Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des migrants noirs seraient maltraités en Ukraine et empêchés de quitter le pays. Ils seraient également refoulés de Pologne

par SLT 27 Février 2022, 20:43 Ukraine Migrants Racisme Xénophobie Pologne Articles de Sam La Touch

Ukraine: les Noirs africains interdits de monter dans les trains pour fuir, la Pologne refuse de les admettre sur son sol
Actu 242, 26.02.22

Alors que les Européens applaudissent la Pologne pour avoir ouvert ses frontières aux Ukrainiens qui fuient les bombardements de l’armée Russe, personne ne parle du racisme dont sont victimes les Noirs Africains de la part des Ukrainiens qui les empêchent de monter dans les trains pour rejoindre les frontières de la Pologne ou de la Roumanie. Et ceux qui réussissent à le faire ne sont pas autorisés par les Polonais et les Roumains à accéder à leurs territoires...

Des activistes accusent les autorités ukrainiennes de maltraiter les personnes noires
Article originel : Activists accuse Ukrainian authorities of abusing black people
RT, 27.02.22

Des images vidéo non confirmées montrent des gardes poussant des Noirs hors des trains et les tenant en joue.

Des vidéos non vérifiées montrent des foules de personnes noires physiquement empêchées de monter dans les trains et tenues en joue par des gardes en Ukraine. L'évêque en chef de la NAACP, Talbert Swan, et d'autres militants ont accusé les autorités ukrainiennes d'empêcher la sortie des personnes noires coincées dans le pays en proie au conflit.

"Les Blancs d'Ukraine empêchent les Noirs de monter dans les trains, les font descendre des bus, refusent d'abriter les Noirs par des températures glaciales et tiennent des étudiants noirs sous la menace d'une arme", a tweeté dimanche M. Swan, militant étatsunien de premier plan et dirigeant de la section de Springfield de l'Association nationale pour la promotion des personnes de couleur (NAACP)...

Lire la suite

 

Traduction SLT ; Priez pour l'Ukraine. "En Ukraine, les Blancs empêchent les Noirs de monter dans les trains, les font descendre des bus en les traînant, refusent de les héberger par des températures glaciales et tiennent en joue des étudiants noirs.

---

"Pas d'échappatoire" Les étudiants nigérians pris dans la guerre Russie-Ukraine
Article originel : "No-Escape". The Nigerian students caught in the Russia-Ukraine war
Al Jazeera, 27.02.22

Les étudiants se bousculent pour quitter l'Ukraine alors que le conflit s'intensifie, atteignant de nouvelles villes.
 

La vie de Lolade Lawal a été bouleversée d'une manière qu'elle n'aurait jamais imaginée.

 

"C'est effrayant, très effrayant. Je suis très inquiet. Les gens courent pour sauver leur vie. Nous nous cachons en groupes pour pouvoir garder un œil les uns sur les autres", a déclaré Mme Lawal par téléphone à Al Jazeera, alors qu'elle se réfugiait avec d'autres étudiants dans un bunker sécurisé dans la ville de Sumy, au nord-est du pays.

Jeudi, le président russe Vladimir Poutine a ordonné ce qu'il a appelé une "opération militaire spéciale" contre l'Ukraine. Une invasion à grande échelle a suivi, et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré la loi martiale, affirmant que son pays se défendrait.

Samedi, les combats ont atteint les rues de la capitale ukrainienne, Kiev, alors que les troupes russes poursuivaient leur progression.

Selon l'armée étatsunienne, la Russie a maintenant au moins 50 % de ses forces d'invasion, estimées à 150 000 hommes, en Ukraine.

Le conflit a tué jusqu'à présent plus de 200 civils, dont trois enfants. Près de 1 100 personnes ont été blessées dans le conflit, dont 33 enfants, selon le ministère ukrainien de la santé.

Les Nations unies estiment que plus de 100 000 personnes ont été déplacées dans le pays depuis le début du conflit.

"Il n'y a pas d'échappatoire. Les trains ont cessé de fonctionner. La plupart des supermarchés sont fermés et ceux qui sont ouverts ont des stocks de nourriture très bas. Les distributeurs automatiques de billets ne fonctionnent pas et tout le monde cherche désespérément de l'argent", a déclaré Lawal, tandis que des sirènes retentissaient en arrière-plan.

Il n'existe pas de chiffres officiels sur le nombre d'étudiants africains qui étudient actuellement en Ukraine, mais Lawal a déclaré "nous sommes des centaines dans notre ville".

"Dans mon université, il y a environ 100 étudiants nigérians. Je m'abrite avec certains d'entre eux", a ajouté Lawal.

Certains étudiants ont réussi à passer la frontière avec la Pologne.

"Je vis à Kiev. Je vis ici depuis mars de l'année dernière", a déclaré à Al Jazeera Somto Orah, étudiant à l'Université d'État des télécommunications de Kiev.

"Nous n'avons reçu aucun soutien de la part des autorités gouvernementales. L'école nous a seulement donné un abri anti-bombes pour nous cacher lorsque la sirène du raid aérien retentit. Les sirènes se sont allumées et éteintes environ cinq fois hier avant que je ne parte", a ajouté Orah, de nationalité nigériane.

"Il y a peu de nourriture. Cela fait deux jours que je n'ai pas pu avoir accès à de l'argent liquide. Tous les distributeurs automatiques sur la route n'ont pas d'argent liquide."

D'autres ont eu encore moins de chance.

Samuel George, un étudiant en première année de génie logiciel, a fui Kiev après que les bombardements et les sirènes soient devenus trop lourds à supporter pour lui.

"Je suis venu en voiture de Kiev. Nous essayons de survivre. Nous ne voulons pas mourir dans un pays étranger", a déclaré George.

Alors qu'il approchait de la frontière polonaise, la chance de Samuel a tourné. Il dit avoir eu un léger accident de la route avec un véhicule transportant des Ukrainiens, car la route était étroite.

Il dit qu'ils ont pris son argent et l'ont empêché de continuer à rouler.

"Ce ne sont pas des fonctionnaires, ni des policiers, ni des militaires. Ce sont des citoyens normaux qui nous ont empêchés, nous les Africains, de conduire jusqu'à la frontière. Ils ont laissé passer les Ukrainiens mais pas nous", a déclaré George.

"Je suis maintenant en train de marcher jusqu'à la frontière. Je n'ai pas d'autre choix. Je ne sais pas si la frontière est encore loin. Ils ont même pris notre argent. C'est comme s'ils n'étaient pas des êtres humains", a déclaré George, ajoutant qu'il ne pouvait plus parler au téléphone car ses mains étaient gelées par une température inférieure à zéro.

Samedi, le ministère polonais de l'Intérieur a déclaré que plus de 115 000 personnes avaient traversé la frontière polonaise depuis l'Ukraine, ajoutant que tous les Ukrainiens étaient autorisés à entrer, même ceux qui n'avaient pas de passeport valide.

Mais pour Somto et plusieurs autres étudiants, le passage de la frontière polonaise n'a pas été facile.

"Je vais me diriger vers le Nigeria depuis la Pologne si je peux traverser. Mais si je vois une offre d'école autour de Schengen, je l'accepterai car je ne veux pas que ma vie scolaire soit perturbée", a-t-il déclaré alors qu'il rejoignait la file d'attente à la porte frontalière.

---

Pendant ce temps là, Christian Barbier, éditorialiste sur BFM TV, fait l'apologie des migrants ukrainiens qui sont des "Européens de culture" et déclare que "nous ne sommes pas face à des migrants qui vont passer dans une logique d'immigration".
 

 
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page