Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Maasaï sont délogés de leurs terres ancestrales pour faire place aux touristes et aux chasseurs (DGS)

par DGS 20 Mai 2018, 20:07 Kenya Massaï Expulsion Colonialisme Serengeti Racisme Tanzanie Articles de Sam La Touch

Les Maasaï sont délogés de leurs terres ancestrales pour faire place aux touristes et aux chasseurs (DGS)

De plus en plus dans notre société, le tourisme prend une place importante. Même les endroits les plus reculés de la planète sont exploités afin d’attirer des touristes et de faire du profit. Une étude récente révèle que le peuple Maasaï se voit déposséder de ses terres à des fins touristiques. 

 

Le peuple semi-nomade chassé de ses terres ancestrales

Les Maasaïs (ou Massaïs en français) sont une population semi-nomade d’éleveurs et de guerriers d’Afrique de l’est. On les retrouve essentiellement dans le centre et le sud-ouest du Kenya et au nord de la Tanzanie. Ce peuple est surtout connu car il vit sur des terres riches sur le plan de la faune sauvage. Une partie de cette population vit d’ailleurs dans le parc national du Serengeti (région très prisée pour les safaris). Dans un rapport publié par l’Oakland Institute, on apprend que le gouvernement tanzanien tente de s’approprier leurs terres ancestrales en les intimidant. Plusieurs sociétés de tourisme étrangères sont également impliquées. Le constat est dramatique : les Maasaïs ont besoin de ces terres pour cultiver et faire de l’élevage et ils les occupent depuis des générations.

C’est donc sous une pression certaine que ces éleveurs semi-nomades cèdent progressivement leur place au profit des touristes et des chasseurs. Le Oakland Institute révèle ainsi qu’au fil des ans, des dizaines de milliers de Maasaïs se retrouvent sans abri, au nom de la préservation des écosystèmes. Le gouvernement tanzanien, en cédant les terrains à de nouveaux propriétaires ou en créant des zones « protégées », aurait poussé les Maasaïs vers des parcelles de plus en plus petites où la culture et l’élevage de bétails deviennent impossibles. Le résultat est terrible : les maladies et la famine se répandent au sein de cette peuplade. Ces derniers dénoncent également « de la violence et des intimidations » de la part des policiers. Hélas, le gouvernement n’est pas l’unique responsable...

 

Lire la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page