Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FlashinfoJ134. 9millions de personnes ont quitté l'Ukraine/ Les Russes occupent environ 22 % des terres arables/ Boris Johnson a reconnu avoir rencontré un agent du KGB/ 3 mercenaires brésiliens tués/La Russie présente au G20/Bombardements sur Kramatorsk/ Ankara libère le cargo russe, Kiev proteste/ Les US envisagent une guerre directe avec la Russie selon la Biélorussie, Poutine se dit prêt

par SLT 7 Juillet 2022, 21:32 Flash Ukraine Guerre Russie USA OTAN UE Articles de Sam La Touch

--- Le flash info a été bloqué à plusieurs reprises notamment mardi 1.03.22 où les infos après 14h ont été impubliables.  Néanmoins depuis lors, nous n'avons pas eu de souci. Nous espérons pouvoir continuer à alimenter ce flash sur la guerre en Ukraine avec des sources d'information diversifiées atlantistes, russes et autres... A noter que depuis le 3.03.22, nous n'avons plus accès à RT ou TASS ou bien à Sputniknews. Nous avions perdu SF le 10.03.22 que nous avons finalement retrouvé...En effet, le 9 mars, l'hébergeur allemand Hetzner a retiré SF de son réseau et a suspendu leur IP.

Note de SLT : L'objectif de ces flash infos est de rapporter les évènements se déroulant en Ukraine depuis l'attaque russe du 24.02.22 en s'appuyant sur plusieurs sources atlantistes et russes sans prendre parti. Nous ne manquerons pas non plus de vous donner des infos provenant de sources médiatiques de pays externes au conflit OTAN/Russie. Côté atlantiste nous avons l'AFP, Reuters, CNN, Le Monde, The Guardian ..., côté russe ou pro-russe nous avons RT, Sputniknews,TASS,  Southfront, Donbass Insider... En sachant que chaque camp tend à dérouler la propagande de ses autorités avec ses lots de Fake news ou de fausses informations, c'est selon. A vous de vous faire une opinion et prudence ! Toutefois, il va être de plus en plus difficile de donner les infos en provenance du côté russe car l'UE a annoncé le 27.02.22 qu'elle bannissait RT et Sputniknews. Le récit narratif sur la guerre en Ukraine dans l'UE risque d'être perçue en Europe sous le prisme des atlantistes et de leur propagande. A suivre...
A ce sujet, lire :

Situation militaire dans l'est de l'Ukraine au 7 juillet 2022

Situation militaire dans l'est de l'Ukraine au 7 juillet 2022

  • SF 7.07.22 Situation militaire en Ukraine au 7 juillet 2022 (Mise à jour de la carte)   
    • La Russie a frappé la 24e brigade mécanisée des FAU près de Soledar avec des missiles de haute précision ;   
    • La Russie a frappé les 14e et 72e brigades mécanisées et la 10e brigade d'assaut en montagne des FAU près d'Artemovsk avec des missiles de haute précision ;   
    • La Russie a frappé des actifs militaires des FAU près d'Ochakov avec des missiles de haute précision ;   
    • La Russie frappe des moyens militaires des FAU près de Seversk avec des missiles de haute précision ;   
    • Les systèmes de défense aérienne russes ont abattu 17 drones ukrainiens près de Nadezhdovka, Zelenyi Gai dans la région de Nikolaev, Skadovsk, Davydov Brod dans la région de Kherson, Izyum, Nortsovka, Novoplatovka, Dibrovnoe, Brazhkovka, Pitomnik, Malye Prokhody et Grushevka dans la région de Kharkov ;   
    • Les systèmes de défense aérienne russes ont abattu 6 missiles tactiques Tochka-U près de Skadovsk, Novaya Kakhovka dans la région de Kherson, et Grushevka dans la région de Kharkov.
Situation militaire en Ukraine au 7 juillet 2022

Situation militaire en Ukraine au 7 juillet 2022

  • The Guardian 19h14  Poutine : L'Occident "est le bienvenu pour combattre la Russie sur le champ de bataille". Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré que si l'Occident voulait vaincre la Russie sur le champ de bataille, il était le bienvenu d'essayer. Dans des remarques télévisées adressées aux leaders parlementaires, citées par Reuters, M. Poutine a déclaré : Aujourd'hui, nous entendons dire qu'ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Que dire, qu'ils essaient. Nous avons entendu à plusieurs reprises que l'Occident veut nous combattre jusqu'au dernier Ukrainien. C'est une tragédie pour le peuple ukrainien, mais il semble que tout se dirige vers cela.
  • RT 13h26 Ukraine could be wiped off the map – former Trump military adviser L'Ukraine pourrait être rayée de la carte selon un ancien conseiller militaire de Trump. Le colonel Douglas Macgregor a plaidé pour une résolution pacifique du conflit Russie-Ukraine. L'Ukraine pourrait disparaître de la carte si le conflit avec la Russie n'est pas résolu pacifiquement, a déclaré l'ancien conseiller militaire de Trump, le colonel Douglas Macgregor, dans une interview accordée à Sky News Australia mercredi....
  • Reuters 11h26 La Russie dit avoir bombardé les forces ukrainiennes sur l'île aux Serpents Le ministère russe de la Défense a déclaré jeudi qu'avion militaire russe avait bombardé au cours de la nuit l'île aux Serpents, au large de l'Ukraine, sur laquelle les forces ukrainiennes avaient hissé leur drapeau national juste auparavant. Andriy Yermak, directeur de cabinet du président ukrainien Volodimir Zelensky, a publié jeudi sur Telegram une vidéo montrant trois soldats hissant un grand drapeau ukrainien sur cette île de la mer Noire, dont les forces russes se sont retirées fin juin après d'intenses tirs d'artillerie ukrainiens...
  • Le Monde 10h32 L’Indonésie invite l’Ukraine et la Russie au sommet du G20 de Bali Une réunion des ministres des affaires étrangères des pays du G20 se tient cette semaine à Bali. Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, devait arriver aujourd’hui dans l’île indonésienne, a fait savoir le département d’Etat. S’il ne rencontrera pas son homologue russe, Sergueï Lavrov, également invité, M. Blinken doit, en revanche, s’entretenir à Bali avec le ministre des affaires étrangères chinois, Wang Yi, afin d’aborder la question des tensions sino-américaines. L’Indonésie, qui met en avant une politique de non-alignement, a invité le président russe, Vladimir Poutine, au sommet du G20 qui se tiendra en novembre à Bali, malgré la pression occidentale, et notamment des Etats-Unis, pour l’isoler. Comme solution de compromis, l’Indonésie a également convié le président ukrainien, Volodymyr Zelensky....
  • SF 07.07.22 Des mercenaires brésiliens meurent en Ukraine. Les médias pro-occidentaux brésiliens encouragent les mercenaires à se rendre en Europe de l'Est avec des mensonges sur une prétendue "facilité" à combattre les troupes russes. Deux Brésiliens ont été tués en Ukraine au cours de la première semaine de juillet après une opération de drone russe à Kharkiv. Au total, trois mercenaires brésiliens sont morts en Ukraine depuis le début de l'opération militaire spéciale russe, le 24 février. Dans ce pays d'Amérique du Sud, les médias mainstrem ont une forte orientation idéologique pro-occidentale, c'est pourquoi ils encouragent les "volontaires" à se rendre en Europe de l'Est. Dans leur discours, les médias affirment qu'il est "facile" de se battre contre les Russes car Kiev est censé "gagner" le conflit. Cependant, en arrivant en Ukraine, les mercenaires étrangers sont confrontés à une réalité différente et bien plus dure. Entre la nuit du 1er juillet et le matin du 2 juillet, les mercenaires brésiliens Douglas Rodrigues Búrigo et Thalita do Valle sont morts après une attaque russe à Kharkiv. Douglas était un ancien soldat de l'armée brésilienne et combattait en Ukraine depuis le mois de mai. Thalita était mannequin, avocate et tireuse d'élite professionnelle. Elle avait auparavant travaillé comme volontaire militaire et agent de propagande pour les bataillons de femmes kurdes au Moyen-Orient. Apparemment, elle est morte asphyxiée en tentant de fuir son logement face à une attaque de drones, tandis que Douglas aurait été touché par des éclats d'obus de mortier à l'extérieur. En juin, un autre Brésilien était déjà mort en Ukraine. André Hack Bahi a été mortellement touché lors de bombardements russes à Severodonetsk. Bahi était un ancien combattant de la Légion française et avait déjà participé à quelques missions en Afrique, mais il n'a pas pu survivre à la réalité intense des combats en Ukraine. Il est également nécessaire de mentionner que tous les morts n'ont pas encore été correctement identifiés, ce qui laisse penser qu'il pourrait y avoir plus de Brésiliens parmi les morts en Ukraine, puisque les mercenaires du pays sud-américain sont largement présents dans la région. Il n'y a toujours pas de rapport officiel des autorités indiquant le nombre exact de citoyens brésiliens qui se battent pour le camp de Kiev dans le conflit, mais le nombre est certainement plus élevé que ce que l'on attendait d'un pays neutre ayant de bonnes relations avec la Russie. Même des parlementaires brésiliens se sont battus en faveur de Kiev, comme l'ancien député Artur do Val, qui s'est illustré rapidement et de manière scandaleuse en Ukraine, où il a commis des actes de harcèlement sexuel contre des femmes ukrainiennes. On sait également qu'au cours des huit dernières années, plusieurs Brésiliens ont essayé de rejoindre les troupes paramilitaires néo-nazies ukrainiennes pour combattre dans le Donbass, après avoir été rejetés en raison du racisme anti-latin de ces groupes. Aujourd'hui, ces mêmes militants se retrouvent sur les positions ukrainiennes en raison de la politique de Kiev qui accepte tous les volontaires étrangers...
Thalita do Valle

Thalita do Valle

  • SF 07.07.22 La prédiction de Loukachenko se réalise - le changement de régime arrive en Ouzbékistan. Samedi, l'état d'urgence a été déclaré pour un mois dans l'ancienne république soviétique d'Ouzbékistan, en réponse à de violentes protestations contre les projets du gouvernement de révoquer l'autonomie de la république du Karakalpakstan, située au nord-est du pays. Bien que les troubles actuels n'aient commencé qu'il y a quelques jours, leur soudaine escalade vers une violence extrême, ainsi que la couverture coordonnée de la situation par les médias d'entreprise, y compris Radio Free Europe, financée par le gouvernement étatsunien, portent déjà toutes les marques d'une opération de changement de régime de la CIA. En effet, une telle situation avait été prédite par le président biélorusse Alexandre Loukachenko en janvier de cette année, alors qu'une tentative similaire de changement de régime avait lieu au Kazakhstan, grand voisin septentrional de l'Ouzbékistan. Cette tentative, menée conformément à un document publié en mai 2020 par le groupe de réflexion néoconservateur RAND Corporation, visait à déstabiliser la république d'Asie centrale afin que les répercussions se répercutent sur la Russie voisine, la frontière terrestre de 7 000 km que partagent les deux nations étant la deuxième plus grande au monde après le Canada et les États-Unis. Toutefois, à la suite du déploiement de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par Moscou au Kazakhstan, à la demande de Nur-Sultan, la tentative de révolution de couleur soutenue par l'Occident a été étouffée en l'espace de deux semaines, l'alliance militaire se retirant peu après du pays d'Asie centrale. La Biélorussie elle-même a connu une tentative de révolution de couleur en août 2020, lorsqu'après la victoire de Loukachenko aux élections présidentielles sur la candidate de l'opposition Sviatlana Tsikhanouskaya, une révolution de couleur de type Euromaidan a été lancée contre Minsk, l'ancienne République soviétique étant une cible de longue date pour le lobby du changement de régime du fait qu'elle est le seul allié européen de Moscou, qu'elle possède des industries d'État hautement nationalisées et que l'installation d'un gouvernement pro-occidental a eu pour conséquence que toute la frontière occidentale de la Russie est composée uniquement de membres de l'OTAN et d'alliés. En effet, l'encerclement de la Russie a été un facteur de motivation dans la révolution de couleur Euromaidan susmentionnée, lancée en réponse à la décision du président ukrainien de l'époque, Viktor Ianoukovitch, en novembre 2013, de suspendre un accord commercial avec l'UE afin de poursuivre des liens plus étroits avec Moscou...
  • Le Monde 06h00 Le point sur la situation à 6 heures
    • Après sa prise dimanche de Lyssytchansk, l’armée russe clame que la quasi-totalité de la province de Louhansk est entre ses mains, ce que les Ukrainiens continuent de nier. « Il y a toujours des combats dans deux villages », a assuré mercredi son gouverneur, Serhi Haïdaï. Les Russes cherchent maintenant à conquérir la deuxième province du Donbass, celle de Donetsk, pour ainsi occuper l’intégralité de ce bassin minier et industriel. Mais il leur faut pour cela prendre Sloviansk et Kramatorsk, ses deux plus grandes cités, conservées par les Ukrainiens.
    • A Sloviansk, « l’évacuation est en cours », a déclaré le maire Vadym Liakh. « Il reste en ce moment 23 000 habitants » dans cette ville bombardée quotidiennement, qui en comptait environ 110 000 avant le conflit. Le réseau central d’approvisionnement en eau est détruit depuis un mois, et un tiers de la ville se retrouve régulièrement sans électricité. L’armée russe se trouve à une quarantaine de kilomètres. « Il y a, en ce moment, la plus brutale des confrontations, entre Sloviansk et Bakhmout », a résumé, dans son adresse du soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.
    • Les autorités séparatistes de la « république populaire de Donetsk » ont annoncé, mercredi soir sur Telegram, que deux enfants ont été tués et trois autres blessés, ainsi que trois adultes, par des bombardements ukrainiens qui ont visé Makiïvka.
    • Les Russes bombardent toujours la région de Mykolaïv, au sud, des frappes qui ont provoqué la mort d’au moins deux personnes mardi et mercredi, dénoncent les autorités ukrainiennes.
    • La Lituanie a annoncé mercredi qu’elle s’apprêtait à envoyer à l’Ukraine un drone turc, après une collecte de 5,9 millions d’euros pour son achat et une mobilisation populaire.
    • L’ex-président russe Dmitri Medvedev a évoqué mercredi le recours à l’arme nucléaire, pour mieux exclure toute éventualité de sanctions contre Moscou par la justice internationale, à l’heure où la Cour pénale internationale enquête sur des crimes de guerre présumés commis en Ukraine. « L’idée même de châtier un pays qui a le plus grand arsenal nucléaire du monde est absurde en soi. Et cela crée potentiellement une menace pour l’existence de l’humanité », a écrit sur son compte Telegram l’actuel vice-président du Conseil de sécurité russe.
  • The Guardian 02h10 Résumé de la situation
    • La prise de la ville de Lysychansk, dans l'est de l'Ukraine, a permis aux forces russes de "progresser véritablement", tandis que ses forces dans le sud ont montré des signes de "meilleure coopération", selon les analystes. Les responsables occidentaux ont déclaré que la durabilité des attaques de la Russie contre l'Ukraine était "difficile", mais ont qualifié de "remarquable" l'impact sur leurs munitions et leur moral.   
    • Le président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy, a déclaré que les armes lourdes des alliés occidentaux ont finalement commencé à fonctionner à "pleine capacité" sur les lignes de front. Dans son allocution vidéo nocturne, M. Zelenskiy a déclaré que l'armée ukrainienne avait pu cibler des entrepôts et des sites russes "importants pour la logistique".   
    • La résistance se poursuit dans les villages autour de Lysychansk, où il reste 15 000 civils, selon le gouverneur de Louhansk, Serhiy Haidai. Sur Telegram, Haidai a déclaré : "Les vidéos d'aujourd'hui en provenance de Lysychansk sont douloureuses à regarder". Il a accusé les troupes de Poutine de pratiquer une politique de la terre brûlée, "brûlant et détruisant tout sur leur passage".   
    • L'évacuation des civils de Sloviansk s'est poursuivie mercredi alors que les troupes russes se pressaient vers la ville de l'est de l'Ukraine dans leur campagne de contrôle de la région de Donbass. Le maire Vadym Lyakh a déclaré qu'environ 23 000 personnes sur 110 000 se trouvaient encore à Sloviansk, mais a affirmé que la Russie n'avait pas été en mesure d'encercler la ville. Le gouverneur de Donetsk a également exhorté les 350 000 habitants de la région à fuir.   
    • La bataille pour Sloviansk est susceptible d'être la prochaine épreuve clé dans la lutte pour le Donbass, alors que les forces russes s'approchent à moins de 16 km de la ville de Donetsk, selon les renseignements britanniques. Les forces russes des groupes de forces de l'est et de l'ouest sont probablement maintenant à environ 16 km au nord de Sloviansk, alors que les groupes de forces du centre et du sud représentent également une menace pour la ville, a déclaré le ministère britannique de la Défense.   
    • L'Ukraine a rejeté l'affirmation selon laquelle les forces russes ont détruit deux systèmes de roquettes avancés Himars de fabrication étatsunienne et leurs dépôts de munitions dans l'est de l'Ukraine. L'état-major ukrainien a déclaré que les affirmations du ministère russe de la défense étaient fausses et que l'Ukraine utilisait les Himars fournis par les États-Unis pour infliger des "coups dévastateurs" aux forces russes.   
    • Le Taoiseach irlandais Micheál Martin a visité mercredi les banlieues de Borodianka, Bucha et Irpin, marquées par la guerre, dans la banlieue de Kiev. M. Martin a déclaré qu'il avait discuté avec le président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy, d'une réponse commune à la menace pour la sécurité alimentaire, de la crise énergétique et de la préparation du septième train de sanctions contre la Russie. M. Martin a réaffirmé la solidarité de son pays avec l'Ukraine.   
    • Le chef de l'administration imposée par la Russie de la région ukrainienne occupée de Zaporizhzhia, Yevgeny Balitsky, a déclaré que la région envisageait de vendre les céréales ukrainiennes au Moyen-Orient. Les principaux pays concernés par cet accord sont l'Irak, l'Iran et l'Arabie saoudite. L'Ukraine a accusé à plusieurs reprises la Russie de voler des céréales, une accusation que Moscou a démentie.   
    • Les forces russes ont occupé environ 22 % des terres arables de l'Ukraine, selon la mission Harvest de la Nasa. Depuis l'invasion russe de l'Ukraine, la Nasa s'est concentrée sur l'impact de la guerre sur le système alimentaire mondial. Ses conclusions ont révélé que les champs ukrainiens où sont semées 28 % des cultures d'hiver et 18 % des cultures de printemps sont sous occupation russe.   
    • Le président du Sri Lanka, Gotabaya Rajapaksa, a déclaré avoir demandé à son homologue russe, Vladimir Poutine, de l'aider à importer du carburant dans son pays, confronté à sa pire crise économique depuis sept décennies. M. Rajapaksa a indiqué sur Twitter qu'il avait eu un entretien téléphonique "productif" avec M. Poutine, tout en le remerciant pour "tout le soutien apporté par son [gouvernement] pour surmonter les défis du passé".   
    • M. Zelenskiy a demandé au plus grand négociant indépendant de pétrole du monde de cesser d'expédier du pétrole russe, l'accusant de "profiter effrontément du pétrole du sang".   
    • L'armée ukrainienne a annoncé qu'elle prévoyait d'introduire un système de permis qui interdirait aux hommes éligibles à la conscription de quitter la région où ils sont enregistrés. Cette mesure, fondée sur une législation de 1992, visait à permettre aux forces armées du pays de localiser plus facilement les conscrits potentiels, mais elle a suscité une réaction immédiate.   
    • Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a admis avoir rencontré l'ancien agent du KGB, Alexander Lebedev, en l'absence de fonctionnaires lorsqu'il était ministre des affaires étrangères. Boris Johnson a déclaré aux députés qu'il avait reconnu avoir rencontré l'ancien agent du KGB lors d'un voyage en Italie. Interrogé sur le fait de savoir s'il avait signalé cette rencontre aux autorités, Johnson a répondu : "Je pense que oui".   
    • Le Parlement russe a adopté à la hâte deux projets de loi imposant dcontrôles stricts sur l'économie, exigeant que les entreprises fournissent des biens aux forces armées et obligeant les employés de certaines entreprises à faire des heures supplémentaires. Ces projets de loi permettront au gouvernement d'introduire des "mesures économiques spéciales" une fois qu'ils auront été promulgués par le Parlement.
    • Près de 9 millions de personnes ont quitté l'Ukraine depuis l'invasion de Vladimir Poutine, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés. Alors que la Russie intensifie son offensive dans l'est du pays, les autorités ukrainiennes lancent des appels de plus en plus pressants pour que les gens fuient les zones de front tant qu'ils le peuvent.
FlashinfoJ134. 9millions de personnes ont quitté l'Ukraine/ Les Russes occupent environ 22 % des terres arables/ Boris Johnson a reconnu avoir rencontré un agent du KGB/ 3 mercenaires brésiliens tués/La Russie présente au G20/Bombardements sur Kramatorsk/ Ankara libère le cargo russe, Kiev proteste/ Les US envisagent une guerre directe avec la Russie selon la Biélorussie, Poutine se dit prêt
  • SF 6.07.22 Situation militaire en Ukraine au 6 juillet 2022 (Mise à jour de la carte)   
    • La Russie a frappé la 92e brigade mécanisée des FAU à Kharkiv avec des missiles de haute précision ;   
    • La Russie a frappé la 57e brigade mécanisée des FAU près de Soledar avec des missiles de haute précision ;   
    • La Russie a frappé des actifs militaires des FAU près de Malotaranovka avec des missiles de haute précision ;   
    • La Russie a frappé des actifs militaires des FAU près d'Artemovsk avec des missiles de haute précision ;   
    • Les systèmes de défense aérienne russes ont abattu 11 drones ukrainiens près de Zelenyi Gai dans la région de Nikolaev, Vernopol'e, Dolgen'koe, Malye Prokhody, Topolskoe, Chervonaya, Grushevka dans la région de Kharkov, Chernobayevka, Grozovoye, Novovladimirovka dans la région de Kherson et Aleksandropolie dans la RPL ;   
    • Les systèmes de défense aérienne russes ont abattu 9 missiles tactiques Tochka-U près de Tchernobaïevka dans la région de Kherson, Pervomaisk dans la RPD, Khoroshee, Slavyanoserbsk, Kalinovo, Troitsk et Stakhanov dans la RPL.
 Situation militaire en Ukraine au 6 juillet 2022

Situation militaire en Ukraine au 6 juillet 2022

---

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page