Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les patients qui ont eu la Covid présentent une immunité stable à long terme contre le Sras-Cov-2 (Université de médecine d'Innsbruck)

par Université de médecine d'Innsbruck 4 Janvier 2021, 20:38 Immunité Coronavirus Long terme Articles de Sam La Touch

Corona - Des études sur les anticorps prouvent une immunité constante et stable
Article originel : Corona - Antikörperstudien belegen konstante, stabile Immunität
Université de médecine d'Innsbruck, 9.12.20

Note de SLT : il s'agit d'une étude scientifique autrichienne (cf. référence en bas de page) évoquée par l'Université de médecine d'Innsbruck. Cette étude confirme ce que d'autres études internationales ont déjà retrouvées : l'immunité suite à une infection au Sras-Cov-2 est stable et dure longtemps au moins au-delà de 6 mois contrairement à ce que prétendent les médias de propagande. En effet, les anticorps ont été détectés au moins jusqu'à 6 mois durant l'étude qui évaluait les patients sur une durée de 6 mois. Par la suite, comme usuellement, l'immunité cellulaire prendra le relai et les taux d'anticorps circulants dans le sang chuteront. Cela explique pourquoi les chefs d'Etat tels que Trump ou Macron qui auraient eu la Covid n'auront pas besoin de se faire vacciner. Le discours médiatico-politique selon lequel les sujets ayant la Covid devront se faire vacciner au-delà des 3 mois après l'infection est une hérésie totale. De plus, selon l'un des auteurs de l'étude "il n'y a aucune raison de s'inquiéter des infections répétées, des mutations ou de la transmission immunitaire" chez ces sujets. A noter que l'OMS vient de modifier tranquilou bilou sa définition de l'immunité collective, elle n'est désormais envisagée que sous l'auspice de l'immunité acquise par vaccination. Bon les récalcitrants diront toujours que l'étude avait un trop faible effectif.

Une étude menée à l'hôpital universitaire d'Innsbruck conclut que les patients atteints de la Covid présentent une immunité stable à long terme. Les résultats sont conformes aux conclusions internationales. De plus, il n'y a aucune raison de s'inquiéter des infections répétées, des mutations ou de la transmission immunitaire, a expliqué le responsable de l'étude, Florian Deisenhammer, dans une interview à l'APA.

 

Cependant, il y a des conséquences pour la pratique, par exemple lorsque l'on travaille dans des zones exposées ou lorsque l'on vaccine. L'étude a été initiée par le laboratoire de neurologie et menée en coopération avec le département universitaire de psychiatrie II et l'Institut de virologie. "Les 29 participants à l'étude avaient en moyenne 44 ans et tous avaient eu la Covid-19 en mars", a déclaré Deisenhammer, chef du groupe de travail pour la neuroimmunologie à l'université de médecine d'Innsbruck, en décrivant la population étudiée. Les anticorps ont été déterminés chez tous les sujets à trois moments, deux à huit semaines, trois mois et six mois après l'apparition des symptômes. Cependant, il fallait tenir compte du groupe de patients, comparativement petit. Même si les résultats sont conformes à plusieurs études internationales, d'autres études plus importantes seraient nécessaires pour consolider les conclusions, a admis le neuroimmunologue.

Des anticorps ont pu être détectés chez tous les participants à tout moment, et au bout de six mois, des anticorps neutralisants, si importants pour la réponse immunitaire, indiquant "une immunité constante, stable et ciblée à long terme", a-t-il déclaré. "Tous les éléments d'une immunité protectrice" étaient présents, a rapporté l'architecte de l'étude, Deisenhammer.


Le système immunitaire à la chasse aux criminels

L'expert a expliqué qu'il faut faire la distinction entre l'immunité et les anticorps. La défense immunitaire de l'organisme peut être considérée comme une sorte de "chasse à l'homme" : "Le virus, le "méchant", est enregistré par le système immunitaire comme étant étranger à l'organisme et dangereux. Toutes les caractéristiques typiques du virus sont alors enregistrées et stockées. Le corps stocke ces données pour la vie dans des "cellules de mémoire"". Deisenhammer a souligné que l'immunité reste donc à vie. La gravité des symptômes joue un rôle mineur. Même les participants à l'étude qui ne présentaient que des symptômes légers étaient désormais immunisés, a indiqué Deisenhammer en référence à l'étude d'Innsbruck...

Lire la suite

Traduction SLT

Lire la publication :
- Wiener klinische Wochenschrift : Hier geht's zur Publikation: 6-month SARS-CoV-2 antibody persistency in a Tyrolian COVID-19 cohort ("Persistance d'au moins 6 mois des anticorps anti-SRAS-CoV-2 dans une cohorte de COVID-19 du Tyrol").

***
Pour toute question ou remarque merci de nous contacter à l'adresse mail suivante : samlatouch@protonmail.com.
----

Les articles du blog subissent encore les fourches caudines de la censure cachée via leur déréférencement par des moteurs de recherche tels que Yahoo, Qwant, Bing, Duckduckgo. Pour en avoir le coeur net, tapez le titre de cet article dans ces moteurs de recherche, vous remarquerez qu'il n'est pas référencé si ce n'est par d'autres sites qui ont rediffusé notre article.
- Rapport de l'IRSEM de novembre 2018. Comment l'armée française considère le blog de SLT et ...les autres
- Contrairement à Google, Yahoo & Co boycottent et censurent les articles de SLT en les déréférençant complètement !
- Censure sur SLT : Les moteurs de recherche Yahoo, Bing et Duckduckgo déréférencent la quasi-totalité des articles du blog SLT !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page