Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Surprenante "inspection" parlementaire au Sahel (Canard enchaîné)

par Canard enchaîné 9 Mai 2018, 20:45 G5 Sahel Armée française Françafrique Mali Niger Terrorisme Djihadisme France Algérie Articles de Sam La Touch

Surprenante "inspection" parlementaire au Sahel
Canard enchaîné, 9.05.18

Surprenante "inspection" parlementaire au Sahel (Canard enchaîné)

Trois Sénateurs viennent de réaliser ce que personne n'osait imaginer, une enquête sur la guerre que les troupes françaises mènent au Sahel depuis cinq ans, et notamment au Mali. C'est une surprise de taille. A l'Assemblée comme au Sénat, en effet, les diverses interventions militaires, décidées "au nom de la France" par nos chefs de guerre élyséens, n'avaient jamais provoqué chez les élus l'envie d'aller y voir de plus près. Cette réaction de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat - 21 Français sont morts au combat, et des dizaines ont été blessés - est donc plutôt méritoire.

Son président, Christian Cambon, et Ladislas Poniatowski (tous deux LR) ainsi qu'Olivier Cigolotti (Nouveau Centre) sont en train de mettre la dernière main à leur rapport d'inspection, mais "Le Canard" est en mesure, avant qu'il soit rendu public, de publier quelques morceaux choisis du document établi par cette quasi-commission d'enquête.

Selon ce document, l'intervention française est impuissante à "faire surgir une solution politique qui stabilise la région". Et, pourtant, les sénateurs en rappellent l'importance : 4500 hommes (auxquels il faut ajouter 300 membres des forces spéciales, dixit le Volatile), 21 hélicos, 8 avions de transport, 5 drones, 370 blindés, 33' véhicules légers...

Le piège, affirme encore le rapport, "c'est bien l'enlisement : devoir débusquer des terroristes (...) dans des pays où il n'y a pas d'Etat et où, quand une école ferme, elle est remplacée par une école islamiste"...

... Puis de conclure : "Rien ne se réglera au Sahel sans l'Algérie. On ne peut pas concevoir d'instaurer la paix dans cette immense région sans ce pays dont l'armée compte 3 millions d'hommes (...). Mais il est aujourd'hui en arrière de la main"...

 

Lire la suite dans Le Canard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page