a assisté au sommet du groupe en Argentine la semaine dernière.

Depuis 2006, un an après l'arrivée au pouvoir de Morales, les dépenses sociales consacrées aux programmes de santé, d'éducation et de pauvreté ont augmenté de plus de 45%

Depuis 2006, un an après l’arrivée au pouvoir de Morales, les dépenses sociales consacrées aux programmes de santé, d’éducation et de pauvreté ont augmenté de plus de 45%

Le président Evo Morales a souligné l’indépendance totale de la Bolivie vis à vis du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM) qui ont mené des «politiques économiques dévastatrices depuis de nombreuses années» dans cet état sud-américain.

« Un jour comme aujourd’hui, en 1944, prenait fin la Conférence économique de Bretton Woods (États-Unis) au cours de laquelle furent créés le FMI et la Banque mondiale », a déclaré Morales sur son compte officiel de Twitter, ajoutant que « ces organisations ont dicté le sort économique de la Bolivie et du monde. Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous avons une totale indépendance vis-à-vis d’eux. « 

Dans les discours récents lors de l’ouverture des travaux sociaux dans ce pays andin-amazonien, Evo Morales a révélé que la dépendance économique était si grande que le FMI avait un bureau au siège du gouvernement et participait même à leurs réunions.

La Bolivie est maintenant en train de devenir membre du Mercosur et Morales a assisté au sommet du groupe en Argentine la semaine dernière.

À la suite de son discours lors du Sommet du Mercosur tenu à Mendoza, Morales a déclaré en direct que « compte tenu de la crise financière mondiale du capitalisme, nous sommes à un moment d’intégration pour la libération des peuples ».

«D’abord la Grande patrie», a déclaré Morales et il a prévenu que «Notre Mercosur ne peut pas répéter l’amère histoire de l’Organisation des États américains (OEA) qui, pour des raisons politiques ou idéologiques, expulse ou exclut certaines nations».

« Les interventions en Libye, en Irak et dans d’autres pays sont menées pour s’approprier des ressources naturelles. Le but principal au Venezuela est le pétrole « , a déclaré Morales dans le forum où plusieurs dirigeants ont soutenu certaines positions interventionnistes.

Il a également souligné que «ni les pays membres du Mercosur ni les organisations américaines, nous ne pouvons être complices d’une intervention américaine au Venezuela».

Depuis 2006, un an après l’arrivée au pouvoir de Morales, les dépenses sociales en matière de santé, d’éducation et de lutte contre la pauvreté ont augmenté de plus de 45%.

L’insurrection populaire de la Bolivie en 2000, connue sous le nom de The Cochabamba Water War contre la Bechtel Corporation basée aux États-Unis au sujet de la privatisation de l’eau et de la politique de la Banque mondiale qui y était associée, met en lumière certains des problèmes de dette auxquels la région est confrontée.

À l’époque, la Banque mondiale avait déclaré: «Les gouvernements pauvres sont souvent trop en proie à la corruption locale et trop mal équipés» et «aucune subvention ne devrait être accordée pour améliorer l’augmentation des tarifs de l’eau à Cochabamba».

Certaines des plus grandes luttes de résistance de la Bolivie au cours des 60 dernières années ont ciblé les politiques économiques menées par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

La plupart des manifestations ont porté sur l’opposition aux politiques de privatisation et aux mesures d’austérité, y compris les réductions des services publics, les décrets de privatisation, la réduction des salaires, ainsi que l’affaiblissement des droits du travail.

Traduction : AvicRéseau International

Morales met en exergue l’indépendance de la Bolivie vis à vis du FMI et de la Banque mondiale (Mercopress)

Haut de page