Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des troupes étatsuniennes arrivent en Israël pour s'entraîner en vue d'une éventuelle guerre avec le Hezbollah (The Antimedia)

par Darius Shahtahmasebi 4 Février 2018, 13:57 Israël USA Armée US Collaboration Juniper Cobra Hezbollah Liban Tension Syrie Articles de Sam La Touch

Des troupes étatsuniennes arrivent en Israël pour s'entraîner en vue d'une éventuelle guerre avec le Hezbollah
Article originel : US Troops Arrive in Israel to Practice for Potential War With Hezbollah
Par
The Antimedia


Traduction SLT

Des troupes étatsuniennes arrivent en Israël pour s'entraîner en vue d'une éventuelle guerre avec le Hezbollah (The Antimedia)

En cette période de tensions accrues au Moyen-Orient, les forces étatsuniennes ont été déployées en Israël en prévision d'un exercice militaire conjoint à grande échelle entre Israël et les États-Unis qui devrait débuter la semaine prochaine, rapporte le Times of Israel.


Selon le Times, l'exercice simulera un conflit majeur dans lequel Israël est attaqué par des milliers de missiles. Connue sous le nom d'exercice militaire biennal Juniper Cobra et dans son neuvième volet, la simulation vise clairement à confronter l'arsenal présumé du Hezbollah, qui comprendrait entre 100 000 et 150 000 missiles.

Environ 3 200 soldats des Forces de défense israéliennes (FDI) et du Commandement européen des États-Unis (EUCOM) ont participé à l'exercice du même nom en février 2016.

Bien que les forces aériennes israéliennes frappent régulièrement des cibles du Hezbollah en Syrie, il semble probable que ces exercices visent plutôt le Hezbollah au Liban. Mercredi, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré que si la guerre éclatait à nouveau, Beyrouth "paierait le prix fort" de la présence de l'Iran dans le pays.

"L'armée libanaise et le Hezbollah sont les mêmes - ils paieront tous le prix fort en cas d'escalade ", a ajouté Lieberman. Si un conflit éclate dans le nord, "l'envoi de troupes sur le terrain" reste une option. Nous n'autoriserons pas de scènes comme en 2006, où nous avons vu des citoyens de Beyrouth sur la plage alors que les Israéliens de Tel-Aviv étaient assis dans des abris... Si les gens de Tel-Aviv sont dans des abris anti bombes, tout Beyrouth sera dans des abris anti bombes."

Bien qu'Israël respecte rarement le droit international, la menace de violence contre un État souverain constitue en soi une violation de la Charte des Nations Unies.

"Le front nord d'Israël s'étend jusqu'en Syrie, ce n'est pas seulement le Liban. Je ne suis pas sûr que le gouvernement syrien puisse résister aux tentatives du Hezbollah de les entraîner dans une guerre contre Israël ", a ajouté Lieberman.

En septembre de l'année dernière, Israël a tenu son plus grand exercice militaire en 20 ans, et il a été spécifiquement conçu pour simuler une invasion du Liban contre le Hezbollah. Même les soldats israéliens jouant le rôle de l'ennemi étaient vêtus de la tenue traditionnelle du Hezbollah et revêtaient leur drapeau jaune et vert.

En décembre de l'année dernière, le ministre israélien du renseignement, Yisrael Katz, a déclaré aux médias saoudiens qu'Israël interviendrait pour empêcher une présence militaire iranienne au Liban en frappant des usines de missiles iraniennes.

"Ce qui s'est passé en 2006 sera un pique-nique comparé à ce que nous pouvons faire. Je me souviens d'un ministre saoudien qui a déclaré qu'il enverrait le Hezbollah dans ses grottes du Sud-Liban. Je vous dis que nous allons ramener le Liban à l'âge de pierre", a déclaré Katz.

Il n'est pas surprenant de constater que les motifs d'Israël pour déclencher des guerres d'agression sont presque en tandem avec ceux des États-Unis et n'ont rien à voir avec les droits de l'homme, la démocratie ou la protection d'Israël contre les militants islamistes violents qui cherchent à détruire son existence. Même Newsweek a déjà laissé entendre que la véritable force motrice derrière une guerre imminent est le contrôle des ressources naturelles dans les territoires contestés.

"Nous réaffirmons notre position ferme et sans équivoque face à toute agression contre nos droits pétroliers et gaziers, en défendant les atouts du Liban et en protégeant ses richesses ", a déclaré le Hezbollah à Newsweek dans un courriel.

En l'état actuel des choses, il semble que les deux parties se préparent au pire scénario, et aucune d'entre elles ne semble chercher à explorer une forme quelconque de diplomatie significative.

"Nous devons être conscients de ce que l'ennemi israélien complote contre le Liban, en particulier avec l'appui de ceux qui travaillent à l'intérieur et à l'extérieur pour créer un climat d'harmonie avec les menaces israéliennes d'attaquer le Liban ", a déclaré jeudi dernier le président libanais Michel Aoun dans une déclaration, selon l'Agence nationale de presse libanaise.

Aoun, un chrétien, est un fervent partisan du Hezbollah, qu'il considère comme un allié essentiel pour contrer la menace d'une invasion israélienne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page