Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Flash info J45. +4,4 millions d'Ukrainiens ont fui le pays, selon l'ONU/ Mariupol: centre-ville sous contrôle russe, assaut lancé sur Azovstal- les FAU conservent le contrôle de positions dans l'est et le sud-ouest/ Zelensky demande l'adhésion à l'UE après l'autoristaion de Von der Leyen/ Les Russes détruisent un dépôt de munitions à Myrhorod/ Zelensky se redit prêt à négocier avec Moscou

par SLT 9 Avril 2022, 21:31 Flash Ukraine Guerre Russie Articles de Sam La Touch

--- Le flash info a été bloqué à plusieurs reprises notamment mardi 1.03.22 où les infos après 14h ont été impubliables.  Néanmoins depuis lors, nous n'avons pas eu de souci. Nous espérons pouvoir continuer à alimenter ce flash sur la guerre en Ukraine avec des sources d'information diversifiées atlantistes, russes et autres... A noter que depuis le 3.03.22, nous n'avons plus accès à RT ou TASS ou bien à Sputniknews. Nous avions perdu SF le 10.03.22 que nous avons finalement retrouvé...En effet, le 9 mars, l'hébergeur allemand Hetzner a retiré SF de son réseau et a suspendu leur IP.

Note de SLT : L'objectif de ces flash infos est de rapporter les évènements se déroulant en Ukraine depuis l'attaque russe du 24.02.22 en s'appuyant sur plusieurs sources atlantistes et russes sans prendre parti. Nous ne manquerons pas non plus de vous donner des infos provenant de sources médiatiques de pays externes au conflit OTAN/Russie. Côté atlantiste nous avons l'AFP, Reuters, CNN, Le Monde, The Guardian ..., côté russe ou pro-russe nous avons RT, Sputniknews,TASS,  Southfront... En sachant que chaque camp tend à dérouler la propagande de ses autorités avec ses lots de Fake news ou de fausses informations, c'est selon. A vous de vous faire une opinion et prudence ! Toutefois, il va être de plus en plus difficile de donner les infos en provenance du côté russe car l'UE a annoncé le 27.02.22 qu'elle bannissait RT et Sputniknews. Le récit narratif sur la guerre en Ukraine dans l'UE risque d'être perçue en Europe sous le prisme des atlantistes et de leur propagande. A suivre...
A ce sujet, lire :

Situation militaire en Ukraine au 9.04.22

Situation militaire en Ukraine au 9.04.22

Situation militaire au 9.04.22 dans l'Est de l'Ukraine

Situation militaire au 9.04.22 dans l'Est de l'Ukraine

Régis Le Sommier sur CNews : "Les Américains sont à la manœuvre en Ukraine!"

  • The Guardian 17h02 Résumé de la situation. Il est un peu plus de 18 heures à Kiev. Voici où nous en sommes :
    • Le président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy, a qualifié de crime de guerre russe le tir de missile sur une gare de l'est de l'Ukraine et a appelé à une "réponse mondiale ferme". Au moins 50 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées dans le tir de missile sur la gare de Kramatorsk. Les États-Unis pensent que la Russie a utilisé un missile balistique à courte portée sur la gare. La Russie a nié toute responsabilité.
    • Le Premier ministre britannique a eu un entretien en tête-à-tête avec le président ukrainien dans la capitale cet après-midi. M. Johnson a rencontré M. Zelenskiy "en signe de solidarité avec le peuple ukrainien", a déclaré un porte-parole de Downing Street.
    • Le ministère ukrainien de la défense a accusé les forces russes d'avoir commis des crimes de guerre dans la ville de Makariv, dans la région de Kiev. Le maire de la ville, Vadym Tokar, a déclaré vendredi que 132 personnes avaient été tuées dans cette ville située à environ 50 km à l'ouest de la capitale.
    • À ce jour, 176 enfants sont morts et 324 ont été blessés en Ukraine depuis que Vladimir Poutine a ordonné l'entrée des troupes russes dans le pays, a déclaré le bureau du procureur général d'Ukraine. Il a précisé que les chiffres n'étaient pas encore définitifs car "des travaux sont en cours pour les établir dans les lieux d'hostilités actives, dans les territoires temporairement occupés et libérés". Le Guardian n'a pas été en mesure de vérifier ces informations.   
    • La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que les forces russes semblaient avoir commis des crimes de guerre en ciblant des civils en Ukraine. Quittant l'Ukraine aujourd'hui après avoir visité la ville dévastée de Bucha vendredi, elle a déclaré aux journalistes : "Mon instinct me dit : si ce n'est pas un crime de guerre, qu'est-ce que c'est un crime de guerre ?".
    • Plus tard dans la journée, lors d'une collecte de fonds pour l'Ukraine à Varsovie, Mme von der Leyen a déclaré que la Commission européenne s'engagerait à verser 1 milliard d'euros pour soutenir l'Ukraine et les pays accueillant des réfugiés fuyant la guerre.   
    • La Russie a réorganisé le commandement de ses opérations de combat en Ukraine, en installant un nouveau général ayant une grande expérience des opérations russes en Syrie, selon un responsable occidental. Le commandant du district militaire sud de la Russie, le général Alexander Dvornikov, dirige désormais l'invasion, a déclaré la source à la BBC, ajoutant : "Nous nous attendons à ce que le commandement et le contrôle globaux s'améliorent".   
    • Le vice-premier ministre ukrainien, Iryna Vereshchuk, a déclaré que dix couloirs humanitaires avaient été convenus pour samedi pour les habitants des régions assiégées, y compris la ville de Mariupol. Les habitants qui restent dans la ville de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine, assiégée, doivent évacuer, a déclaré le gouverneur.   
    • L'activité aérienne russe devrait augmenter dans le sud et l'est de l'Ukraine, selon le ministère britannique de la défense. Les opérations russes continuent de se concentrer sur Donbas, Mariupol et Mykolaiv, soutenues par la poursuite des tirs de missiles de croisière en Ukraine par les forces navales russes, a-t-il précisé.   
    • Un couvre-feu sera mis en place dans la ville d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, de samedi soir à lundi soir, en réponse au bombardement de la gare de Kramatorsk et à la menace d'un tir de missile.
    • Les chiffres publiés aujourd'hui par le HCR, l'agence des Nations unies pour les réfugiés, montrent que 4 441 663 réfugiés ukrainiens ont fui le pays depuis que la Russie a envahi l'Ukraine le 24 février. Environ 90 % des personnes qui ont fui l'Ukraine sont des femmes et des enfants.
    • Une ministre du gouvernement ukrainien a déclaré qu'elle s'attendait à ce que l'Ukraine obtienne le statut de pays candidat à l'UE en juin. Olga Stefanishyna, vice-première ministre ukrainienne chargée de l'intégration européenne et euro-atlantique, a déclaré que son pays était "prêt à avancer rapidement" dans sa demande d'adhésion à l'Union européenne.
  • SF 9.04.22 Les unités russes se rapprochent de Kramatorks alors que les forces de défense de Kiev s'effondrent à Mariupol  Des unités des forces armées russes, des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ont développé l'opération militaire en Ukraine. Depuis le 9 avril, les combats les plus intenses se déroulent dans les régions de Donetsk et de Lougansk, ainsi que dans le sud de la région de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine. À Marioupol, des unités des forces armées russes et de la RPD entrent dans la zone portuaire de la ville. Certaines sources affirment qu'elles ont déjà pris le contrôle de la majeure partie de la zone portuaire. D'intenses combats se poursuivent à proximité de l'usine Azovstal. Cependant, l'usine elle-même reste le bastion des forces de Kiev, y compris des membres du célèbre bataillon Azov. Les militaires de la Russie et de la RPD continuent d'évacuer les civils de la ville de Mariupol. Selon le ministère russe de la Défense, au cours de la journée, plus de 80 civils, dont 14 enfants, ont été sortis des sous-sols des immeubles résidentiels situés près de la ligne de contact. Les forces dirigées par la Russie utilisent des véhicules blindés pour évacuer les civils. Le ministère russe de la défense a ajouté que dans la soirée du 8 avril, le gouvernement de Kiev a fait une nouvelle tentative infructueuse d'évacuer les "chefs des nazis ukrainiens" de Marioupol par la mer. Le navire ukrainien à cargaison sèche "Apache" (affecté au port maltais de La Valette, sous pavillon maltais) qui a participé à cette tentative a été arrêté par les forces russes  Des unités de la RPD, soutenues par les forces armées russes, sont également impliquées dans des affrontements de positions près de Maryinka et Avdiivka. Néanmoins, aucun gain notable n'y a été signalé. Les deux zones sont bien fortifiées et utilisées par les forces armées ukrainiennes comme points forts pour ralentir l'avancée de la DPR dans la région. Des unités russes poussent vers Kramatorks alors que les forces de défense de Kiev s'effondrent à Mariupol. Pendant ce temps, les troupes de la RPL se sont efforcées d'étendre leurs positions dans la région de Popasnaya. La ville elle-même et ses environs constituent la zone contestée. Au nord de Popasnaya, dans la campagne de l'agglomération de Severodonetsk-Lysichansk, des unités de la RPL et de la Russie mènent des frappes intenses sur les positions des forces de Kiev. Des affrontements sporadiques ont également été signalés dans les environs de la ville voisine de Rubezhnoe. Des combats intenses sont également en cours dans la zone située au sud de la ville d'Izum (au sud de la région de Kharkiv), qui est récemment passée sous le contrôle de l'armée russe. Selon les rapports, les unités avancées des forces armées russes ont déjà atteint la campagne des villes de Slovyansk et de Kramatorks. Toutefois, la situation dans la région reste floue et la prise d'assaut de ces bastions des forces de Kiev n'est pas probable dans les prochains jours. La partie russe a indiqué qu'au cours de la journée, la puissance aérienne russe a frappé 65 installations militaires de l'Ukraine. Ces cibles comprenaient quatre postes de commandement et centres de communication, trois entrepôts logistiques, ainsi que 41 points forts et zones de concentration d'équipements militaires ukrainiens. Les unités russes se rapprochent de Kramatorks alors que les forces de défense de Kiev s'effondrent à Mariupol. Au même moment. Les systèmes de défense aérienne russes ont abattu trois drones ukrainiens dans les airs : deux - dans les zones des colonies de Mariupol et Kalininskoe, un autre - "Bayraktar TB-2" - dans la zone de la colonie de Sakhnovshchina. Selon le ministère russe de la Défense, depuis le début de l'opération militaire, les forces russes ont détruit 127 avions ukrainiens, 98 hélicoptères, 428 drones, 2037 chars et autres véhicules de combat blindés, 229 lance-roquettes multiples, 886 canons d'artillerie de campagne et mortiers, ainsi que 1941 unités de véhicules militaires spéciaux.

 

Marioupol - Les soldats ukrainiens s'étaient installés dans une école - 31 mars 2022

  • Reuters 12h22 Ukraine-L'armée russe détruit un dépôt de munitions sur une base ukrainienne-Interfax - Les forces russes ont détruit un dépôt de munitions sur la base aérienne de Myrhorod dans le centre de l'Ukraine, a rapporté samedi l'agence de presse Interfax, qui cite le ministère russe de la Défense. Un avion de chasse MiG-29 et un hélicoptère Mi-8 de l'armée de l'air ukrainienne ont également été détruits lors de l'attaque de la base située de la région de Poltava, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense
  • The Guardian 9.04.22 7h03  Dans sa dernière analyse, l'Institute for the Study of War, basé aux États-Unis, indique que les forces ukrainiennes conservent le contrôle de positions défensives dans l'est et le sud-ouest de Marioupol. Les forces russes continuent de tenter de redéployer les troupes retirées du nord-est de l'Ukraine pour soutenir une offensive dans l'est du pays. Cependant, ces troupes sont "peu susceptibles de permettre une percée russe et leur moral est faible", selon l'ISW.
    Voici ses principales conclusions :
    - Les forces ukrainiennes ont continué à résister aux assauts russes dans les zones du sud-ouest et de l'est de Marioupol, notamment dans le port et l'usine métallurgique Azovstal, respectivement.
    - Les forces ukrainiennes ont continué à repousser les assauts russes quotidiens dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk.
    - Un missile russe Tochka-U a frappé un point d'évacuation des civils à la gare de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, faisant au moins 50 morts et une centaine de blessés parmi les personnes évacuées.
    - Les forces russes ont poursuivi leurs attaques au sud d'Izyum en direction de Slovyansk et Barvinkove, mais n'ont pas pris de nouveaux territoires.
    - Les contre-attaques ukrainiennes ont probablement pris de nouveaux territoires à l'ouest de Kherson, menaçant le contrôle russe de la ville.
  • Le Monde 9.04.22 06h47  Ce qu’il faut savoir ce matin
    • Au moins 52 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées, vendredi, dans une frappe de missile sur la gare de Kramatorsk, dans l’est de l’Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a dénoncé un « crime de guerre », demande « une réponse mondiale ferme ». Moscou a démenti être responsable de l’attaque.
    • Arrivée vendredi en Ukraine pour une visite de soutien, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a dénoncé l’« attaque méprisable » sur Kramatorsk. Elle s’est rendue à Boutcha, près de Kiev, ville symbole des atrocités dont est accusée la Russie.
    • Volodymyr Zelensky s’est vu remettre par Ursula von der Leyen un questionnaire pour entamer le processus de demande d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne, un souhait émis depuis longtemps par Kiev. « Je suis convaincu que nous sommes enfin sur le point d’atteindre notre objectif de longue date (…) L’Ukraine deviendra membre de l’Union européenne », a déclaré le président ukrainien dans la soirée.
    • Un couvre-feu sera en vigueur de samedi soir à lundi matin à Odessa, le grand port ukrainien à l’ouest du pays, sur la mer Noire, face à la « menace » de frappes de missiles, ont annoncé les autorités locales.
    • La région de Soumy, frontalière de la Russie dans le nord-est de l’Ukraine, a été totalement « libérée » des forces russes, a annoncé vendredi le chef de l’administration régionale, ajoutant toutefois que la zone n’était « pas sûre » et que des opérations de déminage étaient en cours.
    • Après avoir retiré ses troupes de la région de Kiev et du nord de l’Ukraine, la Russie a fait de la conquête totale du Donbass, dont une partie est contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses, sa priorité. Selon les observateurs, le président russe Vladimir Poutine veut atteindre cet objectif avant le défilé militaire du 9 mai marquant la fin de la deuxième guerre mondiale, célébration la plus importante en Russie.
    • Après Washington et Bruxelles, le Royaume-Uni a sanctionné vendredi les deux filles de Vladimir Poutine et celle de son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, disant vouloir s’en prendre au « train de vie fastueux du cercle rapproché du Kremlin ». Elles sont désormais interdites d’entrée sur le territoire britannique, où tout éventuel actif sera gelé.
    • La Russie a fermé les bureaux locaux des ONG de défense des droits humains Amnesty International et Human Rights Watch, selon un communiqué publié vendredi par le ministère russe de la justice.
  • SF 9.04.22 Premières images du port maritime de Mariupol : Les forces russes ont gagné une position stratégique et sécurisent l'évacuation des équipages internationaux. Le 8 avril, les premières images du port de Mariupol ont confirmé que les forces armées de la RPD et de la Fédération de Russie ont partiellement pris le contrôle de plusieurs installations et ont atteint le port en se déplaçant depuis l'ouest le long de la côte maritime. Le port de Mariupol est l'un des trois principaux bastions des FAU, y compris des militants du régiment nationaliste Azov, dans la ville. Selon certains rapports, la majeure partie du port maritime est déjà sous le contrôle de l'armée russe. Actuellement, les affrontements se poursuivent dans la zone et les forces conjointes poussent probablement les combattants ukrainiens vers la grande usine industrielle d'Azovstal située dans le quartier de Left Benk à Mariupol. Les forces russes ont pris le contrôle d'un poste de garde-côtes situé sur une colline à côté du port, qui servait de base militaire aux FAU, et où se trouvaient les stations radar des FAU qui surveillaient la côte de la ville et les districts les plus proches. Aujourd'hui, l'installation, qui a été gravement endommagée pendant les affrontements, sert d'important poste d'observation des forces de la RPD, d'où elles surveillent le port et empêchent les avions ukrainiens de tenter d'approcher la ville pour évacuer les commandants ukrainiens, les combattants d'Azov, ainsi que le personnel militaire de l'OTAN qui serait bloqué dans la ville. La vidéo montre que le territoire a été fortifié par des tranchées équipées. Pendant la retraite, les nationalistes ukrainiens se sont réfugiés dans le secteur civil voisin et ont tiré depuis des maisons civiles. Les militaires confirment qu'il reste des équipages sur les navires qui ont été bloqués dans la ville, parmi lesquels des citoyens de différents états, dont des Russes, des Ukrainiens, des Azerbaïdjanais. Leur évacuation n'est pas possible pour le moment, car ce territoire est sous le feu des Forces Armées de l'Ukraine. Selon des données approximatives, plus de 100 marins restent sur les navires. Les marins ont été retenus en captivité pendant plus d'un mois. Il y aurait des femmes parmi les membres de l'équipe. 7 navires civils n'ont pas pu quitter le port de la ville après que les militants d'Azov aient miné les routes maritimes de la région.

Le Monde 9.04.22 Guerre en Ukraine : le massacre de Kramatorsk soulève l’indignation internationale Le massacre de Kramatorsk soulève l’indignation internationale. La gare de cette ville du Donbass a été visée, vendredi, par une frappe de missile attribuée à la Russie. Au moins 52 personnes sont mortes, dont 5 enfants.

 
  • SF 9.04.22 La bataille pour Mariupol s'intensifie. Les opérations de ratissage se poursuivent dans la ville de Marioupol. L'armée russe et les forces armées de la République populaire de Donetsk (RPD) continuent de coincer les troupes restantes des forces armées ukrainiennes (FAU) et les nationalistes d'Azov dans la ville portuaire clé. Au 7 avril, sur les 14 000 soldats des forces armées ukrainiennes, y compris les militaires du régiment Azov, assiégés à Marioupol il y a un mois, environ trois mille combattent encore. Le centre de la ville et presque tous les bâtiments administratifs sont passés sous le contrôle des troupes russes et de la RPD. Les unités des FAU et les combattants d'Azov sont divisés en trois groupes, qui sont assiégés à l'Azovstal, à l'usine Ilyich et dans la zone du port maritime. Les unités d'assaut de la milice populaire de la RPD et des forces armées de Russie, y compris les soldats tchétchènes du régiment portant le nom du héros de la Russie Akhmat-Hadji Kadyrov, sont déjà entrées sur le territoire d'Azovstal. L'assaut sur l'usine a commencé par la direction du nord, sous le feu rapproché de l'artillerie et des frappes aériennes des forces aérospatiales russes, mais l'avancée se heurte à une résistance farouche des combattants d'Azov. L'artillerie de l'armée russe et de la RPD pilonne les restes des FAU et d'Azov dans le port de Mariupol. Selon la RPD les nationalistes assiégés ont brûlé un certain nombre de navires dans le port, y compris le navire de commandement du Donbass de la marine ukrainienne. Selon des rapports non confirmés de commandants militaires russes sur le terrain et de plusieurs sources, des officiers de l'OTAN, y compris des commandants de haut rang des armées étatsuniennes et européenne, pourraient être bloqués à Marioupol. Les informations selon lesquelles des commandants de l'OTAN auraient trouvé refuge auprès des militants d'Azov à Marioupol pourraient expliquer pourquoi les États membres de l'OTAN, notamment la France et la Turquie, insistent pour mener une mission humanitaire à Marioupol, mais uniquement avec la participation de leurs militaires. Sur les autres fronts du Donbass, de violents combats se poursuivent. L'armée russe et les forces armées de la RPD et de la République populaire de Louhansk (RPL) continuent de progresser dans la région d'Izyum malgré la résistance acharnée des FAU, des unités nationalistes et des mercenaires étrangers. Les forces conjointes se dirigent vers Barvenkovo et Slavyansk. Dans le même temps, les forces conjointes Russie-RPD continuent d'avancer à l'ouest de la ville de Donetsk. Le village de Sladkoe est passé sous leur contrôle le 7 avril. Développant l'offensive, le groupement des forces armées russes a complètement bloqué le village de Novomikhailovka et a commencé à éponger les nationalistes qui s'y trouvaient. À la poursuite des unités en retraite de la 54e brigade mécanisée des forces armées ukrainiennes, les unités russes ont également bloqué la ville d'Ouglidar et combattent actuellement à sa périphérie. Pendant ce temps, l'armée russe a poursuivi ses frappes de missiles sur des cibles militaires dans différentes parties de l'Ukraine. Les 6 et 7 avril, des missiles lancés par air et par mer ont détruit quatre bases de stockage de carburant près de Nikolaev, Zaporozhye, Kharkov et Chuguev à partir desquelles les forces ukrainiennes étaient approvisionnées en carburant près de Kharkov, Nikolaev et du Donbass. Une frappe avec des missiles lancés par air a également touché un groupe d'équipements militaires ukrainiens à la gare de Novograd-Volynsky dans la région de Zhytomyr. À la suite de cette frappe, des équipements préparés pour être déployés dans le Donbass ont été détruits. Selon le ministère russe de la Défense, le 7 avril, les systèmes de défense aérienne russes ont abattu en vol deux hélicoptères militaires ukrainiens, un Mi-8 et un Mi-24, près de la ville de Kherson. Ont également été détruits six drones près de Novoselovka II, Chervonaya, Novogradovka, Ilovaisk, Khartsizsk et trois autres drones, dont deux Bayraktar TB-2, au-dessus des localités de Krivoy Rog et Trudovoi. Selon le dernier briefing du ministère russe de la Défense, 125 avions de guerre ukrainiens, 95 hélicoptères, 416 drones, 227 systèmes de missiles antiaériens, 2 003 chars et autres véhicules de combat blindés, 220 systèmes de roquettes à lancement multiple, 869 pièces d'artillerie de campagne et mortiers, ainsi que 1 902 unités de véhicules militaires spéciaux ont été détruits depuis le début de l'opération militaire spéciale russe. La ville de Mariupol restera probablement le front le plus chaud au cours des prochains jours. L'armée russe et les forces armées de la RPD et de la RPL ne développeront probablement pas leur offensive sur les autres fronts du Donbass avant que Marioupol ne soit entièrement sécurisée.
  • Mid.ru 8.04.22 Déclaration du ministère des Affaires étrangères sur la attaque à Kramatorsk, 8 avril 2022  Le 8 avril, les forces armées ukrainiennes (FAU) ont commis un nouveau crime de guerre en frappant une gare de Kramatorsk, sous le contrôle de Kiev, avec un missile tactique Tochka-U. Des dizaines de personnes ont été tuées et plus de cent blessées. Des dizaines de personnes ont été tuées et plus d’une centaine blessées. Nous présentons nos profondes condoléances aux familles et aux amis des personnes décédées. Les FAU ont commis un crime barbare similaire le 14 mars 2022, lorsqu’une frappe du même missile Tochka-U au centre de Donetsk a tué 17 personnes et en a blessé 36 autres. Dans les deux cas, le choix de la cible n’était pas aléatoire – le régime de Kiev s’efforce de maximiser le nombre de victimes civiles. Leurs meurtres dans le Donbass sont devenus une pratique courante pour les unités armées ukrainiennes au cours des huit dernières années. En tuant cyniquement des civils de sang-froid, Kiev tente de faire porter à la Russie la responsabilité de ses propres crimes afin de discréditer l’opération militaire spéciale menée par Moscou pour défendre la RPD et la RPL. Il existe des preuves irréfutables que les forces armées ukrainiennes ont commis ce crime. Ce sont les FAU qui ont des missiles Tochka-U en service et qui les utilisent. Des fragments de ce missile ont été retrouvés sur le site de la tragédie. Ces actions inhumaines du régime de Kiev confirment que les objectifs de l’opération militaire spéciale visant à démilitariser et à dé-nazifier l’Ukraine sont pleinement justifiés. Nous sommes convaincus que les autorités de Kiev n’échapperont pas à leur responsabilité. Nous exhortons la communauté internationale à évaluer objectivement les crimes commis par les unités ukrainiennes, à cesser de leur fournir des armes et à inciter Kiev à renoncer à ses méthodes d’hostilité inacceptables.
  • Donbass-Insider 8.04.22 Les Forces Armées Ukrainiennes tirent sur la gare de Kramatorsk avec un missile Tochka U, faisant plus de 30 morts et 100 blessés Le 8 avril 2022, les Forces Armées Ukrainiennes (FAU) ont tiré sur la gare de Kramatorsk, où se trouvait une grande quantité de civils cherchant à évacuer la ville, avec un missile Tochka U, faisant plus de 30 morts et 100 blessés. Sans surprise l’Ukraine et l’Occident essayent de faire porter la responsabilité de ce carnage à la Russie. Sauf qu’il y a un gros problème : la Russie n’utilise plus de missiles Tochka U depuis plusieurs années. Le 8 avril vers 10 h 30 heure locale, alors que les habitants de Kramatorsk faisaient la queue à la gare pour évacuer la ville avant son encerclement complet, les Forces Armées Ukrainiennes ont lancé sur la zone un missile Tochka U à sous-munitions, provoquant un véritable bain de sang : plus de 30 morts et plus de 100 blessés. Sans surprise, les autorités ukrainiennes ont essayé de faire porter le chapeau à la Russie, en prétendant d’abord qu’il s’agissait d’un missile Iskander. Problème : les photos prises devant la gare de Kramatorsk par des habitants et immédiatement publiées ne laissent aucun doute, il ne s’agit absolument pas d’un missile Iskander, mais bien d’un Tochka U à sous-munitions, du même type que celui que les Forces Armées Ukrainiennes avaient tiré sur le centre-ville de Donetsk le 14 mars 2022. Or, la Russie n’utilise plus de Tochka U depuis trois ans, car ces derniers ont été remplacés justement par les missiles Iskander. Les seuls pays qui utilisent encore les Tochka U sont l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Biélorussie, la Bulgarie, le Yémen, le Kazakhstan, la Syrie et… l’Ukraine ! D’ailleurs dans l’ouvrage de référence annuel « The Military balance » de 2020, on voit très clairement qu’il n’y a plus de Tochka U dans l’arsenal militaire russe. Certaines personnes ont alors sorti des vidéos des déplacements d’équipement en prévision des exercices communs entre la Russie et la Biélorussie de 2022, et des articles couvrant ces mêmes exercices, pour prétendre que la Russie a bien des Tochka U puisqu’il y en avait dans ces exercices. Sauf que les systèmes de missiles utilisés pour les exercices étaient biélorusses, et sont donc restés en Biélorussie. Et lors de ces exercices les lettres Z et V ont été utilisées pour marquer les différents équipements....
 
(c) Infographie Le Monde

(c) Infographie Le Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page