Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans The Guardian, l'ancien Premier ministe britannique, Gordon Brown, appelle à une vaccination mondiale et demande au G7 de faire pression dans ce sens sur les pays d'Afrique sub-saharienne

par SLT 13 Avril 2021, 10:02 Vaccin Gordon Brown Coronavirus Blair G7 Dictature sanitaire Articles de Sam La Touch

Dans The Guardian, l'ancien Premier ministe britannique, Gordon Brown, dans la même veine que son prédécesseur Tony Blair proche de la fondation Bill et Melinda Gates, appelle à une vaccination mondiale et demande au G7 à faire pression dans ce sens. L'article est intitulé "The G7 must push for global vaccination. Here’s how it could do it" ("Le G7 doit faire pression pour une vaccination mondiale. Voici comment il pourrait s'y prendre")

Il se plaint que seulement 1% de l'Afrique sub-saharienne ait été vacciné et au prétexte d'"un risque d'apartheid vaccinal" demande que cette région soit massivement vaccinée. Il est évident que si il n'y a pas de vaccination de l'Humanité, la stratégie de masse des pro-vaccins génétiques tombe à l'eau :
"À l'heure actuelle, les pays riches représentant 18 % de la population mondiale ont acheté 4,6 milliards de doses, soit 60 % des commandes confirmées. Environ 780 millions de vaccins ont été administrés à ce jour, mais moins de 1% de la population de l'Afrique subsaharienne a été injectée. Vacciner l'Occident mais seulement une fraction du monde en développement alimente déjà des allégations d'"apartheid vaccinal", et laissera la Covid-19 se propager, muter et menacer la vie et les moyens de subsistance de chacun d'entre nous pour les années à venir."

A cette fin, conscient de l'échec des dons vaccinaux aux pays à faible revenu, il appelle le G7 à imposer de manière coercitive les transferts de technologie et la mobilisation des autorités sanitaires et des armées nationales locales pour vacciner à tour de bras :

"La diplomatie vaccinale, qui consiste pour les nations à faire des dons sélectifs de vaccins à des alliés amis, n'est guère plus qu'une diplomatie "par piqûre d'épingle", car seuls les quelques privilégiés seront épargnés par le Covid. Ainsi, pour atteindre le plus grand nombre de personnes en un minimum de temps et sur une vaste étendue géographique, le G7 doit mener une mobilisation herculéenne pour réunir les compétences éprouvées des entreprises pharmaceutiques et logistiques mondiales, des armées nationales et des agents de santé locaux.

Abritant les principaux développeurs de vaccins, les pays du G7 sont les mieux placés pour accepter de transférer la technologie des vaccins aux pays à faible revenu. La renonciation temporaire aux brevets proposée par l'Alliance populaire pour les vaccins aidera l'Afrique à créer ses propres installations de fabrication et mettra fin à des mois de nationalisme en matière de vaccins."

Il estime le coût de cette opération à 30 milliards de dollars :
"Et cela nécessitera au moins 30 milliards de dollars (22 milliards de livres sterling) par an, une facture que personne jusqu'à présent ne semble prêt à assumer entièrement."

 

Il appelle également à ce que le FMI, la Banque mondiale et les Banques centrales participent à la fête et mettent la main à la pâte :
"La Banque mondiale et les banques multilatérales de développement peuvent offrir 10 milliards de dollars supplémentaires par an sans remettre en cause leur statut d'investisseur triple A. Mais elles doivent également financer leurs responsabilités en matière d'urgence climatique, d'éducation, de protection sociale et d'infrastructures, qui se sont multipliées à la suite de la pandémie.

Les droits de tirage spéciaux - la création, par l'intermédiaire du Fonds monétaire international, de 650 milliards de dollars de nouveaux fonds internationaux - constituent effectivement une avancée bienvenue, même si le transfert de cet argent sous forme de prêts des pays les plus riches vers les pays les plus pauvres impliquera des négociations complexes pour déterminer qui paie quoi. Mais à elle seule, cette intervention ponctuelle ne peut garantir le financement dédié et soutenu, d'une année sur l'autre, dont le programme de vaccination aura besoin."

Un joyeux programme en perspective pour la planète entière. Inutile de dire que si les armées nationales participent à la stratégie en Afrique, il n'y aura pas que des dégâts collatéraux liés à la vaccination ? En route vers la dictature saniatire mondiale ?

A suivre....

Traduction SLT

***
Pour toute question ou remarque merci de nous contacter à l'adresse mail suivante : samlatouch@protonmail.com.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page