Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kharkiv : Le changement de jeu (SCF)

par Pepe Escobar 16 Septembre 2022, 18:20 Kharkiv Ukraine Guerre Russie OTAN Articles de Sam La Touch

Kharkiv : Le changement de jeu
Article originel : The Kharkov Game-Changer
Par Pepe Escobar
Strategic Culture Foundation

Note de SLT :
une version pro-russe qui nous dit que la Russie n'est pas vraiment entrée en guerre mais qu'elle pourrait le faire incessamment sous peu et metttre k.o l'état-major ukrainien mais visiblement elle ne le souhaite pas. Les deux camps se préparent-ils à une guerre chronique et d'usure ?

Les guerres ne sont pas gagnées par des opérations psychologiques. Demandez à l'Allemagne nazie. Il n'en reste pas moins que c'est un véritable scandale d'observer les médias de l'OTAN sur Kharkiv, jubilant à l'unisson sur " le coup de marteau qui met Poutine hors d'état de nuire ", " les Russes sont en difficulté " et autres inepties.
 

Les faits : Les forces russes se sont retirées du territoire de Kharkiv vers la rive gauche de la rivière Oskol, où elles sont maintenant retranchées. Une ligne Kharkiv-Donetsk-Lugansk semble être stable. Krasny Liman est menacé, assiégé par des forces ukrainiennes supérieures en nombre, mais pas de façon létale.

Personne - pas même Maria Zakharova, l'équivalent féminin contemporain d'Hermès, le messager des Dieux - ne sait ce que l'état-major russe (EGR) prévoit, dans ce cas comme dans tous les autres. S'ils disent le savoir, ils mentent.

En l'état actuel des choses, ce que l'on peut déduire avec un degré raisonnable de certitude, c'est qu'une ligne - Svyatogorsk-Krasny Liman-Yampol-Belogorovka - peut tenir suffisamment longtemps avec ses garnisons actuelles jusqu'à ce que des forces russes fraîches puissent intervenir et forcer les Ukrainiens à reculer au-delà de la ligne Seversky Donets.

L'enfer s'est déchaîné - virtuellement - sur Kharkiv. Les républiques populaires et la Russie n'ont jamais eu assez d'hommes pour défendre une ligne de front de 1 000 km de long. L'ensemble des capacités de renseignement de l'OTAN l'a remarqué - et en a profité.

Il n'y avait pas de forces armées russes dans ces localités : seulement Rosgvardia, et celles-ci ne sont pas formées pour combattre des forces militaires. Kiev a attaqué avec un avantage d'environ 5 contre 1. Les forces alliées ont battu en retraite pour éviter l'encerclement. Il n'y a pas de pertes de troupes russes car il n'y avait pas de troupes russes dans la région.
 

On peut penser qu'il s'agit d'un cas unique. Les forces de Kiev dirigées par l'OTAN ne peuvent tout simplement pas refaire le même coup dans le Donbass, à Kherson ou à Mariupol. Toutes ces zones sont protégées par de solides unités régulières de l'armée russe.

Il est pratiquement acquis que si les Ukrainiens restent autour de Kharkiv et Izyum, ils seront pulvérisés par l'artillerie massive russe. L'analyste militaire Konstantin Sivkov affirme que "la plupart des formations des forces armées ukrainiennes prêtes au combat sont maintenant clouées au sol (...) nous avons réussi à les attirer au grand jour et nous les détruisons maintenant systématiquement."

Les forces ukrainiennes dirigées par l'OTAN, bourrées de mercenaires de l'OTAN, ont passé 6 mois à accumuler des équipements et à réserver des ressources formées exactement pour ce moment de Kharkiv - tout en envoyant des éléments jetables dans un énorme hachoir à viande. Il sera très difficile de maintenir une ligne d'assemblage de moyens importants et de premier ordre pour réaliser à nouveau une opération similaire.

Les prochains jours montreront si Kharkiv et Izyum sont liés à une poussée beaucoup plus importante de l'OTAN. L'ambiance dans l'UE contrôlée par l'OTAN est proche du rang de désespoir. Il est fort possible que cette contre-offensive signifie que l'OTAN entre dans la guerre pour de bon, tout en affichant un déni plausible assez ténu : leur voile de - faux - secret ne peut pas dissimuler la présence de " conseillers " et de mercenaires dans tout le spectre.

La décommunisation comme désénergie

L'opération militaire spéciale, conceptuellement, n'a pas pour but de conquérir un territoire en soi : il s'agit, ou il s'agissait jusqu'à présent, de protéger les citoyens russophones dans les territoires occupés, c'est-à-dire de démilitariser et de dénazifier.

Ce concept est peut-être sur le point d'être modifié. Et c'est là qu'intervient le débat tortueux et délicat sur la mobilisation de la Russie. Pourtant, même une mobilisation partielle n'est peut-être pas nécessaire : ce qu'il faut, ce sont des réserves pour permettre aux forces alliées de couvrir les lignes arrière/défensives. Les combattants purs et durs du type du contingent Kadyrov continueraient à jouer l'offensive.

Il est indéniable que les troupes russes ont perdu un nœud stratégique important à Izyum. Sans lui, la libération complète du Donbass devient nettement plus difficile.

Pourtant, pour le collectif occidental, dont la carcasse se traîne à l'intérieur d'une vaste bulle de simulacre, c'est l'"opération psychologique" qui compte beaucoup plus qu'une avancée militaire mineure : ainsi, toute cette jubilation de l'Ukraine à pouvoir chasser les Russes de l'ensemble de Kharkiv en seulement quatre jours - alors qu'ils avaient six mois pour libérer le Donbass, et qu'ils ne l'ont pas fait.

Ainsi, à travers l'Occident, la perception dominante - fomentée frénétiquement par les experts en opération psychologique - est que les militaires russes ont été frappés par ce "coup de marteau" et auront du mal à s'en remettre.
 

Kharkiv est tombé à point nommé, car l'hiver est proche, l'opinion publique était déjà lasse de la question ukrainienne et la machine de propagande avait besoin d'un coup de fouet pour faire tourner la machine à fabriquer des armes, qui coûte des milliards de dollars.

Pourtant, Kharkiv a peut-être forcé la main de Moscou pour qu'elle augmente la cadence de la douleur. Cela s'est produit grâce à quelques M. Kinzhals bien placés qui ont quitté la mer Noire et la mer Caspienne pour présenter leurs cartes de visite aux plus grandes centrales thermiques du nord-est et du centre de l'Ukraine (la plupart des infrastructures énergétiques se trouvent dans le sud-est).

La moitié de l'Ukraine a soudainement perdu l'électricité et l'eau. Les trains se sont arrêtés. Si Moscou décide de mettre hors service toutes les grandes sous-stations ukrainiennes en même temps, il suffira de quelques missiles pour démolir totalement le réseau énergétique ukrainien - ajoutant un nouveau sens à la "décommunisation" : la désexcitation.

Selon l'analyse d'un expert, "si des transformateurs de 110-330 kV sont endommagés, alors il ne sera presque jamais possible de les remettre en service (...) Et si cela se produit au moins dans 5 sous-stations en même temps, alors tout est kaput. L'âge de pierre pour toujours".

Le représentant du gouvernement russe Marat Bashirov a été beaucoup plus dur : "L'Ukraine est en train d'être plongée dans le 19e siècle. S'il n'y a pas de système énergétique, il n'y aura pas d'armée ukrainienne. Le fait est que le général Volt est entré en guerre, suivi du général Moroz ("gel").

Et c'est ainsi que nous pourrions finalement entrer en territoire de "vraie guerre" - comme dans la fameuse boutade de Poutine selon laquelle "nous n'avons encore rien commencé".

Une réponse définitive sera donnée par le commandement russe dans les prochains jours.

Une fois de plus, un débat enflammé fait rage sur ce que la Russie fera ensuite (le commandement russe, après tout, est impénétrable, sauf pour Yoda Patrushev).

Le commandement russe peut opter pour une frappe stratégique sérieuse du type décapitant ailleurs - comme pour changer le sujet pour le pire (pour l'OTAN).

Il peut opter pour l'envoi de troupes supplémentaires pour protéger la ligne de front (sans mobilisation partielle).

Et surtout, il peut élargir le mandat de l'OMU - en passant à la destruction totale des infrastructures ukrainiennes de transport et d'énergie, des gisements de gaz aux centrales thermiques, en passant par les sous-stations, et en fermant les centrales nucléaires.

Enfin, il pourrait toujours s'agir d'un mélange de tout ce qui précède : une version russe de "Shock and Awe" (choc et effroi) générant une catastrophe socio-économique sans précédent. Cela a déjà été télégraphié par Moscou : nous pouvons vous ramener à l'âge de pierre à tout moment et en quelques heures (c'est moi qui souligne). Vos villes accueilleront l'hiver général avec un chauffage nul, de l'eau glacée, des coupures de courant et aucune connectivité.

 

Une opération antiterroriste

Tous les regards sont tournés vers les "centres de décision" - comme à Kiev - qui pourraient bientôt recevoir la visite de Kinzhal. Cela signifierait que Moscou en a assez. Les siloviki l'ont certainement fait. Mais nous n'en sommes pas encore là. Car pour un Poutine éminemment diplomate, le vrai jeu tourne autour de ces fournitures de gaz à l'UE, ce jouet chétif de la politique étrangère étatsunienne.

Poutine est certainement conscient que le front intérieur est soumis à une certaine pression. Il refuse toute mobilisation, même partielle. Un parfait indicateur de ce qui pourrait se passer en hiver est le référendum dans les territoires libérés. La date limite est le 4 novembre - le jour de l'unité nationale, une commémoration introduite en 2004 pour remplacer la célébration de la révolution d'octobre.

Avec l'adhésion de ces territoires à la Russie, toute contre-offensive ukrainienne serait qualifiée d'acte de guerre contre les régions incorporées à la Fédération de Russie. Tout le monde sait ce que cela signifie.

Il peut maintenant être douloureusement évident que lorsque l'Occident collectif mène une guerre - hybride et cinétique, avec tout ce qui va des renseignements massifs aux données satellitaires et aux hordes de mercenaires - contre vous, et que vous insistez pour mener une opération militaire spéciale vaguement définie, vous risquez d'avoir de mauvaises surprises.

Il se peut donc que le statut de l'OMU soit sur le point de changer : elle va devenir une opération antiterroriste.

C'est une guerre existentielle. C'est agir ou de mourir. L'objectif géopolitique/géoéconomique étatsunien, pour le dire crûment, est de détruire l'unité russe, d'imposer un changement de régime et de piller toutes ces immenses ressources naturelles. Les Ukrainiens ne sont que de la chair à canon : dans une sorte de remake tordu de l'Histoire, les équivalents modernes de la pyramide de crânes que Timur a cimentée en 120 tours lorsqu'il a rasé Bagdad en 1401.

Il faudra peut-être un "coup de marteau" pour que le commandement russe se réveille. Tôt ou tard, les gants - de velours ou autres - seront retirés. Exit l'opération militaire spéciale. Cela marquera l'entrée en guerre.

Traduction SLT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page