Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Vidéos] Quand la France massacrait les Algériens à Paris (Le Courrier)

par Le Courrier 18 Octobre 2017, 18:45 17 octobre 1961 Massacre Crimes contre l'humanité Papon De Gaulle France Colonialisme Algérie

[Vidéos] Quand la France massacrait les Algériens à Paris (Le Courrier)
Il y a 56 ans, jour pour jour, des dizaines de milliers d’Algériens qui manifestaient pacifiquement à Paris, à l’appel de la Fédération de France du FLN, étaient violemment réprimés par la police aux ordres du préfet de police de Paris Maurice Papon. Le 17 octobre 1961, le sang des bidonvilles coulait sur les boulevards parisiens. La mobilisation sauvagement brimée avait été lancée par la Fédération de France du Front de libération nationale (FLN) algérien pour dénoncer le couvre-feu en vigueur depuis quelques jours, imposé aux seuls «Français musulmans d’Algérie».  Des dizaines d’Algériens –les chiffre de 200 est articulé – seront exécutés. Certains corps sont retrouvés dans la Seine. Dans cet entretien, Saïd Bouamama, sociologue et militant du Front uni des immigrations et des quartiers populaires, et Nils Andersson, éditeur et militant internationaliste, reviennent sur cet épisode majeur de la guerre d’Algérie, dont la mémoire a été occultée pendant des décennies. 

 

«Le colonialisme refuse les droits de l’homme à des hommes qu’il a soumis par la violence, qu’il maintient de force dans la misère et l’ignorance, donc, comme dirait Marx, en état de ‘sous-humanité’. Dans les faits eux-mêmes, dans les institutions, dans la nature des échanges et de la production, le racisme est inscrit.» (Jean-Paul Sartre, Les Temps modernes, n°137, 1957).

 

Comment expliquez-vous une répression aussi violente en France?

Saïd Bouamama: L’explication médiatique dominante attribue la responsabilité du massacre au seul Maurice Papon et, pour ce faire, évacue tous les éléments du contexte. Ceux-ci mettent en évidence au contraire la probabilité forte d’un massacre décidé par les plus hautes autorités de l’État. Depuis le 20 mai 1961, l’indépendance de l’Algérie est l’objet de négociations.

Dans ce cadre, le FLN décide la cessation des attentats en France. La stratégie gaulliste est d’imposer une indépendance sans le Sahara, compte tenu à la fois des gisements de pétrole découverts et des premiers essais nucléaires qui s’y déroulent. Les négociations sont interrompues le 13 juin 1961 par la partie française du fait du refus algérien de cette amputation du Sahara.

L’État français veut reprendre les négociations en situation de force. Cela se traduit par un retour de la répression contre les Algériens de France, à laquelle répond la reprise, en août 1961, des attentats des militants du FLN.

La raison de realpolitik froide qui a conduit à prendre la décision d’un massacre est précise: reprendre la main dans les négociations afin d’imposer non plus l’indépendance sans le Sahara mais une indépendance néocoloniale favorable aux intérêts français.

 

Peut-on parler de crime d’État?

S.B.: Oui, à l’évidence. Une violence de cette ampleur n’a pas pu être décidée par le seul Papon. Plusieurs éléments attestent d’une volonté étatique de développer une répression massive. Fin août 1961, le garde des Sceaux, Edmond Michelet, favorable à une solution négociée en Algérie, est démis de ses fonctions.

Dès septembre 1961, des rafles massives d’Algériens reprennent. Dans la même période, les disparitions de militants nationalistes se multiplient et plusieurs cadavres sont retrouvés dans la Seine. Le 2 octobre, Maurice Papon déclare aux obsèques d’un brigadier exécuté par le FLN que «pour un coup donné, nous en porterons dix». Un couvre-feu est instauré pour les seuls Algériens le 5 octobre. Tous ces faits attestent de l’impossibilité d’une décision isolée relevant du seul préfet de police...


Lire la suite

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES !!!

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES !!!

ATTENTION IMAGES CHOQUANTES !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page