Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Laboratoire suisse : le poison des Skripal n'a jamais été développé en Russie et provient probablement de l'arsenal de l'OTAN (Epoch Times)

par Epoch Times 14 Avril 2018, 19:46 Skripal Novitchok BZ Laboratoire Suisse OTAN Grande-Bretagne Articles de Sam La Touch

Laboratoire suisse : le poison des Skripal n'a jamais été développé en Russie et provient probablement de l'arsenal de l'OTAN.
Article originel : Schweizer Labor: Das Skripal-Gift wurde nie in Russland entwickelt und stammt wohl aus dem NATO-Arsenal
Epochtimes


Traduction SLT

Laboratoire suisse : le poison des Skripal n'a jamais été développé en Russie et provient probablement de l'arsenal de l'OTAN (Epoch Times)

"Cela signifie qu'il appartenait à l'arsenal des forces armées des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'autres pays de l'OTAN. En Union Soviétique et en Russie, de telles substances chimiques n'ont jamais été développées." C'est ce qu'a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères en référence au laboratoire d'investigation en Suisse.

Selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov, le laboratoire suisse Spitz (Schweizerisches Institut für ABC-Schutz) a enquêté sur la toxine utilisée contre l'ancien agent Skripal.

Sergei Lavrov explique dans un briefing de sécurité : "Le 27 mars, les spécialistes de ce centre ont terminé l'enquête sur les échantillons prélevés par l'OIAC sur les lieux à Salisbury... Nous avons été informés confidentiellement par l'Institut Suisse de Protection ABC Spiez".

Sputnik a publié que le poison n'a pas été produit en Russie, mais appartient à l'arsenal des forces armées des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'autres États de l'OTAN :

"Je cite littéralement le rapport que ce laboratoire a envoyé à l'OIAC", explique le ministre des Affaires étrangères. "Au cours de l'enquête, des traces du produit chimique toxique BZ et de ses précurseurs, qui appartiennent aux armes chimiques de deuxième catégorie selon la Convention sur les armes chimiques, ont été détectées dans les échantillons".

"Le BZ est un poison neurotoxique qui provoque des dommages provisoires. L'effet psychotoxique se développe dans les 30 à 60 minutes après son ingestion et dure de deux à quatre jours", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

"Cela signifie qu'il appartenait à l'arsenal des forces armées des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'autres pays de l'OTAN. "En Union Soviétique et en Russie, de telles substances chimiques n'ont jamais été développées."

De plus, le poison neurotoxique A234, connu en Grande-Bretagne sous le nom de "Novitschok", a également été trouvé dans les échantillons mais "selon les spécialistes, la forte concentration évoquée de "Novitschok aurait inévitablement causé la mort".

Le laboratoire militaire britannique de Porton Down a également annoncé que l'origine russe du poison ne pouvait pas être prouvée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page