Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des missiles de fabrication étatsunienne tirés par des avions de chasse israéliens en Syrie (FNA)

par FNA 2 Mai 2018, 19:53 Hama Alep Bombardements Israël USA Syrie Impérialisme Articles de Sam La Touch

Des missiles de fabrication étatsunienne tirés par des avions de chasse israéliens en Syrie
Article originel: US-Made Missiles Fired by Israeli Fighter Jets at Syria
Fars News Agency

Avion de chase israélien (c) Amir Cohen Reuters

Avion de chase israélien (c) Amir Cohen Reuters

TEHERAN (FNA) - Les avions de combat israéliens ont tiré des missiles guidés de fabrication étatsunienne lors des récentes frappes contre les positions de l'armée syrienne dans les provinces d'Alep et de Hama, a affirmé mercredi une source militaire.

Zaman al-Wasl, de langue arabe, a cité la source militaire en disant mercredi que les forces aériennes israéliennes ont utilisé des missiles de fabrication étatsunienne lors du raid de dimanche soir à Alep et Hama.

Il a ajouté que les mêmes missiles ont été utilisés lors des précédentes attaques d'Israël contre la Syrie.  

Les médias syriens ont rapporté dimanche soir que des "missiles ennemis" avaient frappé des cibles gouvernementales dans les provinces de Hama et d'Alep. Les rapports ne mentionnaient pas les victimes des frappes de missiles, ni qui était soupçonné de l'attaque.

Dans un flash d'information, la télévision d'Etat a déclaré que les attaques de missiles ont eu lieu à 22h30, heure locale. Plus tôt, la télévision d'Etat a déclaré que des explosions successives ont été entendues dans la province rurale de Hama et que les autorités enquêtaient sur la cause.

Les positions de l'armée syrienne ont fait l'objet d'attaques de missiles dans les provinces de Hama et d'Alep deux semaines après les attaques trilatérales des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France.

Plusieurs missiles ont frappé les dépôts d'armes du sud de Hama et de la région d'al-Malekieh au nord de l'aéroport d'Alep, selon des sources sur le terrain.

Personne n'a encore admis la responsabilité des bombardements, mais les médias d'information et les réseaux sociaux des militants ont déclaré que les États-Unis avaient tiré des missiles depuis le poste frontière d'Al-Tanf, dans l'est de la Syrie.

D'autres sources ont déclaré que les attaques de missiles ont été menées par les États-Unis en réponse aux avancées de l'armée syrienne à l'est de l'Euphrate contre les forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par les Kurdes.

D'autres sources ont indiqué qu'Israël, qui avait précédemment ciblé la base aérienne T4 dans la province de Homs où les troupes iraniennes étaient stationnées, est à l'origine des attaques de missiles.

Il n'y a pas encore de confirmation officielle de l'origine des tirs de missiles.

Le site Web syrien Tishrin rapporte également que neuf missiles balistiques ont été tirés depuis les bases étatsuniennes et britanniques du nord de la Jordanie sur les positions militaires de l'armée syrienne à Hama et Alep.

Sputnik en langue arabe a également rapporté que 12 soldats ont été tués et de nombreux autres blessés lors de l'attaque de missiles sur le dépôt d'armes de la Brigade 47 de l'armée syrienne dans la campagne de Hama.

D'autres rapports ce matin ont révélé que plus d'une douzaine de civils qui vivent dans un village adjacent à l'un des dépôts de Hama ont été tués lors du raid.

Le 14 avril, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé une série de frappes contre la Syrie en représailles à l'attaque chimique présumée du gouvernement syrien dans la ville de Douma. Les frappes ont eu lieu quelques heures avant que l'équipe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) arrive à Douma pour déterminer si des armes chimiques y ont effectivement été utilisées.

La Russie a déclaré que Moscou avait la preuve qu'il s'agissait d'une provocation et qu'elle avait été mise en scène par des ONG soutenues par l'Occident, y compris les Casques blancs. La Syrie a également rejeté toutes les accusations, qualifiant les rapports de fausses nouvelles visant uniquement à aider les terroristes et à justifier des frappes potentielles contre les forces gouvernementales syriennes.

Les responsables syriens ont nié à maintes reprises les allégations, faisant valoir que l'attaque chimique était organisée par des groupes terroristes et que le gouvernement n'avait pas besoin de telles mesures pour freiner les militants.

Deux avions de combat israéliens ont frappé la base militaire T4 en Syrie centrale depuis l'espace aérien libanais le 8 avril, tuant et blessant plus d'une douzaine de militaires, dont sept conseillers militaires iraniens. Les avions de guerre israéliens F-15 ont tiré huit missiles guidés, mais les unités de défense aérienne syriennes en ont abattu cinq avant de pouvoir atteindre la base aérienne. Trois des missiles ont atteint la partie ouest de l'aéroport militaire.

L'incident est survenu deux mois après qu'un chasseur F-16 israélien se soit écrasé après que la Syrie ait répondu par des tirs antiaériens à l'opération d'Israël sur son territoire. Damas a déclaré que sa base militaire était sous les tirs israéliens, et qu'elle a touché plusieurs avions en réponse.

Le régime de Tel-Aviv a lancé des attaques sporadiques contre diverses cibles sur le sol syrien au cours des dernières années, dans des assauts menés par Damas comme des tentatives de renforcer les groupes terroristes qui ont subi de lourdes défaites sur le champ de bataille par les forces du président Bachar Assad.

L'armée syrienne a également saisi des armes et du matériel militaire fabriqués par Israël auprès de militants qui combattent les forces pro-Damas à de nombreuses reprises depuis le début de la guerre des militants dans le pays. Israël a également admis avoir fourni des soins médicaux aux militants blessés en Syrie.

Traduction SLT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page