Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mali : tout est à faire ? Non, tout est à refaire...

par Sam La Touch 2 Octobre 2013, 18:02 Mali Françafrique Afrique Touareg MNLA Djihadistes

Mali : tout est à faire ? Non, tout est à refaire...

Mali : Tout est à faire ? Non, tout est à refaire ..., par Gilles Devers


Depuis quelques jours, la situation se dégrade à vitesse grand V au Nord Mali. Kidal est redevenu le centre névralgique de la rébellion touareg, et ces deux derniers jours, ont éclaté des affrontements armés entre les soldats maliens et hommes du Mouvement national de libération de l'Azawad (le MNLA, mouvement de rébellion touareg). Une situation assez grave pour que les militaires de l'opération française Serval et de la mission de l'ONU, la Minusma, interviennent en renfort. Le colonel Gilles Jarron, porte-parole de l'état-major des armées français, a reconnu la réalité des affrontements à Kidal, décrivant « une situation tendue».

Dimanche, c’est Tombouctou qui a connu un attentat suicide, revendiquée lundi par les djihadistes de l’AQMI (al-Qaïda au Maghreb islamique). Un véhicule piégé a pu entrer dans une caserne de l'armée malienne faisant 16 morts parmi les militaires maliens, et plusieurs blessés.
Ces faits d’armes sont graves, et je veux bien croire que toutes les informations qui nous viennent sont fortement minorées. Et tout laisse penser que nous allons retrouver la situation au Mali à la une de l’actualité… pour la simple est bonne raison que la situation politique n’a pas été réglée, et qu’elle a sans doute envenimée.
Le MNLA de facto contrôle Kidal depuis des années, mais l’équilibre politique au Nord-Mali (une fois et demi la surface de la France) a basculé avec l’arrivée des djihadistes de la sphère libyenne, venue chercher la proie la plus faible. S’en était suivie une surenchère, et l’attaque vers le Sud, avec Bamako en ligne de mire. D’où l’intervention de l’armée française, qui aurait pu en rester à bloquer l’offensive, mais qui a décidé de partir au Nord, sans autre but que de « chasser les djihadistes ».
Ce que l’on a assez bien compris maintenant, c’est que l’armée française a vite avancé au Nord car elle avait dealé avec le MNLA sur le thème : « aidez-nous à faire dégager les djihadistes, et on confortera votre sort politique. De fait il est acquis que l’armée française a livré des armes et du carburant au MNLA, et que celui-ci a donné toute l’aide pour aider à combattre les intrus.
Après le départ des troupes françaises, c’est le MNLA qui a repris le contrôle de Kidal et des administrations. Un accord a ensuite été conclu pour permettre le retour des administrations nationales, mais la semaine dernière, le 26 septembre, les trois groupes armés signataires de l'accord ont annoncé qu'ils suspendaient leur participation aux discussions avec le gouvernement malien.
Le MNLA a toujours eu de fortes revendications pour le Nord-Mali, et les promesses de la DGSE ont été entendues comme celles d’une autonomie renforcée,… dont ne veut pas entendre parler le gouvernement de Bamako. La campagne présidentielle malienne a été conduite à marche forcée par le gouvernement française, alors que la situation politique n’était pas stable et ce en plein ramadan, avec un impact marginal dans le Nord Mali. Le président élu se garde bien d’apparaitre au Nord…
La France ne peut faire autrement que de conforter le MNLA, sinon le Nord-Mali reviendrait vite aux mains, des djihadistes, mais le MNLA demande la contrepartie de son jeu politique, par un statut d’autonomie qui est rejeté par le gouvernement malien. C’est toute la question.

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/

Mali : tout est à faire ? Non, tout est à refaire...

commentaires

Haut de page