Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le quotidien turc Star dévoile un plan de désintégration de la Syrie planifié par cinq États : France, USA, Grande-Bretagne, Arabie saoudite et Jordanie (FNA)

par FNA 5 Mars 2018, 20:02 Balkanisation Syrie USA France Impérialisme Arabie Saoudite Grande-Bretagne Jordanie Déstabilisation Cable diplomatique Articles de Sam La Touch

Le quotidien turc Star dévoile un plan de désintégration de la Syrie par cinq États : France, USA, Grande-Bretagne, Arabie saoudite et Jordanie
Article originel : Turkish Daily Discloses Five-State Plan to Disintegrate Syria
Fars News Agency


Traduction SLT*

Macron Salman (BANDAR ALGALOUD  SAUDI ROYAL CO  ANADOLU AGENCY)

Macron Salman (BANDAR ALGALOUD SAUDI ROYAL CO ANADOLU AGENCY)

TEHERAN (FNA)- Un journal turc a révélé un plan de cinq pays (France, Grande.Bretagne, Etats-Unis, Jordanie et Arabie saoudite) pour désintégrer la Syrie.

Le quotidien de langue turque Star a affirmé lundi que les représentants des États-Unis, de Grande-Bretagne, de France, de Jordanie et d'Arabie saoudite ont eu une réunion secrète sur la Syrie à Washington.

Le document soutenait que pendant la réunion, les représentants de ces pays prévoyaient de diviser la Syrie, ajoutant que les représentants des Etats-Unis faisaient pression pour former un gouvernement autonome en Syrie de l'Est et du Nord.


Le plan en six étapes selon le quotidien Star inclut :
1- Formation d'un "État terroriste" en Syrie de l'Est et du Nord (allusion aux Kurdes).
2- Aider "l'Etat de terreur" à atteindre la Méditerranée.
3- Faire participer les Nations Unies à la formation et à la reconnaissance de la nouvelle nation.
4- Ne pas tenir compte des pourparlers de paix d'Astana et de Sochi.
5- Les Etats-Unis trouveront un bureau pour "l'Etat terroriste" à l'ONU.
6- Persuader la Turquie d'accepter le nouveau plan et de mettre fin aux opérations militaires dans le nord de la Syrie.

 


Selon le document, les régions où l'"État terroriste" (sous-entendant les forces kurdes) sera formé incluront les régions riches en pétrole de Deir Ezzor dans le nord-est de la Syrie.

Il a également ajouté que le Pentagone a accéléré les plans de désintégration de la Syrie après que la Turquie ait lancé son Opération "Rameau d'Olivier" contre les Kurdes dans le nord de la Syrie et tente de relier les régions contrôlées par les Kurdes syriens à la mer Méditerranée.

Le journal a également cité un rapport antérieur d'un journal libanais qui a écrit en février qu'il avait eu accès à un courriel de l'ambassade britannique aux États-Unis qui révélait le plan de Washington de désintégration de la Syrie.

Le journal de langue arabe al-Akhbar a écrit que les responsables étatsuniens et leurs alliés occidentaux ont décidé de mettre en œuvre un plan détaillé pour désintégrer la Syrie et prolonger la guerre dans le pays en poursuivant le déploiement sur les rives orientales de l'Euphrate.  

Dans un anglais un peu familier mais précis, Benjamin Norman - diplomate chargé du Moyen-Orient à l'ambassade britannique à Washington - rapporte dans un télégramme diplomatique confidentiel [1] la première réunion du "Small American Group on Syria" (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Arabie Saoudite et Jordanie), tenue à Washington le 11 janvier 2018.

Dans ce télégramme diplomatique (TD[1]) de cinq pages,  les détails de la "stratégie occidentale" en Syrie sont dévoilés : partition du pays, sabotage de Sochi, encadrement de la Turquie et instructions au Représentant spécial Staffan de Mistura qui dirige les négociations de Genève. Un document informel (8 pages) accompagne ce TD en prévision de la deuxième réunion du "Small Group". Elle s'est tenue à Paris le 23 janvier, principalement consacrée à l'utilisation des armes chimiques et aux "instructions" envoyées par le "Small American Group" à Staffan de Mistura.

 

Hugh Cleary (Chef du Département des Affaires Etrangères du Proche et Moyen Orient), Jérôme Bonnafont (Directeur ANMO/Afrique du Nord et Moyen-Orient au Quai d'Orsay), David Satterfield (Secrétaire d'Etat adjoint pour le Moyen-Orient) et le Jordanien Nawaf Tell et l'Saoudien Jamal al-Aqeel ont assisté à la réunion du 11 janvier à Washington. L'Etatsunien a ouvert la réunion en déclarant qu'une deuxième réunion se tiendrait à Paris le 23 janvier.

 

David Satterfield a confirmé que le Président Trump a décidé de maintenir une importante présence militaire étatsunienne en Syrie, malgré la victoire sur "l'Organisation de l'Etat islamique" (EI); le coût de cette maintenance étant fixé à 4 milliards de dollars par an. Il a déclaré que cette présence militaire étatsunienne devrait empêcher toute résurgence de l'EI mais surtout empêcher les Iraniens de ce qu'il a appelé une installation permanente et s'imposer dans la recherche d'une solution politique". Troisièmement, il a insisté sur le fait que la première réunion du "petit groupe sur la Syrie" devrait également apporter "un soutien matériel et politique à Staffan de Mistura pour" consolider le processus de Genève ".

Tous les participants se sont félicités de cette évolution très positive pour "faire des progrès substantiels en Syrie au cours de l'année 2018" et "répondre à la propagande d'une victoire russe". Ensuite, les participants ont insisté sur le "désir russe de parvenir à une solution politique" qui devait être utilisée pour rendre les objectifs du "petit groupe sur la Syrie" "plus opérationnels".

Les États-Unis ont noté qu'ils ne participeraient plus aux réunions d'Astana, après avoir réduit "leur participation à un niveau très faible, pour souligner leur engagement envers Genève"; en termes définitifs, il a été décidé de "tracer une ligne  sur Astana pour revenir à Genève". Ils ont alors estimé que jusqu'à présent "Genève restait un échec, malgré les efforts de Staffan de Mistura". Ils ont été très prudents quant à l'inclusion du cessez-le-feu dans les pourparlers de Genève : "la vérité est que nous n'avons tout simplement pas la capacité d'empêcher le régime de grignoter les poches de l'opposition. restant à Idlib et à l'est de Ghouta ".

Le quotidien turc Star dévoile un plan de désintégration de la Syrie planifié par cinq États : France, USA, Grande-Bretagne, Arabie saoudite et Jordanie (FNA)

La Télégramme diplomatique (TD) fait état de grands progrès "réalisés par l'opposition au cours des derniers mois", soulignant qu'"elle devra encore faire preuve de plus de souplesse pour s'assurer que le Régime ne quitte pas Genève (...) alors que les Etatsuniens n'appuient pas l'hypothèse d'un gouvernement de transition, comme le prévoit la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies ".

Le texte ajoute qu'"il serait toujours utile que l'opposition cesse d'agiter constamment cette hypothèse...". Il a également été convenu que "l'opposition devait être plus souple et cesser d'agiter l'épouvantail d'un gouvernement de transition sans changer l'objectif final de partitionner la Syrie et de quitter Bachar al-Assad".

 

Le représentant français - Jérôme Bonnafont - a posé le problème d'une éventuelle participation de Bachar al-Assad aux prochaines élections. David Satterfield a répondu que "l'objectif était de créer les conditions et les institutions qui permettraient des élections qu'Assad ne pourraient pas gagner".

Satterfield a ajouté qu'"il n' y a pas de raison flagrante" pour empêcher Assad d'être un candidat. Dans ces conditions, il s'agissait avant tout de tester les intentions de la Russie, notamment pour qu'elle puisse "amener le régime à discuter d'une nouvelle constitution, de la tenue d'élections libres sous le contrôle des Nations unies, et de la création d'un environnement susceptible de favoriser ces deux processus".

 

L'accord sans restriction de tous les membres du "petit groupe sur la Syrie" pour "ne plus se contenter des mots de miels de Lavrov, afin de mettre Moscou sous pression". Pour Satterfield, il s'agit de faire en sorte que les Russes libèrent Assad, "par le biais de réunions du Conseil de sécurité et d'une vaste campagne de communication publique", estimant que la réélection annoncée de Vladimir Poutine a eu un effet positif sur la position russe.

L'une des conclusions de cette première réunion du "Small Group" est parfaitement claire : "revigorer Genève pour que Sotchi devienne hors de propos"; la France exige plus de "transparence sur la position russe". Mais il n'est toujours pas question de s'opposer "frontalement" à Sotchi "avec l'avantage de réunir une part significative de la société civile syrienne", de ramener les "contributions les plus positives à Genève, de renouveler et de relancer ce format de Genève.

Les Saoudiens ont mis en garde contre un "risque de fragmentation des différents groupes d'opposition et ont demandé une aide pour maintenir la cohésion de l'opposition". Satterfield a répondu que leurs représentants devraient "s'impliquer davantage dans la recherche d'une solution politique plutôt que de bénéficier de salaires élevés et de longs séjours dans des hôtels agréables". La France a soutenu cette remarque en mettant l'accent sur la "communication". A cet égard, le TD britannique fait le commentaire suivant : "Malheureusement, la Cinquième République française n'est pas destinée à financer cet effort," les représentants britanniques rappelant "que la communication de l'opposition a été financée en premier lieu par... le Royaume-Uni ".

 

David Satterfield a ensuite expliqué que l'opposition turque aux "Unités de protection du peuple kurde (YPG)" empêchait les Kurdes de participer à Genève. Tout en comprenant la position d'Ankara, il a souligné que "nous ne pouvions pas ignorer un groupe qui contrôle un tiers de la Syrie (sic) et a pris la plus grande part dans la lutte contre l'EI".

Il a expliqué que "les Etatsuniens cherchaient à établir un leadership multiethnique dans le nord-est de la Syrie pour diluer l'hégémonie du GPJ". D'autre part, il était nécessaire d'imposer les FDS (Forces Démocratiques Syriennes, principalement kurdes et sous contrôle étatsunien) dans le processus de Genève.

 

Commentaire de l'auteur du TD : "Je crois savoir que les États-Unis nommeront William (Bill) Roebuck, leur ancien ambassadeur à Bahreïn, représentant spécial du FDS. Je vais suivre, mais il ne faut pas oublier - d'après les discussions séparées que nous avons eues, par exemple avec Fiona Hill - que les relations entre les États-Unis et la Turquie sont déjà mauvaises et qu'il est peu probable qu'elles s'améliorent. Par conséquent, les Etatsuniens ne sont pas dans la meilleure position pour faire - en solo - le grand travail avec les FDS et Ankara".

L'objectif est clairement défini : "amener Staffan de Mistura à accepter à Genève une structure tripartite intégrant l'opposition, Assad et le FDS".

En outre, le Secrétaire d'Etat adjoint indique qu'un "Document informel - Revitaliser la voie politique syrienne à Genève  - sera communiqué à Staffan de Mistura avant la réunion du 23 janvier à Paris" afin de mettre les Russes au pied du mur ". Ce document comprend : "une feuille de route politique, les éléments d'une réforme constitutionnelle, la structure de supervision électorale des Nations Unies et les lignes directrices pour l'établissement d'un environnement pacifique".

Pour leur part, les Jordaniens ont appelé cette session de "Petit Groupe sur la Syrie" de "réunion publique la plus secrète de tous les temps." Et l'auteur du TD conclut : "Pour le moment, nous devons garder un groupe composé uniquement des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Arabie Saoudite et de la Jordanie. Le prochain invité devrait être l'Egypte et l'Allemagne (pour qui nous avons plaidé). La Turquie devrait également rejoindre le groupe, mais la discussion avec ce pays risque d'être empoisonnée par les Kurdes, ce qui rendra plus difficile la neutralisation d'Astana. Il n'est donc pas urgent d'intégrer ces trois derniers pays."

 

Les observations finales de ce TD en disent long sur l'avenir de la stratégie occidentale en Syrie. Les trois conclusions clés soulignent "une réelle réaffirmation du leadership étatsunien dans les coulisses...". La deuxième perspective est de "maintenir la pression sur la Russie, même si la Russie ne peut pas convaincre Moscou de lâcher le régime comme nous l'avions espéré". À cet égard, "nous devons continuer - ce que nous faisons déjà - à dénoncer l'horrible situation humanitaire ainsi que la complicité russe dans la campagne de bombardement de cibles civiles. Enfin, conclut l'auteur du TD, "les Etatsuniens m'ont dit à quel point ils ont apprécié notre contribution et notre soutien au cours des derniers mois alors qu'ils finalisaient leur stratégie".

Cela n'augure pas d'une crise imminente en Syrie dans un contexte marqué par quatre évolutions majeures des plus inquiétantes.

 

1) Les Etats-Unis ont décidé de renforcer et de diversifier leur dispositif nucléaire. Le Pentagone a annoncé qu'il mettrait au point des armes nucléaires tactiques miniaturisées "pour s'adapter aux nouvelles menaces internationales". Le président iranien Hassan Rohani a répondu : "Comment peut-on parler de paix dans le monde tout en annonçant que l'on met au point de nouvelles armes nucléaires pour ses principaux ennemis ?

 

2) Les ministres de la Défense des pays de l'OTAN se sont mis d'accord les 14 et 15 février à Bruxelles sur les grandes lignes d'une nouvelle refonte des structures de commandement de l'Alliance atlantique. Cette "adaptation - la plus importante depuis la fin de la guerre froide", selon le secrétaire général Jens Stoltenberg, est proposée par l'armée étatsunienne. Elle vise à rendre l'Alliance plus efficace dans une crise de forte intensité. Il est clair qu'il vaut "mieux dissuader et répondre aux nouvelles menaces de certains Etats, d'abord et avant tout de la Russie".

 

3) Au lendemain de la destruction d'un avion de chasse israélien dans l'espace aérien syrien, et alors que la police israélienne exige l'inculpation du Premier ministre Benyamin Netanyahou pour corruption, Tel-Aviv accuse l'Iran de s'établir en Syrie et menace de multiplier ses opérations militaires. Ce n'est pas la première fois que le Premier ministre israélien - qui refuse de démissionner - utilise la résurgence des tensions régionales pour consolider son pouvoir personnel et son alliance avec l'extrême droite du pays.

 

4) Enfin, le soutien militaire de Washington aux Kurdes en Syrie continue de provoquer l'ire d'Ankara. La crise de confiance est consommée et l'axe turco-étatsunien est au bord de la rupture. Deuxième contingent de l'OTAN, l'armée turque devait accompagner le virage conservateur et anti-occidental après l'échec du coup d'Etat de juillet 2016. La mission a été confiée à un général avec des tendances conservatrices et islamistes à restructurer l'armée turque déstabilisée par les purges.

 

En fin de compte, le TD britannique reflète parfaitement la stratégie occidentale en Syrie : saboter les efforts de paix de Sochi, ajouter deux nouvelles guerres à la crise syrienne: celle des Turcs contre les Kurdes et celle des Israéliens contre l'Iran et le Hezbollah libanais. "Les Etatsuniens n'ont jamais admis leur défaite militaire en Syrie et ne veulent pas lâcher prise et surtout leur principal objectif stratégique, a déclaré un haut diplomate français, celui d'un démantèlement de la Syrie, le type de celui qui a été conduit en Irak et en Libye. Leur désir est d'armer les Kurdes pour contrôler les zones pétrolières de l'est de la Syrie afin d'influencer la reconstruction politique et économique du pays. La paix n'est pas pour demain.

1 Benjamin Norman/Foreign and Security Policy – Middle East/British Embassy – 3100 Massachusetts Avenue, NW/Washington DC/20008/USA. Phone : 202 588 6547/FTN : 8430 6547. Email : Benjamin.norman@fco.gov.uk

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page