Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOTAL EP CONGO : Arrêt de la production sur l’ensemble des sites pour esclavagisation des agents (Congo-Liberty)

par Congo Liberty 17 Juillet 2017, 05:23 Total Congo-Brazzaville Capitalisme Libéralisme Grève Dictature Françafrique Sassou Nguesso France

ITOUA POTO menaçant les salariés de TOTAL dans le Hall

Tout  commence le Dimanche 9 juillet 2017. Ce jour-là, le DG Pierre JESSUA se rend sur la plateforme YANGA, l’un des sites en mer de Total, pour une visite de travail. Après sa visite il demande à s’entretenir avec les agents. C’est ainsi qu’un employé l’interroge sur les situations anormales qui minent le climat de l’entreprise depuis un moment : le blocage des prêts aux agents, le blocage des avancements des Congolais aux postes de responsabilité, et le problème de la prime d’intéressement. Le DG Pierre JESSUA, fâché, apprend aux agents avoir expressément bloqué les prêts et les avancements, au mépris des conventions et des règlements. Les agents contactent alors les syndicalistes, qui informent tous les salariés Congolais des différents griefs qui leur ont été rapportés. C’est ainsi qu’est convoquée une assemblée générale le 12 juillet 2017 au hall de la direction.

Sur place le 12 juillet de 12h à 19h aucune solution n’est trouvée car le DG Pierre JESSUA prétend que tout est normal. Le DG Pierre JESSUA  convoque même une réunion avec tous les chefs de site comme d’habitude.

Tous les travailleurs montent alors au 4eme étage pour sortir le DG Pierre JESSUA du bureau où il se terre. Le DG Pierre JESSUA appelle alors la police. La police arrive en la personne d’ITOUA POTO chef de la police de Pointe Noire qui commence à menacer les agents dans l’enceinte de l’entreprise. Les policiers se mettent ensuite à gazer les travailleurs dans les locaux de la direction. Trois personnes asthmatiques s’effondrent et sont transportées à la clinique de Total. Les autres agents en profitent pour se réfugier à la clinique. La police les poursuit et les gaze dans la clinique .

L’information du gazage circule jusqu’aux sites en mer et au terminal de DJENO qui, tous, décident unilatéralement de se mettre à l’arrêt jusqu’à la démission de Pierre JESSUA.

Ce matin du 13 juillet, le présumé criminel de guerre Jean François NDENGUET est venu en personne à Pointe Noire superviser la répression.

20 employés en état d’urgence, des femmes enceintes et des PMR suite au gazage. Tous les sites de Total sont à l’arrêt et une pétition demandant le départ du Directeur a déjà reçu 400 signatures sur 600 salariés.

Enfin, les salariés sur les plateformes en sont à leur deuxième jour de grève de la faim.

SOURCE : # COLLECTIF SASSOUFIT

 

******************************************************************************

Intersyndical Total E&P Congo

Chers salariés et camarades,

Comme chacun le sait, dans une relation de partenariat, les parties doivent mutuellement se respecter par leurs prises de positions, déclarations et respect des protocoles d’accord signés.
Notre entreprise prône les vertus de la solidarité, la diversité, le respect, l’écoute etc.
Malheureusement force est de constater que notre Direction Générale brille par des irrégularités répétées dans le cadre du dialogue social. Les récentes déclarations du Directeur Général sur le site Nord en témoignent et mettent en avant des contradictions notoires entre lui et le Secrétaire Général sur le sujet des prêts.
– Pour le Secrétaire Général : Suspension des prêts suite problème de trésorerie, relance du traitement de tous les prêts (Cf. CR)
– Pour le Directeur Général : Arrêt des prêts par sa propre volonté, il n ya aucun problème de trésorerie, les salariés gagnent suffisamment d’argent sinon trop, il n’est ni HLM ni banque.
(Propos tenus sur le site Nord en date du )

Nous constatons ainsi une violation flagrante et de façon unilatérale, des protocoles d’accord sur les prêts, les acquis sociaux et un mépris des salariés.
En plus, le Directeur Général dit n’avoir jamais digéré notre prise de position sur l’intéressement 2016, oubliant ainsi qu’un arbitrage avait été fait pour lequel l’Intersyndical avait du assumer, subi des conséquences graves, traiter de complices de la Direction et de corrompu.
Pour les salariés la question de l’intéressement a été un désastre, un effondrement de tous les projets, une instabilité sociale……
L’osque nous disions que nos concurrents de la branche auront dix (10) fois mieux que nous, on nous prenait pour des rêveurs mais la vérité a fini par triompher car effectivement ils ont eu dix (10) fois plus que nous.
Le sens de la responsabilité a toujours emmené l’Intersyndical à se surpasser en privilégiant l’intérêt des salariés de façon objective et dans une relation gagnant-gagnant avec la Direction.
Aucun membre de l’Intersyndical et à aucun moment n’a profité de sa position pour solliciter les faveurs de la Direction ou obtenir de celle-ci des avantages.
Sur ce sujet de l’intéressement au contraire, c’est l’intersyndical avec tous les salariés de TEPC qui n’ont jamais digéré.
Des informations en notre possession, le Directeur Général avec ses équipes, juste après l’arbitrage d’Atlantic Palace, se sont rendus à Brazzaville, et ont rencontré Monsieur le Ministre du Travail avec ses équipes pour entre autre les remercier.
Comment remercier et dire n’avoir jamais digéré ?

Chers salariés,

– Pendant que la production de Moho Nord et celle de Moho phase 1 bis est autour de 90 000 barils/jour contre 140 000 barils/jour attendus, – Pendant que nous avons perdu le sud et que le sujet du nord pointe à l’horizon, – Pendant qu’une réorganisation de la filiale est en cours et qu’aucun responsable du CODIR n’a été visé par Lean, – Pendant que certains managers expatriés font travailler leurs épouses à des coûts exorbitants et au mépris des règles éthiques,

– Pendant qu’un bâtiment dit X4 a été érigé à la BI, espace en location alors qu’il pouvait être construit au KM4, l’opérateur en charge des travaux a régné en maître jusqu’au « fiasco », les équipes DSUP, DPTN et le conseiller spécial du Directeur Général se disputent le jeu de rôle et la continuité de ces travaux,

– Pendant que l’agence Carlstone prend des milliards chez TEPC pour l’achat des billes Air
France à des taux très réduits et refacture très cher, nous payons 2 à 3 fois plus cher qu’avant au regard des études menées par les sachant et présentées au Directeur Général ,
– Pendant qu’on parle local content, les contractés locaux qui coutent moins chers, ont perdu leur emploi à DSIT au nom de la délocalisation du dispositif informatique en France et peut être au Portugal, e, inde etc.…coûtant plus cher à la filiale,
– Pendant que le restaurant Derrick nous coûte extrêmement cher avec des paiements
anticipés, notre propre restaurant,
– Pendant que l’école Charlemagne profite gracieusement des services de TEPC,
– Pendant que les épouses des expatriés en service chez TEPC travaillent à leur rythme,
prennent des congés à leur bon vouloir, pas service les mercredis et les vendredis….
– Pendant que les expatriés vivent dans des logements qui pour chacun représente
mensuellement entre 4 et 6 millions de FCFA,
– Pendant que nous assistons à la violation des conclusions d’Atlantic Palace, les documents
financiers certifiés par le conseil d’Administration et le fisc congolais sont toujours en
attente,
– Pendant que 9 ans durant, la construction du centre de loisirs n’a toujours pas vu le jour,
– Pendant que le contrat AXA supposé être résilié depuis décembre 2016 et qu’un autre
contrat devrait voir le jour depuis janvier 2017, pour la gestion des fonds du PEFC déjà
épargnés, jusque là aucune visibilité, aucun document n’a été présenté à ce jour, tout est
flou….
– Le compte provisoire crée à la BGFI de janvier 20174 à ce jour, aucun état financier n’a été fait, pour le future assureur pas d’écho.
Les bruits de couloir font entendre que AXA prendrait actuellement des dispositions pour
ramener les fonds déjà épargnés au Congo, du moins au prochain assureur,
Pendant que la smarte room a échoué après avoir occasionné des fortes dépenses, les
promoteurs de ce projet sourient et sont promus,
– Pendant que les membres du CODIR ont des enfants scolarisés à charlemagne et perçoivent
des crédits voyage pour toute la famille en argent au lieu des titres de transport,
pareillement pour tous les expatriés et leur famille,
– Pendant que les expatriés perçoivent à titre gracieux une somme de vingt trois million FCFA (23 000 000 ) FCFA pour s’acheter un véhicule 4×4 qu’ils revendent après trois (3) ans, encore s’ils ont acheté, alors qu’ils habitent tous au centre ville et pouvaient s’acheter des petite berline de 8 à 9 million FCFA ou alors en partant, ils peuvent laisser ces véhicules ou au pire créer un dispositif de navettes,
– Pendant que DEXPL change de façon unilatérale les jours et les horaires de relève sur le sites sans consulter les partenaires sociaux ni les concernés,
– Pendant que les expatriés bénéficient des téléphones au bureau comme à domicile pouvant appeler l’étranger à des coûts énormes ainsi que Internet partout, ce qui n’est pas le cas d’un expatrié congolais en France, où est l’équité ?
– Pendant que plusieurs collaborateurs locaux sont sur des postes de cadres depuis plus de 6 mois ce qui est contraire à la loi, tous les dossiers de changement de collège bien traiter par les équipes RH sont bloqués sans raison dans le bureau du Directeur Général sous prétexte avouer par lui-même sur le site Nord, il ya trop de cadres oubliant que tous les expatriés présents en filiale sont des cadres,
– Pendant que nos retraités qui ont fait l’honneur de la filiale croupissent pour certains, de fois
à la clinique par manque de moyen d’évacuation ou de réaliser des examens en externes,
– Pendant que la filiale a atteint le record des mises en disponibilité, de démission et
d’interpellation dans les tribunaux,
– Pendant que toutes les études prouvent que nous sommes la filiale la moins payée de tous le groupe.

Chers salariés,

Le sujet des prêts ne devrait pas être le fort point d’attention du Directeur Général.
En faisant la balance, l’écart entre les prêts octroyés et les remboursements n’st pas flagrant. Les études réalisées par les sachant et montrées au Directeur Général prouvent bien que plusieurs entreprises de la place pratiquent la politique des prêts. Les dispositions d’avance sur salaire et des prêts en entreprises trouvent tout leur sens et légitimité dans le code du travail, les conventions collectives et mieux pour TEPC dans les accords d’établissement signé conjointement par la représentation des salariés et de la Direction.

Chers salariés,

Face à un tel décor, une mobilisation générale s’impose (Cf. doc en P.J).
Comment faire des reproches et créer des conditions de pire contrainte et de stress à l’endroit
des salariés autant dévoués :
– Nous produisons continuellement et sans relâche,
– Nous rentrons jeunes dans l’entreprise et en ressortant vieux avec des lunettes et bien
d’autres…..
– Nous réalisons plusieurs économies (4CD),
– Nous avons relevé plusieurs paris (les arrêts, les projets pilotes, les nouveaux champs,
Nkossa, Alima, Likouf etc.…),
– Nous avons su nous réorganiser et combler ainsi plusieurs postes suite à plusieurs départs, en moyenne sur 3 ans plus 200 postes sont couverts sans qu’aucun recrutement ne se fasse, – Nombreux ne sont pas récompensés et n’avancent pas.
La lutte syndicale concerne tout le monde quelque soit le collège, le rang, le niveau de poste, l’âge ou l’ancienneté.
Mobilisons nous de la manière la plus forte pour sauver le peu qui nous reste.
Personne ne le fera à notre place et tous nos acquis sont le fruit de la lutte ouvrière.
Au nom de tous les pères fondateurs de la lutte ouvrière en entreprise, nous défendrons nos droits jusqu’au bout.
La Direction Générale de TEPC prendra toute la responsabilité des conséquences qui en découleront.

L’Intersyndical

TOTAL EP CONGO : Arrêt de la production sur l’ensemble des sites pour esclavagisation des agents (Congo-Liberty)

Haut de page