Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RP n°6. Les médias de la haine; Fausse information sur l'ingérence russe; la CIA finance les rebelles syriens;Panique chez les Démocrates US; L'appel à la violence policière de Trump; Casques blancs la main dans le sac

par SLT 30 Juillet 2017, 19:17 Revue de presse Libye Massacres Médias Al Jazeera Propagande Violences policières Impérialisme USA Syrie Casques blancs Articles de Sam La Touch

Revue de presse n°6 du dimanche 23 juillet au samedi 29 juillet 2017

Voici les thématiques sélectionnées cette semaine par SLT que vous ne retrouverez pas ou peu dans le P.A.F :

- Les médias de la haine et des massacres génocidaires
Source : American Herald Tribune, Mintpress News, Slate, Alterinfo.net, Asheepnomore
- Fausse information sur la prétendue ingérence russe selon le Washington Post
Sources : Washington Post, The Duran, The Gateway Pundit
- La CIA armait et finançait des rebelles djihadistes syriens
Sources : Financial Times, Washington Post
- Panique à bord ! Arrestation du conseiller informatique de l'ex présidente du Comité National Démocrate, et confiscation de ses disques durs par le FBI.
Sources : Daily Caller, Fox News, Townhall,
- L'incitation à la violence policière de Trump
Sources : Associated Press
- Les Casques Blancs pris la main dans le sac
Sources : Press TV, Reseau international

RP n°6. Les médias de la haine; Fausse information sur l'ingérence russe; la CIA finance les rebelles syriens;Panique chez les Démocrates US; L'appel à la violence policière de Trump; Casques blancs la main dans le sac

Les médias de la haine et des massacres génocidaires

Thomas C. Mountain, journaliste indépendant étatsunien vivant en Erythrée, revient dans American Herald Tribune sur l'incitation à la haine et au génocide de la chaîne qatari Al Jazeera. Comme beaucoup de médias, elle a suivi aveuglément la ligne politique de son gouvernement qui a soutenu les rebelles djihadistes en Libye et en Syrie. Il rappelle le passé de soutien au terrorisme du Qatar qui n'a rien à envier à celui de 'Arabie saoudite envers l'Etat islamique.

La chaîne de télévision arabe d'Al Jazeera a soutenu l'Etat islamique (EI) et Al Qaïda/Al Nosra pendant des années. Les représentants de l'Etat islamique et d'Al Nosra étaient accueillis sur la chaîne avec des saluts : "Sois encore le bienvenu mon frère" et quand ceux-ci quittaient la chaîne "va avec Dieu". Le fondateur dirigeant de l'agence de presse de l'EI, Aamaq, Rayan Mishaal, était un invité régulier et quand il a été tué en Syrie la chaîne arabe Al Jazeera a présenté ses condoléances sur les ondes.

Un programme entier a donné l'antenne et la parole à un présentateur arabe d'Al Jazeera soutenant ouvertement un génocide de la minorité religieuse Alawite en Syrie (d'où est issue la famille du Président) comme étant la meilleure solution pour résoudre les problèmes du peuple syrien.

Lors de la guerre de Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye, cette chaîne a lancé des appels à la haine contre les populations noires libyennes dont une partie a été massacrée par les rebelles soutenus par la France et la Grande-Bretagne dans la plus grande indifférence internationale.

"La guerre de L'OTAN, des Etats français et britannique contre la Libye qui a débuté en 2011 fut le moment de ligne de rupture pour la chaîne arabe Al Jazeera quand elle a commencé une campagne de terreur raciste lancée par le journaliste étoile Hoda Abdel Hamid saturant les ondes hertziennes avec un discours de haine alléguant faussement que Kadhafi avait envoyé des mercenaires noirs, africains pour violer des milliers des femmes et des filles de Libyens dans une volonté de créer une vague de rapine et de mutilations s'étendant à travers le pays.

La crainte de prédateurs sexuels noirs, ravivant les tendances les plus arriérées et racistes envers des gens qui se sont retirés du nomadisme depuis une génération, a été réactivé par Hoda qui a su affoler la population arabe libyenne et soulever un demi-million de Libyens.

Les Arabes se sont enfuis de leurs maisons sous la protection supposée d' Al Qaïda et plus tard l'Etat islamique a contrôlé l'est de la Libye et la Cerenaïque. 

Ce discours de haine raciste était une complète fabrication et quand lorsqu'Hoda Abdel Hamid a été défié de prouver ce qu'il avait dit, il a complètement échoué à trouver des preuves de ce qu'il avançait.

Ce fut la même campagne qui fut utilisée par la Secrétaire D'État Hillary Clinton et l'ambassadrice de l'ONU Susan Rice alléguant que l'on donnait aux combattants de Kadhafi du viagra pour alimenter le viol et le pillage contre leur propre peuple, renforçant la conviction de la population en cette propagande et ces mensonges.Les médias français du P.A.F ont repris le même discours légitimant la guerre sarkozyste en Libye comme ce fut le cas par les médias atlantistes lors de la guerre contre l'Irak, il s'agit de chauffer les populations pour légitimer des guerres monstrueuses
."

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES !!! ÂMES S'ABSTENIR !

"Les médias occidentaux ont prétexté la "liberté d'expression" dans leur défense de la chaîne anglaise Al Jazeera, mais se sont presque complètement tus lorsqu'il a s'agit de faire la lumière sur la chaîne de télévision arabe Al Jazeera et sur sa publicité "de télévision de la terreur" par son soutien à l'EI et à Al Qaïda sur ses ondes hertziennes internationales. Dans le cas de la chaîne en langue arabe Al Jazeera "ce journalisme est un crime" faisant mentir les prétentions de sa filiale de langue anglaise."

"En conséquence de cette incitation raciste à la violence, des centaines si ce n'est des milliers de travailleurs immigrés africains ont été lynchés par des escadrons de la mort arabes libyens, avec leurs corps torturés, brûlés, accrochés à des ponts ou déposés dans le désert. J'ai été présent aux funérailles des victimes érythréennes de ces lynchages racistes par des foules et j'ai vu les images des Africains torturés et brûlés vivants, diffusées dans le monde entier, qui ne pouvaient que ressusciter les souvenirs de lynchages similaires d'hommes noirs partout dans les anciens états esclavagistes aux Etats-Unis bien de mon époque".

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES !!! ÂMES SENSIBLES S'ABSTENIR !

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES ``!!!

Les massacres commis par les rebelles soutenus par la France et la Grande-Bretagne à l'encontre des populations noires libyennes et d'Afrique subsahariennes relèvent de massacres à caractère génocidaire : les Noirs en Libye étaient assassinés, torturés, brûlés vivants, violés en raison de leur couleur de peau. Actuellement ils sont traités comme des esclaves et subissent une nouvelle traite négrière en Libye. La Libye était entrée dans la grande Histoire de par son développement, elle a été renvoyée à l'Etat de barbarie et à la préhistoire après l'intervention du tandem diabolique Sarkozy-Cameron et de leurs alliés du Golfe.

 

Lire : - La Libye plonge dans un Etat failli 6 ans après l'invasion (franco-) étatsunienne (Mintpress News)
- Bloqués en Libye à cause de l'UE, les migrants d'Afrique noire sont torturés (Slate.fr)
- UN NOIR CRUCIFIE DANS LA LIBYE DE L’OTAN ET DES DJIHADISTES DE 2015 ! (Alterinfo.net)

 

Peu de chance que les rebelles et leurs soutiens français, britanniques, saoudiens et qataris soient envoyés devant la CPI, un tribunal colonial sélectif installé par les grandes puissances pour jeter en prison leurs ennemis et les vaincus.

Ce crime contre l'humanité "qui avaient pour but une purification ethnique des Arabes libyens et la tuerie de travailleurs immigrés africains est similaire à bien d'autres crimes de guerre (crimes contre l'humanité, NdT) qui ont amené des criminels, militaires et civils, devant la Cour pénale internationale (CPI). Bien sûr être accusé devant la CPI exige l'approbation de la Maison Blanche aussi ne vous attendez pas à ce que Hoda et le reste des voyous journalistes de la chaîne arabe Al Jazeera soient jamais soumis à la justice pour leurs crimes contre les Syriens, les Africains et les Libyens".

 


Lire également :
-
[Vidéos] Mis en cause pour crimes contre l'humanité en Libye, Sarkozy se présente aux élections présidentielles françaises
- Les Emails d'Hillary Clinton révèlent que l'OTAN a tué Kadhafi pour stopper la création libyenne d'une monnaie basée sur l'or en Afrique (Asheepnomore)

Fausse information sur la prétendue ingérence russe, selon le Washington Post

Jeff Bezos propriétaire du Washington Post, a admis aujourd'hui que l'histoire de l'ingérence russe dans l'élection étatsunienne est un tissu de mensonges.
La tribune libre du Washington Post par Ed Roger a bien sûr été ignorée par les principaux médias traditionnels et la gauche libérale. Vous pouvez lire la tribune libre complète ici.

Dans une tribune libre stupéfiante du Washington Post intitulé, "L'enquête pour prouver la collusion s'effondre", l'auteur admet en réalité que le récit complet de la collusion russe est 'une histoire qui n'a jamais existé'.

Ed Roger a publié cet article après le témoignage de Jared Kushner. Roger a déclaré, qu'au lieu d'intensifier le récit de la collusion russe, le témoignage de Jared Kusner l'a annihilé, amenant les médias "à battre tranquillement en retraite sans rien en mentionner".

Le Washington Post explique comment Kushner a  annihilé le conte de fées de ces fausses informations inventées par Hillary Clinton au sujet de l'ingérence russe dans les élections étatsuniennes...

Alors que tout le monde est fixé sur l'attaque inconvenante et inexplicable du Président Trump contre le Procureur Général Jeff Sessions, les médias ont essayé de prendre leur distance avec l'histoire "de la collusion russe". C'est juste. Toute cette frénésie est à bout de souffle et les espoirs à peine voilés que ceci puisse être un nouveau Watergate ont été douchés par la déclaration et le témoignage de Jared Kushner devant le Congrès qui ont fait que les Démocrates et beaucoup de médias se sont aperçus que la collusion sur laquelle ils comptaient n'existaient simplement pas.

Alors que l'on se rapprochait de la date du témoignage de Kushner, les médias ont pensé qu'il allait relancer et alimenter l'affaire. Mais le compte rendu clair, précis et convaincant de Kushner de ce qui s'est vraiment passé pendant la campagne et après l'élection ont amené beaucoup des ennemis les plus acharnés du Président Trump à lâcher l'affaire en toute discrétion.

Le temps d'antenne et le nombre de publications disponibles consacrés à cette affaire de collusion inexistante semblent diminuer. Les Démocrates et leurs alliés dans les médias semblent moins désireux d'en parler et quand ils le font, ils disent quelque chose du genre "mais, mais, mais … Kushner n'a pas répondu à chaque question … Il n'était pas sous serment … Il y a plus de témoins (à entendre)… Qu'en est-il de ceci ou de cela ?" Ils balbutient. Et cela n'a pas pris longtemps aux producteurs d'informations et aux rédacteurs pour se rendre compte que l'histoire périclitait.

A la fin, l'histoire qui n'a jamais existé n'advient pas.

Selon The Gateway Pundit, le canular entier a été composé comme par magie et les fausses informations ont été colportées par les médias en permanence pour garder l'histoire dans l'actualité.

La CIA armait et finançait des rebelles djihadistes en Syrie

On a appris grâce au Washington Post que la CIA armait les rebelles suite à la décision de Trump d'arrêter l'opération secrète de la CIA envers les djihadistes en Syrie rebaptisés pour l'occasion "rebelles modérés". On apprend maintenant grâce au Financial Times qu'ils recevaient également des salaires de la part de l'agence de renseignement étatsunienne.

" Des rebelles contactés par le Financial times déclarent que leurs interlocuteurs de la C.I.A. n'ont pas confirmé de changement concernant la politique de soutien secret de la part des USA. La Maison Blanche n'a pas confirmé que le programme avait été annulé.
"Jusqu'à présent, rien n'est confirmé. Il n'y a eu aucun changement sur le terrain. Quand nous avons parlé aux partis concernés [dans la salle des opérations] ils ont aussi été étonnés par ces information," a déclaré Hassan Hamadeh, le commandant de la Division 101, un groupe rebelle. "La collaboration est en cours et tout est arrivé normalement."
Un commandant rebelle qui a demandé à ne pas être nommé a déclaré que le soutien étatsunien avait décru depuis quelques mois, mais a noté que les rebelles ont reçu leurs salaires usuelles le mois dernier.
Cependant, il pense que la décision est définitive. "Le soutien de la C.I.A. est terminée" a déclaré le commandant rebelle."

 

Lire également :
- Financial Times Les rebelles syriens inquiets des rapports faisant état de la fin de l'aide secrète de la CIA
- Selon le Financial Times, la CIA a versé les salaires usuels des rebelles syriens le mois dernier - Washington Post Trump met fin au programme secret de soutien de la CIA envers les rebelles syriens anti-Assad

 

Panique à bord ! Arrestation du conseiller informatique de l'ex-présidente du Comité National Démocrate et confiscation de ses disques durs par le FBI

 

L'année dernière, WikiLeaks a publié quelque 20 000 courriels piratés du Comité National Démocrate (DNC), dont certains confirment les critiques formulées par Bernie Sanders et ses partisans sur le parti-pris de l’organisation en faveur d’Hillary Clinton. A la suite de ces fuites montrant le parti pris de la présidente du DNC, Debbie Wasserman Schultz, celle-ci avait dût démissionner.

Cette fois-ci le Daily Caller révèle qu'il y a quelques jours le FBI a saisi des disques durs brisés dans la maison d'Imran Awan, un Pakistanais qui était conseiller informatique de l'ex- présidente du DNC, Debbie Wasserman Schultz.

Le Daily Caller a rapporté qu'une source au Congrès a confirmé que le FBI avait rejoint une enquête criminelle de la Police du Capitol portant sur des "vols d'équipement de membres du Congrès" et pour de "sérieuses violations, potentiellement illégale, du réseau informatique (du Congrès)" par Imran Awan et trois des membres de sa famille, qui avaient accès aux courriers électroniques et aux fichiers de plus d'une vingtaine de Démocrates qui les ont employés à temps partiel.

Mardi dernier, Fox News a rapporté qu'Imran a été arrêté à l'Aéroport International de Dulles et accusé de fraude bancaire alors qu'il essayait de partir pour le Pakistan.

On pourra bientôt savoir pourquoi Awan a voulu éviter que le FBI prenne ses disques durs issus du parti Démocrate et du Congrès. Toujours que malgré les lourdes charges contre Awan (vols de données informatiques à des membres démocrates du Congrès...) pesant sur lui depuis l'hiver dernier, Wasserman Schultz a continué à l'employer. Ce n'est qu'après qu'il ait été arrêté à Dulles pour des allégations de "fraude bancaire" qu'il a été licencié par Wasserman Schutz.  Cette dernière a essayé d'influencer l'enquête en menaçant la police du Capitol après que celle-ci ait saisi un ordinateur du parti Démocrate. Elle déclare lors de son audition avec un agent de la police du Capitol qu'"il y aura des conséquences".
Selon Mark Steyn, elle aurait menacé la police du Capitol en ces termes : "Si vous avez ce qui est bon pour vous, vous ferez mieux de me rendre mon ordinateur (qui est en fait celui d'Awan)"
(cf. vidéo ci-dessous à 4'40").

Dans l'émission de Tucker Carlson sur Fox News, l'animateur de radio et commentateur Mark Steyn apporte son éclairage sur le scandale entourant cette affaire et déclare que l'affaire Wasserman Schutz est le rêve des médias russes.
Selon Mark Steyn, Debbie Wasserman Schutz avait donné elle-même le mot de passe de ses ordinateurs et de son réseau informatique à son conseiller informatique Awan qui avait été rémunéré en millions de dollars pour ses services.

Selon Townhall, les grands médias étatsuniens ont pratiquement enterré cette histoire, empêchant des millions d'Etatsuniens d'en savoir plus, notamment NBC, CBS et ABC

L'incitation à la violence policière de Trump

Durant un discours à New York, le Président Donald Trump a semblé préconiser des traitements plus violents des personnes arrêtées par la police. Il a parlé dédaigneusement d'arrêter les officiers qui protègent les têtes des suspects en les mettant dans les voitures de police

Les Casques Blancs pris la main dans le sac

Récompensé par un oscar à Hollywood, cette organisation de secouristes proches des djihadistes d'Al Nosra et soutenus par les médias atlantistes et les gouvernements occidentaux semblent avoir été prise la main dans le sac. Dans une vidéo publiée par l'agence de presse iranienne, Press TV, on les voit mettre en scène une opération d'évacuation lors d'une attaque chimique.

Réseau international précise : "Cette vidéo n’était certainement pas destinée à être publiée telle quelle et a dû être filmée par un de ceux qui assistait au vrai tournage par des professionnels qui feraient le montage par la suite. Selon SMM Syria, la vidéo a été saisie lors  d’une opération spéciale contre le groupe Hayat Tahrir al Sham (également connu sous le nom Nusra Front) dans la zone frontalière Alep-Idlib. Un groupe de militants a été éliminé et les images ont été trouvées sur les ordinateurs portables et téléphones portables qui se trouvaient dans leurs bagages. On y voit des acteurs jouant tantôt les morts ou blessés (intoxiqués), tantôt des sauveteurs. Il s’agit en fait de plusieurs vidéos en une où l’on voit à peu près les mêmes personnages jouant des rôles différents. On y voit également des gens qui se promènent (femme, enfant) sur un lieu sensé être contaminé ! Et dire que c’est peut-être sur la base de cette mascarade que Washington comptait remettre le couvert avec ses Tomahawk."

RP n°6. Les médias de la haine; Fausse information sur l'ingérence russe; la CIA finance les rebelles syriens;Panique chez les Démocrates US; L'appel à la violence policière de Trump; Casques blancs la main dans le sac

Haut de page