Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Off Investigation questionne une rémunération de Macron dans des "trusts" à l'étranger quand il était à la banque Rotschild pour le deal Pfizer/Nestlé en 2012

par SLT 27 Mars 2022, 12:41 Macron Pfizer Rotschild Nestlé Allégations Off Investigation France Articles de Sam La Touch

OFF Investigation est un média d'enquête indépendant constitué autour de Jean-Baptiste Rivoire, ex-rédacteur en chef adjoint de l'émission « Spécial investigation » sur Canal +, et journaliste.

Off Investigation questionne une rémunération de Macron dans des "trusts" à l'étranger quand il était à la banque Rotschild pour le deal Pfizer/Nestlé en 2012
Off Investigation questionne une rémunération de Macron dans des "trusts" à l'étranger quand il était à la banque Rotschild pour le deal Pfizer/Nestlé en 2012

Les liens de Macron, l'homme du vaccin obligatoire, avec Pfizer et Nestlé,
Article originel : The links of Macron, the man of the mandatory vaccine, with Pfizer and Nestlé,
Vogon Today, aout 2021

...Début 2012, le géant pharmaceutique étatsunien Pfizer a mis en vente sa division de nutrition infantile. Nestlé est candidat, tout comme l'étatsunien Mead Johnson et le français Danone. Le groupe suisse se tourne vers Rothschild & Cie pour gérer la transaction. Un succès pour Macron : Nestlé n'avait jamais été un client de Rothschild. Lazard, concurrent direct de Rothschild, suit Danone, le dauphin. Cependant, Macron a un contact direct avec le PDG de Nestlé, Brabeck, et le rencontre souvent directement. En avril, Danone soumet à Pfizer une demande plus riche que les autres et est sur le point de gagner. C'est alors que Macron convainc Nestlé d'augmenter son offre, convainquant également le conseil d'administration suisse. Au final, le géant suisse gagne en offrant à Pfizer la riche somme de 11,9 milliards de dollars, et Macron reçoit un prix d'un million d'euros. Mais même Pfizer ne se plaint pas du travail de Macron, car il ramène à la maison un chiffre qu'il n'aurait jamais pensé collecter et il aura sûrement été très reconnaissant envers le jeune homme qui, probablement pas chez lui, commence à penser sérieusement à la politique juste après ce deal...
Lire la suite

Le rachat de la filiale de nutrition infantile de Pfizer par Nestlé conseillé par Macron de la banque Rotschild sur Wikipedia :
"...Il est promu, fin 2010, associé au sein de la banque, après avoir travaillé sur la recapitalisation du journal Le Monde et sur le rachat par Atos de Siemens IT Solutions and Services93. À l'âge de 33 ans seulement, Emmanuel Macron bat ainsi le record de jeunesse d'âge de Grégoire Chertok. Cette ascension rapide apparaît comme un « mystère » pour certains commentateurs89. En , il conseille Philippe Tillous-Borde, le PDG de Sofiprotéol qui prend 41 % du capital de Lesieur Cristal85. La même année, il est nommé gérant et dirige l'une des plus grosses négociations de l'année, le rachat par Nestlé de la filiale « laits pour bébé » de Pfizer84. Cette transaction, évaluée à plus de neuf milliards d'euros, lui permet de devenir millionnaire62,88. François Henrot dira de lui qu'« il aurait été, s'il était resté dans le métier, un des meilleurs en France, sans doute même en Europe »87. L'expression « Mozart de la finance », parfois utilisée, est cependant critiquée par certains observateurs84. La journaliste Martine Orange, auteur de Rothschild, une banque au pouvoir, indique qu'Emmanuel Macron avait été recruté pour son carnet d'adresses89. Entre , date de sa nomination comme associé-gérant, et , celle de son arrivée à l'Élysée comme secrétaire général adjoint, Emmanuel Macron indique avoir gagné 2 millions d'euros brut94. Selon ses déclarations de revenus et de patrimoine faites à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, il a gagné plus de 2,5 millions d'euros bruts entre 2009 et 2013...."

Les années Rothschild d'Emmanuel Macron font de lui une cible électorale facile
Article originel : Emmanuel Macron’s Rothschild years make him an easy election target
Financial Times,

Lorsqu'en 2008, Emmanuel Macron a annoncé à ses amis qu'il rejoignait la prestigieuse banque d'investissement Rothschild, le fonctionnaire de 30 ans qu'il était alors a été averti que cela pourrait faire échouer une future carrière en politique."...
 

 

Macron, le «banquier de Nestlé», à l’Elysée?
SWI 4.05.2017

Macron ne s’est attardé à aucun de ces postes. Son mandat le plus long (moins de quatre ans), le futur candidat l’a effectué au service de la banque Rothschild & Cie à Paris. C’est là qu’il va constituer un joli magot et se faire une réputation de banquier avisé, qui lui jouera des tours pendant la campagne électorale. Son «coup» le plus fameux est résumé, sur Wikipédia et les réseaux sociaux, en quelques mots: «Il a négocié pour Nestlé le rachat de la filiale nutrition de Pfizer, ce qui lui permet de devenir millionnaire»...Lire la suite

Quand l’équipe de Off investigation a voulu promouvoir sur Youtube, Facebook ou Twitter des extraits de sa série “Emmanuel, un homme d’affaires à l’Elysée” (un projet refusé par TF1, France Télévision, Arte, Canal +, M6, et Netflix) les réseaux sociaux Américains les ont bloqués. Sur Twitter, par exemple, les reportages abordant la politique ne sont pas interdits, mais seuls, les grands médias totalisant 100 000 visiteurs uniques par mois (en clair, les médias déjà installés) ont la possibilité de promouvoir leurs reportages abordant la politique. Jean-Christophe Parant, de l’agence Sans tête, détaille devant Theophile Kouamouo cette censure des GAFAM qui ne dit pas son nom.

En seconde partie, Lucile Berland et Jean-Baptiste Rivoire évoquent “Le Monde, Macron agent double”, second épisode de la série “Emmanuel, un homme d’affaires à l’Elysée”. Une enquête dans les coulisses de la vente du Monde en 2010. A deux ans de la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy et Alain Minc avaient exercé d’intenses pressions pour faire tomber le Monde entre les mains de Claude Perdriel et du groupe Espagnol Prisa, jugés plus favorables à leur politiques que Xavier Niel, Pierre Bergé et Mathieu Pigasse. Alors banquier d’affaires chez Rothschild and co., Emmanuel Macron avait proposé gratuitement ses services à la société des rédacteurs du Monde pour “défendre l’indépendance de la presse”. Mais en coulisses, il aurait été “retourné” par Alain Minc pour défendre les intérêts de Claude Perdriel et du groupe Espagnol Prisa, les repreneurs préférés de Nicolas Sarkozy. Au final, les journalistes du Monde choisiront le trio Bergé, Niel, Pigasse, jugé plus enclin à respecter l’indépendance éditoriale des rédactions. Mais en septembre 2010, deux représentants de la société des rédacteurs du Monde, Gilles Van Kote et Adrien de Tricornot, surprendront par hasard Alain Minc en compagnie d’Emmanuel Macron. Quand ce dernier reviendra soudainement sur ses pas pour tenter maladroitement de se cacher dans les étages de l’immeuble abritant les bureaux du célèbre lobbyiste, les journalistes du Monde comprendront qu’ils ont été trahis.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page