Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Coronavirus : créer l'illusion d'une pandémie grâce aux tests de diagnostic (Nomorefakenews)

par Jon Rappoport 11 Avril 2020, 09:00 test Coronavirus Pandémie Allégations Diagnostic Articles de Sam La Touch

Confrontez les avec leurs propres mots !

 

---

Dans cet article, je vais présenter des citations de sources officielles concernant leurs propres tests de diagnostic du coronavirus. 
Je parle des failles fatales de ces tests.
Parce que le nombre de cas est basé sur ces tests (ou sur aucun test), tout "l'effet pandémique" a été créé à partir d'une fausse science.
Dans un moment de vérité, un pro de la propagande pourrait murmurer à un collègue : 

"Vous savez, nous avons un excellent test de diagnostic pour le virus. 
Le test donne toutes sortes de résultats qui disent que cette personne est malade et que cette personne est malade. 
Des millions de personnes malades. 
Mais le test ne mesure pas vraiment cela. 
Le test est ridicule, mais ridicule en notre faveur. 
Il construit l'image d'une pandémie mondiale. 

Une excuse pour enfermer la planète et détruire les économies et les vies..."



Le test répandu pour le virus COVID-19 s'appelle la PCR. J'ai beaucoup écrit à ce sujet dans des articles précédents.
Passons maintenant à la littérature officielle publiée, et voyons ce qu'elle révèle.

 


Extrait de "CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel" :
"La détection de l'ARN viral peut ne pas indiquer la présence d'un virus infectieux ou que le 2019-nCoV est l'agent causal des symptômes cliniques."
Traduction : Un test positif ne garantit pas du tout que le virus COVID cause l'infection. Et, ahem, en lisant entre les lignes, peut-être que le virus COVID n'est pas du tout dans le corps du patient non plus.

 


De l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : "Guide technique sur la maladie à coronavirus (COVID-19) : Tests de laboratoire pour le 2019-nCoV chez l'homme" :

"Plusieurs tests qui détectent le 2019-nCoV ont été et sont actuellement en cours de développement, tant en interne que commercialement. Certains tests peuvent détecter uniquement le nouveau virus [COVID] et d'autres peuvent également détecter d'autres souches (par exemple le SRAS-CoV) qui sont génétiquement similaires".

Traduction : Certains tests PCR sont positifs pour des types de coronavirus qui n'ont rien à voir avec le COVID, y compris les vieux coronas qui ne causent rien de plus qu'un rhume.



Le document de l'OMS ajoute cette petite pièce : "Limites d'utilisation du protocole : Les échantillons cliniques facultatifs pour les tests n'ont pas encore été validés".
Traduction : Nous ne sommes pas sûrs des échantillons de tissus à prélever sur le patient pour que le test soit valable.

De la FDA : "LabCorp COVID-19RT-PCR test EUA Summary : ACCELERATED EMERGENCY USE AUTHORIZATION (EUA) SUMMARYCOVID-19 RT-PCR TEST (LABORATORY CORPORATION OF AMERICA)" [3] :
"...Le SARS-CoV-2RNA [virus COVID] est généralement détectable dans les échantillons respiratoires pendant la phase aiguë de l'infection. 

Des résultats positifs indiquent la présence de l'ARN du CoV-2-SARS ; une corrélation clinique avec les antécédents du patient et d'autres informations diagnostiques est nécessaire pour déterminer l'état d'infection du patient... 
L'AGENT DÉTECTÉ NE PEUT PAS ÊTRE LA CAUSE DÉFINIE DE LA MALADIE (les capitales sont de moi !). 
Les laboratoires des États-Unis et de ses territoires sont tenus de signaler tous les résultats positifs aux autorités de santé publique compétentes".
Traduction : D'une part, nous affirmons que le test peut "généralement" détecter la présence du virus COVID chez un patient. 

Mais nous admettons que "l'agent détecté" sur le test, par lequel nous entendons le COVID, "peut ne pas être la cause certaine de la maladie". 
Nous admettons également que, sauf si le patient a une infection aiguë, nous ne pouvons pas trouver le COVID. Par conséquent, l'idée de "patients asymptomatiques" confirmés par le test est absurde. 
Et même si un test positif pour la COVID peut ne pas indiquer la cause réelle de la maladie, tous les tests positifs doivent être déclarés - et ils seront comptés comme des "cas de COVID". Quoi qu'il en soit.

 

 



D'un fabricant d'éléments de kits de tests PCR, Creative Diagnostics, "SARS-CoV-2 Coronavirus Multiplex RT-qPCR Kit" :
"Statut réglementaire : Pour la recherche uniquement, pas pour les procédures de diagnostic".
Traduction : N'utilisez pas le résultat du test seul pour diagnostiquer une infection ou une maladie. Oups.

"interférence non spécifique du virus de la grippe A (H1N1), du virus de la grippe B (Yamagata), du virus respiratoire syncytial (type B), de l'adénovirus respiratoire (type 3, type 7), du virus parainfluenza (type 2), de Mycoplasma Pneumoniae, de Chlamydia Pneumoniae, etc.

Traduction : Bien que cette société affirme que le test peut détecter le COVID, elle affirme également que le test peut se révéler FAUSSEMENT positif si le patient a dans son corps un des nombreux autres virus non pertinents. Qu'est-ce que le test prouve alors ? Qui sait ? Tirez à pile ou face.

"Application Qualitative"

Traduction : Cela signifie clairement que le test n'est pas adapté pour détecter la quantité de virus présente dans l'organisme du patient. Je vous expliquerai l'importance de cette admission dans une minute.

"Le résultat de détection de ce produit est uniquement destiné à servir de référence clinique, et il ne doit pas être utilisé comme seule preuve pour le diagnostic et le traitement cliniques. La prise en charge clinique des patients doit être envisagée en combinaison avec leurs symptômes/signes, leurs antécédents, les autres tests de laboratoire et les réponses au traitement. 

Les résultats de la détection ne doivent pas être utilisés directement comme preuve pour le diagnostic clinique, et sont uniquement destinés à servir de référence aux cliniciens".
Traduction : N'utilisez pas le test comme base exclusive pour diagnostiquer une personne atteinte de COVID. 

Et pourtant, c'est exactement ce que font les autorités sanitaires dans le monde entier. 
Tous les tests positifs doivent être signalés aux agences gouvernementales, et ils sont comptés comme des cas de COVID".

Ces citations, provenant de sources gouvernementales et de tests officiels, torpillent toute la base "scientifique" du test.
Et maintenant, j'ajouterai un autre coup mortel : le test n'a jamais été validé correctement en tant qu'instrument de détection des maladies. 

Même en supposant qu'il puisse détecter la présence du virus COVID chez un patient, il ne montre pas COMMENT BEAUCOUP de virus est présent dans le corps. 
Et c'est là l'essentiel, car pour pouvoir commencer à parler de la maladie dans le monde réel, et non dans un laboratoire, il faudrait que le patient ait des millions et des millions de virus qui se répliquent activement dans son corps.
Les partisans du test affirment qu'il PEUT mesurer la quantité de virus dans l'organisme. 

Ce à quoi je réponds : prouvez-le.
Prouvez-le d'une manière qui aurait dû être prouvée il y a des décennies - mais ne l'a jamais été.
Prenez cinq cents personnes et prélevez des échantillons de tissus sur elles. 

Les personnes qui prélèvent les échantillons ne font PAS le test. 
Les testeurs ne sauront jamais qui sont les patients et dans quel état ils se trouvent.

Les testeurs effectuent leur PCR sur les échantillons de tissus. 

Dans chaque cas, ils disent quel virus ils ont trouvé et COMMENT ils en ont trouvé BEAUCOUP.
"Très bien, chez les patients 24, 46, 65, 76, 87 et 93, nous avons trouvé beaucoup de virus."

Maintenant, nous rendons ces patients aveugles. Ils devraient tous être malades, parce qu'ils ont tellement de virus qui se répliquent dans leur corps. Sont-ils malades ? Courent-ils des marathons ? 

C'est ce que nous allons découvrir.

Cette vérification OBVISOIRE du test n'a jamais été faite. C'est un énorme scandale. 

Où sont les résultats du test contrôlé sur 500 patients, un millier de patients ? Nulle part.
Le test est une fraude non prouvée.
Et, par conséquent, la pandémie de COVID, qui est censée être basée sur ce test, est également une fraude.

"Mais...mais...et tous les malades et les mourants...pourquoi sont-ils malades ?"
J'ai écrit des milliers de mots pour répondre à cette question, dans des articles précédents. 

UN NOMBRE de maladies - aucune n'impliquant le COVID, et la plupart impliquant de vieilles maladies traditionnelles - rendent les gens malades.

Traduction : La Table ronde sous le titre "Les tests au Covid-19 sont une fraude"

 

Sources:
[1]: FDA (link)
[2]: OMS (link)
[3]: FDA (link)
[4]: Creative diagnostic.com (link)  

*A propos de Jon Rappoport :

Jon Rappoport travaille comme journaliste d'investigation indépendant depuis 30 ans.

Il a écrit des articles sur la politique, la santé, les médias, la culture et l'art pour LA Weekly, Spin Magazine, Stern, Village Voice, Nexus, CBS Healthwatch, et d'autres journaux et magazines aux États-Unis et en Europe.

En 1982, le LA Weekly a soumis son nom pour un prix Pulitzer, pour son interview avec le président de l'université du Salvador, où les militaires avaient pris le contrôle du campus.

Jon a animé, produit et écrit des programmes et des segments de radio à Los Angeles et à Las Vegas (KPFK, KLAV). Il a été invité à participer à plus de 200 émissions de radio et de télévision, dont Nightline sur ABC, Tony Brown's Journal (PBS) et Hard Copy.

En 1994, Jon s'est présenté au Congrès étatsunien depuis le 29e district de Los Angeles.  Après six mois de campagne, avec un très petit budget, il a recueilli 20 % des voix contre un député sortant qui occupait son siège depuis 20 ans.

En 1996, Jon a lancé le Grand Boycott, contre huit géants de l'industrie chimique : Monsanto, Dow, Du Pont, Bayer, Hoechst, Rhone-Poulenc, Imperial Chemical Industries et Ciba-Geigy.  Le boycott se poursuit aujourd'hui.

Jon a donné de nombreuses conférences sur la question dans tous les États-Unis : Qui dirige le monde et que pouvons-nous y faire ?

Depuis le lancement de NoMoreFakeNews.com en 2000 (note : les archives 2000 - 2009 sont [à rétablir]), Jon s'est largement éloigné du courant dominant car, comme il le dit, "mes recherches n'étaient pas favorables aux médias conventionnels".

Les articles du blog subissent encore les fourches caudines de la censure cachée via leur déréférencement par des moteurs de recherche tels que Yahoo, Qwant, Bing, Duckduckgo. Pour en avoir le coeur net, tapez le titre de cet article dans ces moteurs de recherche (plus de 24h après sa publication), vous remarquerez qu'il n'est pas référencé si ce n'est par d'autres sites qui ont rediffusé notre article.
- Contrairement à Google, Yahoo & Co boycottent et censurent les articles de SLT en les déréférençant complètement !
- Les articles de SLT toujours déréférencés sur Yahoo, Bing, Duckdukgo, Qwant.
- Censure sur SLT : Les moteurs de recherche Yahoo, Bing et Duckduckgo déréférencent la quasi-totalité des articles du blog SLT !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page