Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La destruction de la neutralité du Net est le dernier exemple du populisme vide de Trump (The Progressive)

par Jud Lounsbury 27 Janvier 2018, 11:06 Internet Neutralité Destruction Censure Liberté d'expression Surveillance Contrôle Trump USA

La destruction de la neutralité du Net est le dernier exemple du populisme vide de Trump (The Progressive)

Un des slogans préférés de l’ancien sénateur américain Paul Wellstone était : « I’m for the little fellers, not the Rockefellers » [« Je suis pour les petites gens, pas pour les Rockefeller », jeu de mots basé sur « fellows » ou « fellers », les « gens », NdT]

Quand Donald Trump était candidat à la présidence, son slogan aurait pu être : « I’m the Rockefeller for the little feller » (« Je suis le Rockefeller pour les petites gens »). À chaque occasion en effet, il vantait les vertus d’être le gros chat qui change régulièrement de camp pour travailler pour les souris.

« L’autofinancement signifie que je ne suis pas contrôlé par l’industrie pharmaceutique. Je ne suis pas contrôlé par les compagnies d’exploitation forestière. Je ne suis pas contrôlé par les compagnies d’électricité. Je ne suis contrôlé par personne, je suis contrôlé par vous », a dit Trump lors d’un rassemblement de 2016 à Racine, dans le Wisconsin.

En ce qui concerne tous les autres, Trump disait : « Ce sont des politiciens. Ils obtiennent leur argent des entreprises… Ils ne feront pas ce qu’il faut pour vous. Ils vont faire ce qu’il faut pour le pays [étranger] et ce qu’il faut faire pour leur lobbyiste et ce qu’il faut faire pour leurs intérêts particuliers, mais ils ne feront pas ce qu’il faut pour vous. Croyez-moi. Je le sais. »

Lors d’un autre rassemblement à Council Bluffs, dans l’Iowa, Trump déclarait que, contrairement à Hillary Clinton, il « s’en prenait aux grandes entreprises, aux grands médias et aux grands donateurs. Nous nous en prenons à eux pour vous. »

Et rappelez-vous comment la banque d’investissement Goldman Sachs avait, selon Trump, « un contrôle total sur Hillary Clinton » et aucun sur Trump ? « Je ne veux pas de leur argen », disait-il. « Je n’ai pas besoin de leur argent. »

Imaginez un monde où seules les poches bien remplies peuvent se permettre de payer pour l’Internet à haut débit.

Dix mois seulement après le début de sa présidence, il est évident à quel point le populisme économique de Trump était creux. Son administration est remplie de cadres de Goldman Sachs et de dirigeants d’entreprises. Et même si les bénéfices des grandes entreprises sont déjà à des niveaux records, Trump est sur le point de signer un programme de réduction d’impôt qui profitera grandement aux grandes sociétés et aux un pour cent qui les dirigent.

Récemment, l’Administration Trump a annoncé de nouvelles mesures qui permettent aux restaurateurs d’intercepter et de conserver les pourboires d’un serveur et de permettre aux compagnies aériennes de ne pas divulguer les frais de bagages. Oh, et vous savez cette longue liste de petites lignes dans les contrats de carte de crédit ? Trump veut autoriser les compagnies à utiliser ce langage pour vous tromper et vous empêcher de les poursuivre en retour.

Mais tout cela n’est rien comparé à ce que l’équipe de Trump est sur le point de sortir dans quelques jours, quand elle mettra les règles de la « neutralité du net » à six pieds sous terre.

À l’heure actuelle, Internet permet aux utilisateurs de « naviguer » partout où ils le souhaitent, tous les sites ayant un accès égal – l’accessibilité est, en règle générale, neutre. Imaginez, cependant, si seulement quelques sites étaient accessibles en un seul clic, alors que d’autres mettaient une éternité à charger ?

Ce sera bientôt la nouvelle norme. En l’absence de règles de neutralité du réseau, que les personnes nommées par Trump à la Federal Communications Commission sont sur le point de détruire, les fournisseurs d’accès à Internet seront en mesure de vendre l’accessibilité d’une manière similaire à la façon dont les supermarchés vendent de la surface de rayonnage aux grandes entreprises.

Par exemple, disons que vous aimez acheter des choses sur Etsy, mais que votre fournisseur d’accès Internet ne reçoit pas d’argent d’Etsy, mais d’Amazon et de e-Bay. Surfer sur Amazon et e-Bay sera très rapide, alors qu’Etsy sera très lent.

Et ce n’est pas seulement l’achat de biens qui sera touché. La plupart des gens tirent maintenant la plus grande partie de leurs informations d’Internet. Imaginez un monde où seules les poches bien remplies peuvent payer pour des temps de chargement rapides. Qu’arriverait-il aux petits médias indépendants, comme celui que vous lisez en ce moment ?

Presque toutes les facettes de notre vie sont liées à Internet. Aujourd’hui, plus de gens regardent la télévision via Internet qu’avec les câblodistributeurs. C’est ainsi que se passe la communication la plus moderne.

Et tout ce la est sur le point de changer fondamentalement.

Il est difficile d’imaginer un meilleur exemple pour un président qui se range du côté des Rockefeller plutôt que des petites gens, que l’éventration de la neutralité du Net. C’est le coup de grâce d’un président dont la promesse de se battre pour ces petits gars a été dénoncée à maintes reprises comme un mensonge.

Source : The Progressive, Jud Lounsbury, 12-12-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page