Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Et ça recommence…] Propagande de guerre au Venezuela (Les Crises)

par Les Crises 4 Août 2017, 17:20 Venezuela Propagande Médias CIA Impérialisme

Prologue

Et ça recommence donc…

Après la Libye, l’Ukraine, la Syrie, la Russie (pour ne citer que les derniers), voilà de nouveau les médias mainstream partis en mode “propagande de guerre” afin d’éradiquer tout esprit critique sur la situation au Venezuela.

 

Nous allons parler à partir d’aujourd’hui un peu plus en profondeur de la situation dans ce pays qui bascule de plus en plus dans une dangereuse forme de “guérilla civile”.

Comme à notre habitude, nous essaierons de vous fournir des informations de qualité bien peu mises en avant dans les médias, qui ont, pour beaucoup, de nouveau abandonné quelques principes élémentaires du journalisme. Car un journal se doit d’informer correctement, et ensuite présenter éventuellement des opinions, et non pas se transformer en outil de propagande pour fabriquer (malhonnêtement) l’opinion de ses lecteurs.

Bien entendu, le fait de contrebalancer une forte propagande “anti-Maduro” pourrait laisser penser qu’ici, nous “soutiendrions” Maduro.

Il n’en est évidemment rien, et nous ne souhaitons absolument pas remplacer dans la tête des lecteurs une telle propagande par une propagande “pro-Maduro”.

Car notre ambition n’est pas de militer (et encore moins pour un pays étranger…), mais d’informer – non pas “objectivement” (ce serait très prétentieux), mais au moins “honnêtement”.

Nous n’avons simplement pas 10 journalistes qui pourraient creuser la question, afin de réaliser un site d’information complet, qui pourrait présenter un vaste champ d’opinions. Nous vous encourageons donc à lire à la fois les médias mainstream et les analyses que nous présenterons ici, et à vous de faire votre propre opinion.

Un des axes de la propagande de guerre étant d’embrigader les gens dans des visions manichéennes enfantines (“le gentil”, “le méchant”), la perception d’autres faits en miroir leur permettra de bien prendre la mesure de la complexité des choses, et donc de pouvoir brider leurs émotions par une dose accrue de raison.

Il convient dans ces domaines de bien garder à l’esprit ces importantes citations :

« L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes. […] Ne soyez jamais absolument certains de quoi que soit. » [Bertrand Russell.]

« Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou. » [Friedrich Nietzsche.]

« Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas. » [Mark Twain.]

« La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. »  [Aldous Huxley.]

La propagande de guerre

Rappelons les principes de la propagande de guerre que l’historienne Anne Morelli a énoncés à partir des écrits durant la guerre de 1914 du député travailliste Arthur Ponsonby :

  1. Nous ne voulons pas la guerre.
  2. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre.
  3. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « l’affreux de service »).
  4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers.
  5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement.
  6. L’ennemi utilise des armes non autorisées.
  7. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes.
  8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause.
  9. Notre cause a un caractère sacré.
  10. Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres.

On voit très facilement que la plupart s’appliquent parfaitement à la guerre de communication livrée actuellement dans nos médias contre le gouvernement vénézuelien (quoi qu’on pense de lui).

Les indices

Pour les non-habitués, on se rend compte qu’on est passé dans un épisode de propagande de guerre quand on perçoit que les médias se transforment en tracts politiques au service du Ministère des Affaires Étrangère, et ne cherchent plus à informer (ce qui imposerait justement de présenter la complexité des choses en titillant votre esprit critique) mais à (dé)former les opinions.

On sent ceci quand ce qui se passe dans un pays lointain semble devenir brutalement une préoccupation majeure des médias et d’éditocrates et autres twittos – qui, comme en l’espèce, ne connaissent généralement pas un seul vénézuelien, n’ont jamais mis les pieds dans ce pays, ni probablement jamais lu le moindre livre en parlant, mais qui ont des idées très arrêtées sur ce pays, et ce qui devrait y arriver sur le plan politique.

Bref, “la certitude de l’ignare” incarnée est au pouvoir –  et, parfois, elle semble même prête à vous casser la figure si vous n’êtes pas d’accord avec elle…

C’est assez simple à repérer dans les Unes de presse :

et dans les Dessins de presse :

et l’inévitable sang qui coule :

J’avoue que, pour ma part, je me fie à mes fantastiques boussoles qui indiquent le Sud avec une précision inégalée :

Électrice handicapée le 30 juillet 2017, dans la “dictature de gauche” vénézuelienne…

On aura compris au passage que toutes ces beaux esprits visent en fait (consciemment ou non) à simplement plaquer leurs visions politiques personnelles sur un pays étranger, et, en l’espèce, à attaquer avec une belle constance Mélenchon et la France Insoumise. Avec une caractéristique importante à détecter, c’est qu’il ne s’agit pas d’un noble combat politique sur des idées, mais simplement de disqualifications par association voire par des tactiques visant à prêter à l’adversaire des visions abjectes qu’il n’a évidemment jamais eues.

Enfin, on n’oubliera pas les 2 grands classiques :

1/ l’ONG détaillant la torture généralisée dans le pays (je ne sais pas si c’est vrai ou faux)

et l’inévitable pétition dans Libération pour “faire quelque chose” :

cette fois signée par des députés En Marche – bien plus attentifs au Venezuela qu’aux Libertés en France, vu qu’ils vont voter l’État d’Urgence à vie…

Enfin, on n’oubliera pas un autre grand classique : LE témoignage comme ici : “Un cauchemar” pour la communauté vénézuélienne de France

Certes intéressant, mais où on prendra soin de ne pas donner la parole à des personnes soutenant le gouvernement…. Un peu comme si, vivant au Venezuela, pour comprendre la France on n’interrogeait que 2 Français pro-Macron ou 2 pro-Mélenchon – on n’aura pas la même vision du pays…

Le 2 poids 2 mesures

Enfin, ce qui disqualifie une déclaration d’un membre du bataillon des ignares c’est son 2 poids 2 mesures permanent qu’ils cachent habilement derrière des vérités partielles.

Oui il y a bien un effroyable bilan d’une centaine de morts dans les manifestations depuis 3 mois (on y reviendra), qui deviennent autant de martyrs de la cause anti-Maduro, et qui semblent justifier n’importe quelle décision :

Assad, Kim, Mugabe… et Maduro donc, #Logique…

Bien entendu, les médias se garderont de demander pourquoi un tel empressement envers ce pays, alors que le bilan représente une semaine d’attentats en Irak (dont les États-Unis ont la responsabilité), une petite partie des morts de Mossoul et une goutte d’eau dans les massacres au Congo (6 millions de morts, une paille) dont ces belles âmes se fichent éperdument.

La Constitution socialiste du Venezuela fait donc désormais l’objet d’attentions toutes particulières :

Donc le Venezuala n’a pas le droit de changer sa Constitution…

bien plus que la Constitution d’Arabie Saoudite par exemple (si un jour, ils en écrivent une, bien entendu…) :

Quant à la Démocratie au Qatar ou en Chine, c’est pour ces personnes un problème sans commune mesure avec ce qui se passe à Caracas…

Pas vu à la télé

Un autre point important pour détecter une période de propagande de guerre est que des informations ou images vraiment importantes, qui contredisent certains des principes de la propagande de guerre précédemment évoquées, sont cachées ou largement minimisés, de sorte à ce qu’elles ne pénètrent pas l’esprit des gens.

On évitera soigneusement d’indiquer que beaucoup de morts au Venezuela (dans la centaine évoqués) étaient des passants tués par des manifestants de l’opposition, des manifestants tués par leurs propres explosifs, ou des pillards qui se sont tués accidentellement…

On ne montrera donc pas (ou très très peu) des photos comme celles-ci :

On ne verra pas trop des manifestants d’extrême-droite mettre le feu à un jeune passant noir de 21 ans soupçonné d’être un chaviste :

qui s’ajoute à 28 autres immolations, dont 9 fatales :

Ainsi, on n’hésitera pas à accuser (explicitement ou non) les personnes qui ont été victimes de crimes de les avoir commis, par exemple ici avec la police (8 morts par balle à ce jour) :

Etc.

Aucune main invisible malheureux !

Dernier point, les médias se garderont bien de rappeler le contexte “international” et l’Histoire d’ingérences dans les affaires intérieures d’autres pays…

Les médias prendront donc bien soin de ne pas rappeler qu’Obama a pris en mars 2015 un décret contre le Venezuela, en déclarant “l’urgence nationale” aux États-Unis, “en raison de la menace grave et inhabituelle contre la Sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis posée par la situation au Venezuela.” (ne riez pas svp…) :

On imagine bien les conséquences qu’a ce genre de décision assez rare – si le Président déclare l’urgence nationale, il est en effet peu probable que les agences fédérales restent les bras croisés et ne cherchent pas à faire disparaitre la menace…

Surtout qu’une longue histoire d’ingérences voire de coups d’États orchestrés ou aidés par la CIA jalonne la deuxième partie du XXe siècle… On pense par exemple à l’Iran en 1953, au Guatemala en 1954, à Cuba en 1961, au Brésil en 1964, au Chili en 1973 ou à Panama en 1989 pour prendre les plus connus et documentés…

Dans la droite ligne de la doctrine Monroe (qui fait de l’Amérique du Sud le pré-carré des États-Unis)… :

… on peut également citer ce mémorandum interne au gouvernement américain de 1960 su Cuba :

On constate que le fait que Castro soit soutenu par la majorité de la population n’empêche pas les États-Unis de chercher alors à affaiblir l’économie de l’île…

On peut donc rapprocher ceci et l’évolution économique récente du Venezuela (inflation et croissance du PIB):

Mais bon, on ne va pas faire tout un plat du coup d’État contre Chavez soutenu par les États-Unis en 2002 :

Un journaliste digne de ce nom devrait donc bien rappeler ceci aux lecteurs – tout en restant prudent, on ne sait évidemment pas si la CIA est actuellement à l’œuvre au Venezuela (le souci est qu’on ne le saura que vers 2075… Mais si elle ne l’est pas, elle est probablement en faute vu le Décret présidentiel.)

En attendant d’en savoir plus, il convient donc d’analyser les évènements avec recul et prudence…

Nous vous souhaitons donc une bonne lecture…

[Et ça recommence…] Propagande de guerre au Venezuela (Les Crises)

Haut de page