Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le président de la Bolivie, Evo Morales, rejette les sanctions de Trump à l'encontre du Venezuela (TeleSUR)

par TeleSUR 26 Septembre 2017, 18:16 EVo Morales Maduro Sanctions Trump Critiques Bolivie Venezuela USA Impérialisme Articles de Sam La Touch

Le président de Bolivie, Evo Morales, rejette l'interdiction de voyager de Trump à l'encontre du Venezuela
Article originel : Bolivia's Morales Rejects Trump's Travel Ban on Venezuela
TeleSUR, 25.09.17

Traduction SLT, 26.09.17

 

(c) EFE

(c) EFE

Le chef de l'État bolivarien a rejeté les actions de Trump, affirmant que cette décision violait la Charte de l'OEA.

 

Le président bolivien Evo Morales a dénoncé les politiques interventionnistes du président étatsunien Donald Trump contre le Venezuela, dénonçant les messages contradictoires de l'administration US.

"Il y a quelques jours, Trump a soutenu le dialogue au Venezuela. Maintenant, il agit comme le patron et annonce un mur politique qui interdit l'entrée des Vénézuéliens aux États-Unis", a tweeté Morales.

Il a également exprimé son soutien au gouvernement bolivarien, affirmant que le Venezuela " a une politique d'internationalisme, de solidarité et de fraternité, et non d'interventionnisme ou de coup d'Etat ".


"En attaquant le Venezuela, Trump attaque l'Amérique latine et viole la Charte de l'OEA avec la complicité de son employé (Luis) Almagro", a déclaré Morales dans un autre tweet. Selon la Charte de l'OEA, les États américains consacrent un ordre de paix et de justice, en promouvant la solidarité et en défendant la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance des pays.

Dimanche, la Maison-Blanche a annoncé que le Venezuela, la République populaire démocratique de Corée et le Tchad allaient être inclus dans une nouvelle liste de pays interdits de voyage aux États-Unis en raison de leur manque de sécurité ou de coopération avec les autorités étatsuniennes.

Dans le cas du Venezuela, le nouveau décret s'adresse à "certains fonctionnaires du gouvernement vénézuélien et aux membres de leur famille immédiate", selon le service de presse de la Maison-Blanche. La nouvelle directive empêche les fonctionnaires vénézuéliens qui s'occupent de la sécurité de l'État, de l'application de la loi et des migrations d'entrer aux États-Unis. La capacité des membres immédiats de leur famille d'entrer aux États-Unis en tant que non immigrants munis de visas d'affaires, touristiques et touristiques ou d'affaires sera également suspendue.

Les sanctions, selon Washington, ont été imposées parce que le gouvernement vénézuélien "ne coopère pas pour vérifier si ses citoyens posent des menaces à la sécurité nationale ou à la sécurité publique, ne partage pas adéquatement l'information liée à la sécurité publique et au terrorisme, ni ne fournissent de collaboration" en ce qui concerne l'accueil de leurs ressortissants soumis à des ordonnances finales d'expulsion des États-Unis."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page