Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et si la Bible était un plagiat ?

par SLT 17 Septembre 2017, 13:04 Bible Déluge George Smith Mésopotamie Noé Gilgamesh Utanapishtim Grande-Bretagne Articles de Sam La Touch

Gilgamesh et Enkidu

Gilgamesh et Enkidu

Selon l'émission de France inter " Autant en emporte l’histoire ", présentée par Stéphanie Ducan, le récit de la Bible sur le déluge ressemblerait comme deux gouttes d'eau à un récit similaire datant du 2ème millénaire avant notre ère et donc bien avant la rédaction de la Bible. Ce récit fut traduit par un Assyriologue, George Smith en 1872, il s'agit d'un texte de la Mésopotamie (Irak-Syrie) datant du IIe millénaire avant notre ère : l’épopée de Gilgamesh, gravée dans une écriture mystérieuse : l’écriture cunéiforme, première écriture connue dans l'humanité. Si la partie du déluge semble empruntée aux Assyriens, cela ne veut pas pour autant dire que l'intégralité de la Bible est un plagiat bien sûr.

 

La traduction faite par George Smith est consultable sur le site Herodote.net :
"Le récit du déluge figure sur la onzième tablette. Il est fait par un homme, Utanapishtim, qui dit avoir été informé par le dieu de la Sagesse que l'assemblée des divinités a décidé de détruire l'humanité. Et le dieu de donner ce conseil à Utanapishtim : « Démolis ta maison pour te faire un bateau ! Renonce à tes richesses pour sauver ta vie ! Détourne-toi de tes biens pour te garder sain et sauf ! Mais embarque avec toi des spécimens de tous les animaux (...). Six jours et sept nuits durant, bourrasques, pluies battantes, ouragans et déluge continuèrent de saccager la terre ».

 

"Les similitudes avec le texte biblique sont frappantes : ainsi, comme Noé dans la Bible, Utanapishtim lâche une colombe afin de repérer une terre émergée et finit par accoster sur une montagne. La traduction de George Smith, validée par un grand orientaliste, démontre que le mythe du déluge est antérieur à la Bible, elle-même écrite par étapes à la fin du 1er millénaire avant J.-C. Dans l'un et l'autre cas, l'inondation sert de prétexte pour montrer ce qu'il en coûte à l'humanité de déplaire à la divinité". (Herodote.net) .

 

 

Lire également :
- Le Monde Gilgamesh l'immortel.
Un récit du Déluge a été retrouvé sur une tablette d'argile antérieure à l'Ancien Testament. Noé s'appelait Utanapishtim et les hommes, avant Yahvé, agaçaient déjà les divinités de Mésopotamie...

Avait-il une idée du cataclysme qu’il allait provoquer ? Le 3 septembre 1872, un jeune savant totalement inconnu, George Smith, prononce une conférence à Londres...

Tablette d'un fragment de l'épopée de Gilgamesh en écriture cunéiforme (environ 650 avant J.C.) © AFP / Stringer

Tablette d'un fragment de l'épopée de Gilgamesh en écriture cunéiforme (environ 650 avant J.C.) © AFP / Stringer

Pas de quoi fouetter un chat a priori. Et pourtant… Cet assistant du British Museum vient de traduire un texte de la Mésopotamie datant du IIe millénaire avant J.C. : l’épopée de Gilgamesh, gravée dans une écriture mystérieuse : l’écriture cunéiforme. C’est un passage de ce poème de 3000 vers qui, ce jour-là, fera scandale : un récit du Déluge, ressemblant à s’y méprendre à celui de la Bible : une tempête de sept jours et sept nuits, infligée aux hommes pour les punir, un navire construit (non pas par Noé) mais par un certain Utanapishtim pour embarquer des animaux, et une colombe annonçant la fin du périple… Cela veut dire qu’il existerait des textes plus anciens que celui de la Bible, le livre sacré des juifs et des chrétiens ? Insupportable !

Ce soir, c’est l’histoire de cet étonnant découvreur que je vais raconter : George Smith, savant autodidacte, père de famille nombreuse et passionné d’assyriologie. Une histoire à la fois amusante et tragique...

Lire et écouter la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page