Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comment les guerres de l'information britanniques secrètes ciblent la Russie, menaçant les civils et les journalistes (MintPress News)

par Kit Klarenberg 22 Septembre 2022, 18:52 Azov Valent Crimes de guerre Ukraine Grande-Bretagne Russie Néonazi Articles de Sam La Touch

Comment les guerres de l'information britanniques secrètes ciblent la Russie, menaçant les civils et les journalistes.
Article originel : How Covert British Information Wars Target Russia, Threatening Civilians and Journalists 
Par Kit Klarenberg
MintPress News,

Fin juillet, une interview choquante d'un combattant du bataillon Azov capturé a commencé à circuler en ligne.
 

Dans ce clip, le prisonnier de guerre affirme qu'Oleksiy Arestovych, autrefois conseiller clé du président ukrainien Volodymyr Zelensky, avait, avant la guerre, ordonné à son régiment néonazi (entre autres unités militaires) de perpétrer et de filmer des "meurtres brutaux" de soldats russes capturés dans le cadre d'une "campagne d'information".

Le combattant d'Azov a affirmé que le but de cet effort était de transmettre les images macabres à la Russie afin d'alimenter le sentiment anti-guerre au sein de la population, et donc les protestations et les troubles.

Les confessions et allégations incendiaires émanant de prisonniers de guerre doivent toujours être traitées avec un grand scepticisme. La probabilité qu'ils soient faits sous la contrainte et/ou qu'ils résultent d'un long entraînement est invariablement élevée. Néanmoins, il existe de bonnes raisons de ne pas rejeter par réflexe le témoignage du combattant anonyme.

Même si les médias occidentaux ne le disent pas, d'innombrables soldats russes ont été torturés et tués de la manière la plus sauvage qui soit après leur capture, chaque incident horrible représentant un grave crime de guerre. De nombreux rapports font état de prisonniers brûlés au chalumeau et/ou dont les yeux ont été arrachés avant l'exécution, et même ceux qui ont été maintenus en vie ont souvent reçu une balle dans les rotules pour les rendre infirmes à vie. Les clips d'accompagnement sont volumineux et ont beaucoup circulé.

Dès lors, on ne peut que se demander s'il s'agit d'une stratégie propre à Kiev, plutôt que de l'action isolée et vengeresse de soldats ou d'unités individuelles, d'autant plus que de nombreux responsables ont proféré de terribles menaces publiques quant au sort qui attend les Russes s'ils participent à la guerre. Par exemple, un médecin principal du champ de bataille a déclaré aux médias d'État ukrainiens, fin mars, qu'il avait ordonné à son personnel de castrer les captifs, car ils étaient des "cafards".

Au fil des ans, Arestovitch a également fait de nombreux commentaires profondément inquiétants approuvant l'Etat islamique, en particulier la "cruauté pour le spectacle" du groupe terroriste, qu'il considère comme une "stratégie judicieuse".

"Ils agissent très correctement... Ces méthodes, le monde en a besoin, même si cela signifie du terrorisme, des niveaux médiévaux de cruauté, brûler des gens vivants, les abattre ou leur couper la tête. C'est absolument la voie de l'avenir", a-t-il déclaré dans une interview télévisée.

Plus convaincant encore, des documents ayant fait l'objet d'une fuite et examinés par MintPress montrent que des plans secrets visant à "gagner en influence" auprès des Russes et à les retourner contre la guerre et leur gouvernement ont été élaborés par un obscur entrepreneur des services de renseignement britanniques, dirigé par un individu intimement lié à un précédent effort clandestin visant à atteindre le même objectif, en utilisant la propagande d'atrocités de la crise syrienne, dans laquelle l'Ukraine jouait également un rôle central.

Comme nous le verrons, il n'y a aucune raison de croire que cet effort ne sera que contre-productif et qu'il mettra en péril la liberté, voire la vie, des Russes, tout en enhardissant considérablement le Kremlin et en favorisant ses objectifs informationnels.

Un flot d'opportunités narratives

Les propositions ont été élaborées par Valent Projects, dont MintPress a révélé en juillet qu'il menait une sinistre opération de censure des médias sociaux pour le compte de l'USAID, l'agence de renseignement étatsunienne, en collaboration avec Chemonics International, dont le propre fondateur a admis qu'elle avait été créée pour qu'il puisse "avoir sa propre CIA". L'entrepreneur était le principal canal par lequel les fonds et les équipements étatsuniens parvenaient au faux groupe humanitaire syrien des Casques blancs.

Soumis au Fonds de partenariat pour une Ukraine résiliente, un mécanisme de soutien créé par les gouvernements de la Grande-Bretagne, du Canada, de la Suède, de la Suisse et des États-Unis, le duo s'est engagé à "cartographier les audiences critiques pour les efforts du Kremlin, et à identifier les possibilités.

Les décideurs clés des ministères de la défense et des affaires étrangères, ainsi que le bureau du président, disposeraient ainsi d'un flux d'"opportunités narratives" leur permettant d'"influencer" et d'"engager" le public non seulement en Russie, mais aussi dans "d'autres États clés", dont l'Inde et la Turquie, par le biais des médias d'information et des médias sociaux.

Valent s'est engagé à identifier non seulement les cibles démographiques potentielles, mais aussi "leurs visions du monde dominantes, la manière dont elles accèdent à l'information et les récits susceptibles de les influencer", et à surveiller leurs interactions en ligne en temps réel, notamment en identifiant les cas où "des publics clés expriment une tension potentielle avec les positions officielles", ce qui pourrait être exploité par Kiev.

Ces données pourraient être segmentées pour les différents ministères, si par exemple les chefs de la Défense étaient "intéressés par des publics différents" de leurs homologues des Affaires étrangères. Globalement, l'ensemble de l'administration ukrainienne serait en mesure, selon les promesses, de "modifier de manière mesurable l'attitude et le comportement des publics russes clés" avec l'aide de Valent.

Bien que le document ne mentionne pas que ce dispositif soit utilisé pour faire avancer les plans macabres d'Arestovitch, il constituerait certainement un moyen efficace de les réaliser. En outre, la proposition fait sinistrement écho à une opération menée par l'entreprise de renseignement britannique InCoStrat pendant la crise syrienne, dirigée par Amil Khan, fondateur et chef de Valent.

Baptisée "Project Aurelius", elle visait à "augmenter le coût pour les dirigeants russes d'une intervention soutenue ou accrue dans le conflit syrien en sensibilisant l'opinion publique russe aux coûts d'opportunité de leur intervention dans le conflit" - ce qui non seulement mettait fin à l'engagement militaire décisif du pays dans la sale guerre de l'Occident, mais déstabilisait le gouvernement en perturbant son "acte d'équilibre intérieur"....

Traduction SLT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page