Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Jul

Revue de presse n°4. Macron, Françafrique et racisme; L'Arabie saoudite bombarde son peuple; Crimes de guerre US à Mossoul; Revirement de Macron sur Assad; L'armée US s'installe en Syrie, en Irak et en Libye; Hollywood, CIA et Mockingbird

Publié par SLT  - Catégories :  #Revue de presse, #Macron, #Françafrique, #Racisme, #Racialisme, #Néocolonialisme, #Articles de Sam La Touch

Revue de presse n°4 du dimanche 9 juillet au samedi 15 juillet 2017

Voici les thématiques de la semaine sélectionnées par SLT que vous ne retrouverez peu ou pas dans le P.A.F :

- Macron héritier de la françafrique est-il raciste ? Vers un Macron's Watch
Sources : AFP, JAI, Sputniknews, Survie, CADTM, Mondafrique, Arte, Misrat News, Cameroon Voice...

- L'Arabie saoudite bombarde son propre peuple, silence dans les médias
Source : The Independent, Geopolitics Alert, Middle East Eye

- Crimes de guerre de la coalition US à Mossoul et le prix terrible payé par les civils
Sources : Amnesty international, New York Times, Common Dreams,

- Analyse du revirement du discours politique de Macron sur la Syrie et sur Assad
Source : Canard enchaîné, Press TV

- L'armée US s'installe en Syrie, en Irak et en Libye
Source : AFP, Al Manar, Russia Today, Antiwar

- Comment Hollywood promeut la guerre pour le compte du Pentagone, de la CIA et de la NSA. Retour sur l'opération Mockingbird.
Source : Medium.com, Arte, Entelekheia...

A la fin de la revue de presse, vous trouverez également :

- Les articles traduits sur SLT cette semaine

- Les 3 articles les plus lus sur SLT

- Macron héritier de la françafrique est-il raciste ? Vers un Macron's Watch

Peu de médias français ont traité la réception par le chef de guerre Macron à l'Elysée de deux chefs d'Etat françafricains installés par l'armée française : Ouattara le 11 juin 2017 (AFP La France et la Côte d'Ivoire vont renforcer leur coopération militaire) et Idriss Déby le 11 juillet 2017 (JAI La visite de Déby à l’Élysée critiquée par l’opposition tchadienne). Ce qui fait écrire à  Mikhail Gamandiy-Egorov sur Sputniknews que  Macron est un digne héritier de la Françafrique. Pour Fabrice Tarrit, co-président de l'association Survie : « voir le nouveau président français recevoir un dictateur emblématique de la Françafrique deux mois après son élection, c’est un signal désolant de continuité avec la politique de ses prédécesseurs. En prétendant "lutter contre le terrorisme", la France soutient un chef d’État qui fait partie du problème plutôt que de la solution en matière de conflits régionaux et de dégradation des conditions de vie des populations locales.  ». (Survie Le despote tchadien reçu à l’Elysée : Macron poursuit son initiation à la Françafrique). Un système qui pour bon nombre de médias français a disparu depuis belle lurette.

Pourtant, il est évident que l'ex-banquier d'affaires Macron est en passe de poursuivre l'oeuvre de ses prédécesseurs (De Gaulle-Pompidou-Giscard-Chirac-Mitterrand-Sarkozy-Hollande) dans le pillage des ressources des soit-disant "anciennes" colonies, de leur occupation par l'armée française et le contrôle voir l'assassinat de ses dirigeants ainsi que du contrôle de leur monnaie (néo)coloniale (le Franc CFA). Macron va jusqu'à reprendre les poncifs racialistes de ses prédécesseurs et leur discours méprisant envers les Africains. Dans la droite ligne du discours racialiste de Sarkozy à Dakar écrit par son ami réactionnaire pro-colonialiste Henri Guaino en 2008, Macron a continué avec la même morgue son discours sur les particularités civilisationnelles des Africains :

"Le défi de l'Afrique, il est totalement différent, il est beaucoup plus profond, il est civilisationnel aujourd'hui. Quelles sont les problèmes en Afrique ? Les Etats faillis, les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est l'un des défis essentiels de l'Afrique. C'est ensuite les routes des trafics multiples qui nécessitent aussi des réponses en terme de sécurité et de coordination régionale : trafic de drogues, trafic d'armes, trafic humain, trafic de biens culturels et c'est le fondamentalisme violent, le terrorisme islamiste. Tout cela mélangé créé les difficultés de l'Afrique en même temps que nous avons des pays qui réussissent formidablement, un taux de croissance extraordinaire qui fait dire à certains que l'Afrique est une terre d'opportunités.". Puis il ajoute : " «Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d'y dépenser des milliards d'euros, vous ne stabiliserez rien»,

Ce discours qui se focalise sur la différence civilisationnelle de l'Afrique en stigmatisant la surnatalité africaine pour justifier de la faillite des soit disant plan Marshall pour l'Afrique occulte le pillage des ressources de l'Afrique par les grandes puissances, les ravages terribles d'un capitalisme débridée qui à présent ravage l'Europe (à l'exemple de la Grèce), les ajustements structurels imposés à ces pays par le G20, le FMI, la Banque mondiale selon le CADTM. Anouk Renaud et Nicolas Sersiron reviennent dans leur article "Qui est responsable du sous-développement de l’Afrique : les femmes africaines ou le G20 ?" sur cette occultation qui selon eux relève du mépris raciste et sexiste :

"Emmanuel Macron a déclaré lors du G20 qu’une partie des problèmes de l’Afrique provenait du taux de fécondité de certains pays. Mais c’est renverser l’ordre des causes, comme l’expliquent Nicolas Sersiron et Anouk Renaud. Lors du G20 des 7 et 8 juillet à Hambourg, Emmanuel Macron a fait part de sa brillante analyse (encore une...) du sous-développement de l’Afrique, dont l’une des causes principales seraient les « 7 à 8 enfants des femmes africaines » :
Les causes du « sous-développement » africain ne sont apparemment pas enseignées à l’ENA, pas plus que celles des « sans-dents » de son prédécesseur. Confondre les symptômes d’une maladie, ou d’un grave problème comme la surpopulation, avec ses causes, est symptomatique de ces décideurs néolibéraux qui préfèrent faire porter la responsabilité des inégalités et des injustices sur les victimes plutôt que sur les responsables. Mais pour cela il faut ranger l’histoire dans un tiroir inatteignable de sa mémoire. Oublier le pillage des ressources naturelles de ce continent par l’Europe depuis le milieu du XIXe siècle à travers la violente colonisation d’hier, le dramatique néocolonialisme d’aujourd’hui à travers les assassinats, la corruption, l'extractivisme, l’ingérence politique françafricaine et la dette illégitime. Oublier aussi la tragédie lointaine, de l’extraction de la force de travail durant les trois siècles précédents de ces dizaines de millions de jeunes africains, esclaves exportés dans des conditions pires que le bétail. Cette pensée tellement primaire de Macron sur les femmes africaines révèle un mépris raciste et sexiste, émanant du président français à savoir un homme, un blanc et un chef d’État..
..". (CADTM).


Selon Sputniknews, de nombreux internautes ont dénoncé les "propos colonialistes et racistes" du chef de guerre Macron. Certains internautes se demandent même ironiquement si la France ne va pas se remettre à stériliser les femmes africaines comme au "temps béni des Colonies" (cf vidéo ci-dessous) en clair d'assurer un contrôle des natalités dans ces pays de manière coercitive.

De manière surprenante, Mondafrique n'a porté aucune critique (à la date du 15 juillet 2017) sur le discours de Macron mais a éprouvé la nécessité de produire deux articles sur la surnatalité au Niger en date du 14 juillet 2017 soit 3 jours après le discours racialiste de Macron (Niger, un vertige démographique ; Sept enfants par femme au Niger) sans aucune référence à l'asservissement monétaire de ce pays via le franc CFA, à l'installation de bases militaires françaises, au pillage des ressources par le consortium étatique français Areva et à la tutelle française des dirigeants du Niger. sans compter les ajustements structurels imposés par le FMI et la Banque mondiale...

 

Lire également : ACME Françafrique : L’industrie nucléaire française procède à un véritable pillage au Niger

Alors que le nucléaire tend à s’imposer comme une question centrale de la campagne présidentielle, l’association Survie tient à souligner l’intérêt de la fiction Qui sème le vent que la chaîne Arte diffusera, ce vendredi 2 décembre à 20h40. Ce téléfilm interroge enfin un angle mort de la filière française de l’atome : les conditions sociales, environnementales et politiques dans lesquelles la Cogema puis Areva exploitent l’uranium africain depuis des décennies. La levée d’un tabou qui atomise l’argument de « l’indépendance énergétique » de la France.

 Plutôt que d'aborder ces sujets, les deux journalistes de Mondafrique ont préféré évoquer, à la suite de Macron au G20, : "du manque de contraception, du manque d'accès à l'information, de bébés à la chaîne, d'inégalités sociales". Une vision qui occulte dans son analyse les conditions structurelles qui ont mené à cette pauvreté et à l'affaiblissement sanitaire de ce pays. Une vision sélective qui emboîte le pas au discours de Macron sans faire référence au condition géopolitique qui entrave ce pays et ont produit les conditions de pauvreté, semblant renvoyer ainsi le Niger à ses particularités et à sa mauvaise gouvernance. Mondafrique prétend "fournir des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne" mais l'absence de prise en compte du contexte macroéconomique, géopolitique et néocolonial risque plus de renforcer les représentations racialistes sur l'Afrique au sein de la communauté de leurs lecteurs. Mondafrique est-il comme nombre d'autres médias pro-Macron ?

Lorsque Macron parle "d'Etats faillis" il occulte sciemment la destruction de la Libye organisée par l'armée française par son ami Sarkozy qu'il a reçu en secret à l'Elysée avec sa femme (Le dîner secret des couples Macron et Sarkozy à l'Élysée) montrant s'il le fallait qu'ils sont à priori sur la même longueur d'ondes. Pourrait-on imaginer des journalistes évoquant la paupérisation actuelle de la Libye en la mettant sur le compte exclusif des Libyens, sur les particularités civilisationnelles libyennes, alors que l'opération militaire (néo)coloniale de Sarkozy-Fillon avec Cameron et Obama-Clinton en 2011 a contribué à son démantèlement ?

Pourtant Macron est un coutumier d'un discours racialiste aux accents clairement racistes envers les Africains. Sa blaque sur les Kwassa-Kwassa comoriens illustrent bien son mépris envers les droits humains en Afrique en ligne directe avec les représentations coloniales. 

Cette petit blague de Macron ne fait pas rire tout le monde puisque l'on parle de milliers de morts noyés par an

Les Kwassa-kwassa sont des embarcations de fortune utilisées par les Comoriens pour rejoindre Mayotte. Beaucoup de ceux-ci meurent en mer (tout comme ceux qui fuit la Libye pour aller en Italie). Si les médias français ont bien traités cette actualité et l'incongruité des propos de Macron, ils n'évoquent que très rarement la manière dont la France a éliminé les dirigeants comoriens qui la gênaient entravant ces pays dans leur capacité à pouvoir instaurer une bonne gouvernance. (Lire sur les pratiques mafieuses, les coups d'Etat et les assassinats de présidents Comoriens avec l'aval de l'Etat français l'aticle de Pabamzuka L'Archipel des Comores: 1975–2015, 40 ans d'indépendance confisquée ; Survie Dossier spécial COMORES & PROCES DENARD):

Lire également à ce sujet le livre de Pierre Caminade : Comores-Mayotte : une histoire néocoloniale

Extrait :  "En 1975, lors de la décolonisation des Comores, la France viole le droit international en arrachant Mayotte à son archipel. Condamnée plus de vingt fois par l’ONU, avec l’approbation de nos partenaires européens, cette occupation reste illégale. Depuis 1995, les Comoriens des trois autres îles se sont vu imposer un visa les empêchant de se rendre librement à Mayotte – situation qui sera encore renforcée par la départementalisation de l’île en 2011. Dans le même temps, des tribunaux expulsent des Comoriens de la métropole vers… Mayotte. Ce « Dossier noir » propose un examen des motivations à la présence – notamment militaire – française dans cette région où passent deux tiers du pétrole exporté du Moyen-Orient. On y voit à l’oeuvre la « démocratie du coucou » qui, selon la formule de Jean-Marie Tjibaou, « s’installe chez vous puis demande un référendum pour savoir à qui appartient la maison ». Il analyse le processus de « domtomisation » puis ses conséquences, notamment pour le reste de l’archipel, chasse gardée d’une clique de mercenaires, feu Bob Denard en tête".


La Françafrique comme le disait Tiken Kah Fakoley, avant d'être lui même coopté par la Françafrique lors de la guerre française contre Laurent Gbagbo, c'est du "blaguer tuer". Et la morgue de Macron semble être du même acabit aux relents (néo)colonialistes. Un humour irrespectueux et méprisant pour lequel l'Elysée a du exprimer des regrets suite aux demandes pressantes des Comoriens pour qu'il fasse des excuses. En effet, le chef de la diplomatie comorien  a déclaré : « Il y a de nombreuses pertes en mer entre Anjouan et Mayotte (…). Des familles perdent des proches, des fils, des enfants… Ce n’est pas un sujet qui se prête à l’humour… c’est cela qui a choqué les Comoriens. » et d'ajouter : « il y a un contexte douloureux lié aux kwassa-kwassa que Macron ne peut ignorer ». L'Elysée a fini par reconnaître « un trait d’humour malheureux qui a pu blesser ».

On peut aussi se référer à Cassel avec Rockin Squat pour se remémorer en rap quelques éléments historiques de la politique française en Afrique. Lorsque Cassel fait allusion dans sa chanson "Françafrique" à l'assassinat d'Abdallah, il s'agit du président comorien tué par le mercenaire français Bob Denard en 1989. Ce mercenaire fut impliqué dans de nombreuses tentatives de coup d'Etat aux Comores, souvent au service de l'Etat français. Pour l'assasinat d'Abdallah, Denard a été acquité par la justice française. Circulez et oubliez !

Suite à ces propos racialistes de Macron chez un homme qui se présente ouvertement comme l'héritier de la Françafrique de par ses actions récentes et compte tenu des antécédents génocidaires de la politique étrangère française en Afrique (Cameroun 1956-1960, Rwanda 1994, Libye 2011, Côte d'Ivoire en 2011, Centrafrique en 2012) et de son mépris affiché et répété envers la condition et la souffrance des Africains qu'ils préfèrent tourner en dérision, certains de ceux-ci s'inquiètent et réagissent.

Jean de Mossingue en réponse au discours de Macron au G20 sur la surnatalité africaine écrit dans MIRASTNEWS : "Au regard de la faiblesse démographique comparativement à leurs superficies respectives, des potentialités réelles en termes de richesses naturelles et des capacités réelles de développement, ce sont plutôt les maux comme la corruption interne et externe, la mauvaise gouvernance et le placement à des postes de dirigeants de personnes acquises aux intérêts des puissances étrangères qui s’accaparent et vampirisent ensemble les richesses naturelles et financières, l’intervention négative des puissances étrangères dans le processus de prise des décisions stratégiques, le vol des ressources naturelles et financières par différents acteurs, les transferts de fonds illicites et les placements de fonds clandestins dans des paradis fiscaux, le blanchiment des fonds subtilisés aux pays africains dans les pays industrialisés par les acteurs économiques et financiers internationaux véreux et les hommes politiques nationaux, l’accaparement des ressources et richesses des nations par les clans au pouvoir, la non participation des africains dans le contrôle des affaires économiques et financières stratégiques, la confiance aveugle à des acteurs économiques et financiers multinationaux, le manque de visions stratégiques à long terme pour impulser un développement réel et réaliste, la déstabilisation continue des pays africains par les guerres imposées, la destruction de son environnement vital (par exemple, pollution des terres et des eaux par du pétrole brut ou autres produits nocifs ou radioactifs) par les multinationales, ce que l’on nomme souvent les effets externes négatifs, pour ne citer que cela, qui sont à la source des problèmes structurels des Etats africains."

Ndam Njoya Nzoméné va même s'inquiéter dans Cameroon Voice du risque d'un projet "d'épuration raciale" ou de "génocide" en Afrique par la France et les grandes puissances compte tenu du passé génocidaire français en Afrique :

" Les réflexes de banquier d'affaires, sont encore chevillés à l'âme du ci-devant asso­cié-gérant de la banque Roth­schild, qui ne rate aucune occasion de passer à côté de son sujet chaque fois qu'il est confronté au difficultueux exercice de parler des pauvres. ... De deux choses l'une donc : soit le président Macron est un benêt  qui dit tout ce qu'il lui passe par la tête, et c'est dangereux pour la France et tous les pays du monde qui commercent encore avec ladite France, soit ces propos contre ces gens qui « ne sont rien », y compris les Africaines toujours confrontées au « problème "civilisationnel" » de la pluralité des  "enfantements", sont le prélude à une entreprise d'épuration raciale."  (Cameroon Voice Prétexte pour un génocide : le truc de fou que Macron "le barbare" prépare en s'attaquant à la démographie africaine ).

Compte tenu de passé néocolonial récent impensé par les élites au pouvoir et nombre de médias français qui tendent à forclore du champs de la conscience collective française les actions criminelles françaises en Afrique, nous lançons une nouvelle rubrique portant le titre de "Macron's Watch" qui a pour objectif de surveiller les actions, les discours de Macron sur l'Afrique pour éviter le blackout médiatique sur l'immonde politique néocoloniale française en Afrique. Macron chef de guerre de la Vème République, ayant qui plus est augmenté ses pouvoirs au sein d'un régime qui n'accorde que peu de place au Parlement (avec la création sous le régime de la Vème d'une task force sous contrôle du chef de guerre sans aucun contrôle parlementaire et gouvernemental),  nous devons être encore plus vigilant compte tenu des tendances transgressives de cet homme, de son irrespect prononcé envers les Africains (ou de "ceux qui ne sont rien" à ses yeux), de son mépris de certaines conventions, normes et règles sociales et de bienséance. Politique sans conscience n'est que ruine de l'âme et déshumanisation !

Ce psychiatre évoque les tendances à la transgression de Macron mais il ne s'agit nullement d'un psychopathe

Qaund un chef d'Etat tient des propos racialistes à tendance raciste publiquement qui ne sont pas ou peu critiqués en tant que tel par le magistère intellectuel et médiatique (notamment concernant ses propos scandaleux au G20), c'est toute une nation qui peut s'identifier aux représentations malsaines diffusées au plus haut niveau de l'Etat. Le Macron's Watch devient donc indispensable pour éviter la reconduction du crime français en Afrique.

 

L'Arabie saoudite bombarde son propre peuple, silence dans les médias

Cette information n'a quasiment pas filtrée dans la presse mainstreams. Il y a des heurts importants entre la minorité chiite et les autorités saoudiennes dans la ville d'Awamiya. Selon The Independent les forces de sécurité saoudiennes luttaient simplement contre un soulèvement armé de "militants" chiites. Selon Geopoplitics Alerts, les forces saoudiennes font la guerre contre une minorité chiite opprimée. Une guerre qui a amené les forces saoudiennes é bombarder la ville d'Awamiya dans la rgion de Qatif.  :  "Dans des vidéos diffusées sur les médias sociaux, il semble que les forces de sécurité saoudiennes utilisent du phosphore blanc pour chasser - des citoyens de leurs maisons. Les résidents rapportent aussi que les forces saoudiennes bombardent des maisons et des constructions avec des armes de.calibre 50. Dans un cas, un bâtiment a été brûlé et la police saoudienne a refusé de permettre aux pompiers de passer à travers les barricades.": Selon Middle East Eye, les autorités saoudiennes après avoir accusé des militants chiites de vouloir balkaniser un territoite saoudien ont organisé le siège de la ville pendant plusieurs jours faisant plusieurs victimes civiles. Une guerre secrète dans le royaume saoudien qui n'est quasiment pas couverte par les médias tout comme celle du Yémen effectuée par la coalition saoudo-étatsuno-israélo-franco-britannique.

Lire à ce sujet dans le Huffington Post L'histoire cachée des plus minuscules victimes de la guerre brutale du Yémen.

 

Siège saoudien d'Awamia en Arabie saoudite

 

Crimes de guerre de la coalition US à Mossoul et le prix terrible payé par les civils

Le New York Times a diffusé une vidéo de civils essayant de fuir les combats contre l'EI en se réfugiant dans des ruelles à deux pas des combats. De nombreuses autres vidéos issues notamment de drones survenant Mossoul. Elles montrent la dévastation de la partie occidentale de Mosoul avec des quartiers entièrement rasés.

 

 

 

Selon Amnesty international, des milliers de civils ont été tués dans Mossoul et des millions ont été déplacés depuis que l'EI a pris le contrôle de la ville en juin 2014. Les crimes du groupe ont été bien documentés par Amnesty International et d'autres groupes de défense des droits de l'homme. Le rapport note que l'EI a mis délibérément des milliers de civils en position d'être bombardé, les utilisant comme des boucliers humains dans les zones de conflit de la ville et tuant les gens qui ont essayé de s'échapper.

Mais le rapport d'Amnesty se concentre aussi sur le coût humain des actions de la coalition menée par les États-Unis (comprenant notamment la France et la Grande-Bretagne) dans Mossoul. Amnesty a interviewé 150 témoins, experts, analystes au sujet de douzaines d'attaques et s'est concentrée sur les attaques qui ont eu lieu entre janvier et juillet 2017 :

"Les horreurs dont les gens de Mossoul ont été témoins et le mépris pour la vie humaine par tous les partis en conflit ne doivent pas rester impunis," déclare Lynn Maalouf, le directeur  des recherches d'Amnesty pour le Moyen-Orient. "Des familles entières ont été anéanties, beaucoup sont toujours enterrées sous les décombres aujourd'hui. Les gens de Mossoul méritent de savoir, de la part de leur gouvernement, qu'il y aura une justice et des réparations pour que l'impact du traumatisme généré par cette opération soit pris en compte."

Common Dreams dans un article intitulé "Détruire Mossoul pour la sauver : dénonciation de possibles crimes de guerre soutenus par les Etats-Unis en Irak" précise que es attaques de la coalition ont été en grande partie effectuées avec des roquettes improvisées avec des capacités de ciblage peu sophistiquées, qui "ont fait des ravages dans l'ouest de Mossoul à forte densité de population et ont entraîné la mort de milliers des civils," selon le rapport d'Amnesty. Les raids aériens effectués par les avions étatsuniens étaient aussi fréquents durant cette période et le rapport déclare que la coalition a peu fait pour protéger les civils de ces attaques :

"Ils ont effectivement parachuté des prospectus dans les zones de la ville contrôlées par l'EI, ordonnant aux civils de rester loin [de l'EI] ou de mettre des vêtements d'enfant sur le toit pour marquer les maisons civiles. Ces avertissements, cependant, ont pris peu de compte de la vie réelle sous la domination de l'EI. Rester loin [de l'EI] était impossible pour les résidents de l'ouest de Mossoul et les miliciens exécutaient tout individu attrapé avec un prospectus dans ses mains. Les maisons avec des vêtements d'enfant sur le toit étaient toujours frappées par des bombardements aériens." 

 

 

Analyse du revirement du discours politique de Macron sur la Syrie et sur Assad

Macron semble avoir changé de discours sur la Syrie et ne plus vouer Assad aux gémonies. Après avoir voulu préparer une intervention militaire contre le régime d'Assad suite à la présumé attaque chimique de Khan Cheikhoun qu'aurait commandité Assad.

 

Mais le 13 juillet, il déclarait que l'élimination des terroristes était maintenant plus importante que la destitution d'Assad.

Selon Le Canard enchaîné ("Un document alarmiste de la DGSE", 5.07.17), Macron aurait changé d'avis sur Assad et pris ses distances avec la politique de son prédécesseur Hollande et des néoconservateurs après avoir eu accès à des données consignées dans un rapport secret de la DGSE. On y apprendrait entre autres que le régime d'Assad n'aurait jamais été aussi fort depuis 2011 tandis que l'opposition dominée par des groupes djihadistes serait laminée, que les djihadistes en perte de vitesse tout comme l'Etat islamique pourraient après leur défaite en Syrie se rabattre sur l'Europe. Un rapport qui aurait été effectué pour le compte de la DGSE par des experts, des universitaires, des chercheurs et spécialistes de la géopolitique. Toutefois ce genre d'expertises existaient du temps du chef de guerre français Hollande et il est fort probable que le rapprochement entre Trump et Poutine sur le sujet ait aussi participer du changement d'avis de Macron qui semble s'aligner de manière réaliste sur les positions russo-étatsuniennes qui prétendent faire de leur cheval de bataille la lutte contre le terrorisme. La question qui reste posée est celle d'Israël qui soutient bon nombre de terroristes en Syrie dans sa guerre depuis 40 ans contre le régime d'Assad.

Or on sait que les Etats-Unis défendent avant tout les intérêts d'Israël dans la région et il est bien évident que dès lors les solutions géopolitiques qui s'offrent aux atlantistes (Trump-May-Macron) sont contradictoires : d'un côté Israël veut défaire Assad et le Hezbollah en s'appuyant sur les rebelles djihadistes de l'autre les Russes et les Iraniens veulent maintenir Assad en luttant contre les rebelles djihadistes armés par l'Arabie saoudite. Il n'est pas impossible que le discours et la position de Macron sur la Syrie varie au gré de l'évolution sur le terrain et des désiderata de son mentor étatsunien qui semble envisager de faire prendre racine aux armées US dans la région.

 

L'armée US s'installe en Syrie, en Irak et en Libye.

Selon l'AFP, les Etats-Unis envisagent de rester en Irak après l'EI :

"Les Etats-Unis, ainsi que plusieurs pays de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique, veulent maintenir une présence militaire en Irak une fois que les jihadistes seront vaincus, a affirmé mardi un haut responsable militaire américain.Le lieutenant-général Stephen Townsend, chef des forces de la coalition, a souligné que le gouvernement irakien voyait cette éventualité d'un bon oeil. "Tout comme (Bagdad), notre gouvernement est intéressé par cela, ainsi que le sont plusieurs gouvernements de la coalition" qui ont fait part de leur intérêt à cet égard, a expliqué M. Townsend lors d'une vidéoconférence, précisant que les discussions sur la question sont dans leur phase finale...".

Toujours, selon l'AFPdes soldats étatsuniens opèrent dans Raqqa  :

"Les conseillers militaires américains opèrent au coeur de la ville de Raqqa, dernier bastion du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie, a affirmé mercredi un porte-parole de l'armée américaine. Les soldats, pour la plupart membres des forces spéciales, remplissent une mission de "conseil et d'accompagnement" des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS, antijihadistes), a précisé le colonel Ryan Dillon, soulignant qu'ils ne combattent pas directement mais coordonnent notamment les frappes aériennes. Ces soldats se trouvent ainsi plus proches des combats que les forces américaines qui assistent l'armée irakienne à Mossoul. "Ils sont bien plus exposés au contact avec l'ennemi qu'en Irak", a assuré Ryan Dillon..."

Selon Almanar News, 150 véhicules US ont pénètré le sol syrien.

Enfin selon Antiwarsles Etats-Unis sont prêts à établir une présence militaire permanente en Libye : "Les officiels étatsuniens familiers de la situation en Libye déclare que l'administration Trump va probablement annoncer une "augmentation" spectaculaire de l'engagement étatsunien en Libye, nommant un nouvel ambassadeur US et fondant une présence militaire étatsunienne permanente dans cette nation."

 

 

Comment Hollywood promeut la guerre pour le compte du Pentagone, de la CIA et de la NSA

Selon Medium.com, des documents exclusifs montrent comment Hollywood promeut la guerre pour le compte du Pentagone, de la CIA et de la NSA. :

"Tom Secker et Matthew Alford ont fait un rapport sur leurs découvertes stupéfiantes après avoir épluché des milliers d'informations issues de l'armée US et des documents d'intelligence obtenus grâce à la Loi sur la Liberté d'information.

Les documents révèlent pour la première fois l'échelle énorme de contrôle de gouvernement étatsunien sur Hollywood, y compris la capacité de manipuler des scénarios ou d'entraver même des films trop critiques envers le Pentagone d'être faits ? - sans parler de l'influence sur les nombreux films les plus populaires sortis ces dernières années.

Cela pose de nouvelles questions non seulement sur la façon dont la censure travaille dans l'industrie du spectacle moderne, mais aussi sur le rôle méconnu d'Hollywood en tant que machine de propagande pour l'appareil de sécurité nationale des Etats-Unis..."

 

Ces liens ne sont pas sans rappeler le rôle important de la CIA dans l'instrumentalisation de la culture et de la presse étatsunienne à des fins de propagande et de contrôle de l'opinion publique déjà évoqués suite à la déclassification de l'opération Mockingbird.

"L’Opération Mockingbird, lancée la même année 1948, vise à influencer l’opinion à travers une emprise aussi large que possible sur les médias. La CIA commence à recruter des agences de presse et des journalistes, qui deviendront autant de pions à son service, dans deux buts : d’une part l’espionnage et le contrôle de confrères et d’autre part, la diffusion de propagande anticommuniste. Pour commencer, elle s’assure les services de Philip Graham (éditeur et copropriétaire du Washington Post) qui, conjointement aux efforts de recrutement par la CIA d’anciens membres des services de renseignements militaires devenus journalistes, se chargera de battre le rappel d’autres acteurs des médias américains. L’affaire, menée tambour battant, avance à un rythme tel que, dès le début des années 50, le Bureau des projets spéciaux de Frank Wisner possède des antennes au New York Times, à Newsweek, à CBS et dans plusieurs autres grands médias d’information. « Vous pouvez avoir un journaliste pour moins cher qu’une bonne call girl, quelque chose comme deux cent dollars par mois » – Un agent de la CIA à Philip Graham, éditeur du Washington Post. (Deborah Davis, Katharine The Great , 1991). Les voix de certains des journalistes nouvellement recrutés portent très loin, comme celle de Joseph Alsop dont les articles sont repris dans 300 supports de presse différents, ou encore celles de membres d’organes aussi importants que le New York Herald Tribune, Time et le New York Daily Mirror. Sont aussi comprises dans l’opération des publications locales comme le Chicago Daily News, le Miami News, le Chattanooga Times, le Washington Star, etc. En tout, plus de 400 journalistes opèrent pour le compte de la CIA et rédigent des articles commandés par Frank Wisner, qui leur fournit parfois des documents classifiés pour aider à leur avancement – le fameux « scoop » qui forge la réputation professionnelle dont rêvent tous les journalistes…En 1953, Allen Dulles, directeur de la CIA, prend la barre de l’Opération Mockingbird, qui couvre désormais 25 agences et organes de presse, dont Life et le New York Post. Le magnat de la presse Henry Luce (Time, Life, Fortune, Sports Illustrated) en devient l’un des piliers." (Entelekheia, Déclassifié : Operation Mockingbird, la guerre froide culturelle de la CIA ).

 

Revue de presse n°4. Macron, Françafrique et racisme; L'Arabie saoudite bombarde son peuple; Crimes de guerre US à Mossoul; Revirement de Macron sur Assad; L'armée US s'installe en Syrie, en Irak et en Libye; Hollywood, CIA et Mockingbird

Archives

À propos

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l'impérialisme