Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le non coup d'Etat au Zimbabwe (Moon of Alabama)

par Moon of Alabama 15 Novembre 2017, 18:32 Zimbabwe Coup d'Etat Mugabe Corruption

Le non coup d'Etat au Zimbabwe
Article originel : The Non-Coup Coup In Zimbabwe
Moon of Alabama


Traduction SLT

Le non coup d'Etat au Zimbabwe (Moon of Alabama)

Le coup d'État d'hier au Zimbabwe présente un intérêt mondial. Le pays est l'un des rares à avoir longtemps résisté aux tentatives "occidentales" coloniales de contrôler ses richesses minérales et agricoles. De tels coups d'État sont souvent le fait de la CIA ou d'autres "services". Mais rien ne prouve encore que c'est le cas ici. Les rivalités locales sont pour l'instant l'explication la plus plausible.
 

Depuis 1980, lorsque le Zimbabwe a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne, le pays est dirigé par Robert Mugabe. Il a une politique anticoloniale et socialiste. Malheureusement, ses politiques économiques, conjuguées aux sanctions "occidentales" et aux manipulations monétaires, ont dévasté l'économie du pays. En 2000, Mugabe a chassé quelque 4 000 fermiers blancs qui possédaient et exploitaient de grandes propriétés. Dans le cadre d'une réforme agraire radicale, les fermes ont été divisées en parcelles et redistribuées aux populations locales. La productivité agricole a chuté et ne s'est pas complètement redressée depuis. Il s'ensuivit une crise économique profonde avec un taux de chômage élevé.

Mugabe a maintenant 93 ans et semble particulièrement fragile. Cela fait longtemps qu'il y a eu des querelles internes au sujet de sa succession. Grace Mugabe et ses enfants sont connus pour être d'exceptionnels corrompus et prodigues quand il s'agit de leurs commodités personnelles. Le 5 novembre, Grace Mugabe a demandé à son mari d'être nommée successeure.

Le 6 novembre, le vice-président Emmerson Mnangagwa, âgé de 73 ans, avocat et vétéran des guerres de libération, a été évincé après un conflit avec Grace Mugabe. Mnangagwa aurait prévu[de longue date] de former un gouvernement d'unité avec l'opposition et de ramener certains des fermiers blancs. On prétend qu'il a le soutien britannique, mais que les États-Unis et l'UE s' y opposent.

Le parti au pouvoir, le Zimbabwe African National Union-Patriotic Front (ZANU-PF), est divisé dans sa loyauté envers ces deux personnes. Le G40 " jeune aile " suit Grace Mugabe tandis que les anciens gardes du parti la méprisent.

Hier, les militaires se sont installés dans la capitale Harare. A 4 heures ce matin, le major-général Sibusiso Moyo est apparu à la télévision et a annoncé qu'il avait pris le contrôle. Il nie que le coup d'État a eu lieu. Dans une déclaration, les militaires ont "garanti" la sécurité de Mugabe et ont déclaré qu'il ne visait que les "criminels" autour de lui. Mugabe et sa famille ont été assignés à résidence. Jusqu'à présent, il n' y a eu aucun combat et aucune opposition publique visible au "coup d'État sans coup d'état". La circulation et la vie dans la capitale semblent normales.

Selon le rédacteur en chef africain d'IRIN news partiellement financé par Soros :

    Obi Anyadike @Enugu62 5:02 AM - 15 Nov 2017

    Tout cela, c'est pour empêcher Grace Mugabe de prendre le relais. L'hypothèse est que les militaires vont bloquer Robert Mugabe. Purgez ceux qui l'entourent. Ramenez l'ex-Vice Président Emmerson Mnangagwa d'Afrique du Sud. Et faites-le célébrer au congrès de la ZANU-PF en décembre.

 

Votre hôte n'a pas suivi les développements au Zimbabwe avec suffisamment de diligence pour pouvoir prédire de manière fiable les conséquences de cette évolution. Veuillez utiliser les commentaires pour ajouter vos connaissances à la synthèse ci-dessus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page