Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

68% des parents français opposés à la vaccination des enfants, la tendance va-t-elle s'inverser avec la mise en marche du rouleau compresseur médiatico-politico-sanitaire ?

par SLT 19 Décembre 2021, 16:30 Vaccin Enfants Médias Coronavirus France 2 France Articles de Sam La Touch

Souvenez-vous fin décembre 2020, la majorité des Français étaient opposés à la vaccination des adultes contre la Covid-19. Nous posions d'ailleurs la question le 3.01.21 précisémment : 
- Les Français majoritairement opposés à la vaccination vont-ils changer d'avis sous le poids de la propagande médiatique ?
Deux mois plus tard, ils étaient majoritairement favorables à la vaccination anti-Covid après avoir été convaincus par le rouleau compresseur médiatico-politico-sanitaire déferlant non stop sur les cerveaux disponibles, presque à chaque journal. Actuellement, 70% des Français seraient favorables à une vaccination obligatoire des adultes contre la Covid. Beau retournement de tendance. Les Français ont enfin pu être remis sur le droit chemin, celui de la raison et de Big Pharma. On n'arrête pas le progrès !


Qu'en sera-t-il pour la vaccination des enfants contre la Covid avec ces mêmes vaccins à séquences génétiques codantes pour la protéine Spike ? Actuellement selon un sondage ils sont majoritaires à y être opposés, qu'en sera-t-il dans deux mois ?

Selon un sondage Elabe, réalisé pour BFMTV et l’Express, 7 parents sur 10 sont opposés à la vaccination des enfants contre la Covid. Cela représente 68 % des parents interrogés. Seulement 31 % des parents affirment être favorables à la vaccination de leur enfant entre 5 et 11 ans.
- Ouest-France 68 % des parents interrogés sont opposés à la vaccination de leur enfant de 5 à 11 ans, selon un sondage


Il semble que la machinerie à fabriquer du consentement se soit déjà mise en branle. Le Conseil National d'Ethique s'est déjà prononcé en faveur de la vaccination des enfants de 5 à 11 ans malgré les risques rares mais non négligeables de thromboses et de myocardites. Le gouvernement s'est déjà déclaré favorable à une vaccination des enfants à risque et devrait se prononcer pour la vaccination de tous les enfants de 5 à 11 ans à partir du 22.12.21. Le ministre de la santé français, Olivier Veran, a déclaré samedi 18.12.21 sur France inter "Si tout va bien, le 22 après-midi nous démarrons la vaccination des enfants dans des centres adaptés pour les enfants". "La Haute autorité de santé va rendre ses conclusions en tout début de semaine et va nous dire, vraisemblablement, qu'on peut y aller", puis a rajouté"Et le Comité d'orientation pour la stratégie vaccinale du Pr [Alain] Fischer rendra ses conclusions le 22 décembre au matin, après avoir consulté les données américaines en vie réelle basées sur la vaccination avec rappel de deux millions d'enfants américains, ce qui nous permettra de disposer de toutes les informations, de les communiquer en transparence, et de rassurer".
- France Soir Covid: vaccination de tous les 5-11 ans dès mercredi "si tout va bien", selon Olivier Véran


Les médias d'Etat et d'ailleurs sont déjà dans leur starting block pour préparer l'opinion publique à cette nouvelle mesure pour le bien de la population face à un variant Omicron qui s'avère pour l'instant bien inoffensif. Les enfants, par ailleurs, ne développant, pour l'immense majorité des cas que des formes mineures ou asymptomatiques.
Lire aussi : Selon Nature, "Pour 1 000 personnes infectées par le coronavirus et âgées de moins de 50 ans, presque qu'aucune ne mourra"
Nature, 20.08.20 The coronavirus is most deadly if you are older and male — new data reveal the risks

Taux de létalité de la Covid en fonction de l'âge et de l'endroit selon un article de Nature

Taux de létalité de la Covid en fonction de l'âge et de l'endroit selon un article de Nature

Mais rien ne semble pouvoir arrêter la machine médiatico-politico-sanitaire. En témoigne le Jt de France 2 de 20h du samedi 18.12.21 avec rien moins que deux sujets quelque peu apologétiques sur la vaccination des enfants. Les effets secondaires tels que les thromboses et les myocardites ne figurent pas dans le résumé des deux mini-reportages pas plus que l'évocation de la balance bénéfice/risque pour les enfants sortant indemnes de cette maladie dans l'immense majorité des cas (Cf. étude de Nature ci-dessus).
Lire également : Les garçons adolescents ont six fois plus de risques de souffrir de problèmes cardiaques après avoir été vaccinés que d'être hospitalisés à cause de la Covid-19, selon une importante étude (The Telegraph)

L'avis est donné à des épidémiologistes pro-vaccins et le modèle de la ville de New-York - qui a décidé d’interdire depuis mardi les lieux fermés, comme les salles de sport ou restaurants aux enfants de plus de 5 ans, non-vaccinés - est mis en exergue. Une information très équilibrée comme on en apprend sans doute dans les écoles de journalisme contemporaines ou bien de la "nouvelle normalité"

 

 

La vaccination en France d’une nouvelle tranche d’âge : les enfants de 5 à 11 ans, devrait s’ouvrir mercredi 22 décembre. L’avis favorable a déjà été donné par le comité d’éthique, avec un dosage plus léger que pour les adultes. Une injection qui reste un sujet sensible de débat au sein des familles.

Vaccination des enfants : un sujet sensible au sein des familles

La vaccination en France d’une nouvelle tranche d’âge : les enfants de 5 à 11 ans, devrait s’ouvrir mercredi 22 décembre. L’avis favorable a déjà été donné par le comité d’éthique, avec un dosage plus léger que pour les adultes. Une injection qui reste un sujet sensible et provoque des débats au sein des familles.

Chloé, 6 ans, et Michaël, 9 ans, sont asthmatiques. Leurs parents n’ont pas hésité à venir les faire vacciner. Des vaccins dits pédiatriques leur sont réservés, trois fois moins dosés que ceux des adultes. Ils devront revenir dans trois semaines pour un rappel. Si aujourd’hui seuls les enfants à risque peuvent se faire vacciner, mercredi 22 décembre, la vaccination devrait s’ouvrir aux cinq millions de 5-11 ans.

"Un taux de transmission extrêmement important"

Une annonce qui ne fait pas l’unanimité chez les parents. Pourtant, pour les épidémiologistes, cette vaccination des plus jeunes est nécessaire actuellement. "Le risque d’un enfant, dans une classe de 25 élèves, de se contaminer sur la journée est d'une chance sur cinq, donc un taux de transmission extrêmement important", prévient Philippe Amouyel, épidémiologiste, professeur de santé publique au CHU de Lille (Nord). La Haute autorité de santé doit rendre son avis lundi 20 décembre. Elle s’appuiera sur les données américaines, où l’on vaccine déjà les plus jeunes...


 

Covid-19 : les États-Unis fer de lance de la vaccination des enfants

Covid-19 : les États-Unis, fer de lance de la vaccination des enfants

Les États-Unis, et notamment la ville de New York particulièrement touchée par le coronavirus, servent de référence pour la vaccination des enfants. Une campagne largement motivée par l’arrivée du variant Omicron.
 

Dans la mégalopole new-yorkaise, 58 000 personnes sont déjà mortes du Covid-19. C’est la ville la plus touchée des États-Unis. Pour les habitants, vacciner les enfants est indispensable. Depuis le lancement de la campagne le 3 novembre, plus d’un tiers des 5-11 ans a déjà reçu sa première dose. "Au début j’étais nerveux. Maintenant je suis content, je me sens plutôt bien", dit un jeune garçon. Pour Jérémy, un petit Français qui vit à Brooklyn, l’injection est prévue samedi 18 décembre, dans son école. La maman a un peu hésité au départ. "Je voulais un petit peu attendre, pour voir comment ça se passait pour les premiers enfants", dit-elle.

Les Américains en majorité prêts à vacciner leur enfant

Pour encourager les enfants à se faire vacciner, tous les moyens sont bons. Dans le Colorado, des mascottes de l’équipe de baseball ont été appelées en renfort. En Pennsylvanie, les infirmiers se déguisent en super héros. D’autres États offrent même des bons d’achat. Avec la progression fulgurant du variant Omicron, New York a décidé d’interdire depuis mardi les lieux fermés, comme les salles de sport ou restaurants aux enfants de plus de 5 ans, non-vaccinés. 

Depuis un mois et demi, c’est le vaccin Pfizer qui est administré aux enfants. Trois fois moins dosé que celui des adultes, mais pas moins actif. Pour convaincre les parents des 28 millions d’enfants, même la Maison Blanche s’y met. "Jill Biden, l’épouse du président américain, [...] répète qu’il n’y a pas plus beau cadeau que celui de la santé", rapporte le journaliste Lionel Feuerstein, en direct de Washington. Un message qui semble porter : deux tiers des Américains se disent prêts à vacciner leur enfant...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page