Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Campagne Sarkozy 2007 : la justice suisse permet d’obtenir des preuves quant à un financement par la Libye (Blog Finance)

par Elisabeth Studer 21 Mars 2016, 20:33 Sarkozy Campagne Elections 2007 Financement Kadhafi France Libye Suisse

Campagne Sarkozy 2007 : la justice suisse permet d’obtenir des preuves quant à un financement par la Libye (Blog Finance)
Campagne Sarkozy 2007 : la justice suisse permet d’obtenir des preuves quant à un financement par la Libye
Par Elisabeth Studer
Blog Finance 

 

 

 

« Si  Ziad Takieddine a des preuves, qu’il les apporte » avait clamé en janvier 2013 Claude Guéant, s’insurgeant contre les allégations de ce dernier laissant entendre que la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 avait été financé en partie par des fonds libyens.

N’en déplaise à l’ancien Ministre de l’Intérieur, très proche de l’ancien Président, un arrêt du Tribunal fédéral émis par la justice suisse en février dernier a permis de faire avancer l’enquête sur le financement suspecté obscur de ladite campagne.

La vente d’une villa à un prix pour le moins surévalué est au coeur des soupçons.

Grâce à l’entraide judiciaire entre la Suisse et la France, les enquêteurs français ont eu accès le 4 février dernier à des documents obtenus en Suisse à la demande du Tribunal de grande instance de Paris. Cette « remise de moyens de preuve » permet d’établir avec certitude l’existence de transactions bancaires, alors que jusqu’à présent ces dernières ne faisaient l’objet que de soupçons.

Le Tribunal fédéral mentionne dans sa décision la vente d’une villa par l’Etat libyen par l’intermédiaire de deux sociétés en France. Il affirme par ailleurs que « ce contrat aurait été passé dans le but de détourner des fonds, le prix versé par la seconde entité précitée à la première ayant été sciemment surévalué ».

« L’utilisation, par les dirigeants d’une société, de fonds appartenant à celle-ci en vue d’obtenir une contreprestation d’une valeur qu’ils savent inférieure, peut a priori tomber sur le coup de la gestion déloyale« , estiment par ailleurs la justice helvétique.

Le Tribunal fédéral fait également état « de plusieurs flux financiers » dont le versement de 10’140’000 euros – montant qui correspond à la valeur de la villa, selon les estimations de plusieurs médias. Ces transactions ont été effectuées deux mois seulement après la signature du contrat de vente de la maison.

Les hypothèses des juges d’instruction français sur d’éventuelles ramifications helvétiques des versements occultes du régime Kadhafi en vue de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 se confirment ainsi.

C’est en avril 2013, que le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire sur des allégations de l’homme d’affaires – l’intermédiaire en armements – Ziad Takieddine. Ce dernier avait alors affirmé avoir des preuves du financement par la Libye de la campagne 2007 de l’homme politique.

L’information porte sur des chefs de « corruption active et passive », « trafic d’influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux » et « blanchiment, complicité et recel de ces infractions ».

A noter que l’actuel président de l’UMP a toujours démenti les dires de l’homme d’affaires franco-libanais. En janvier 2013, Claude Guéant avait quant à lui qualifié de  »pures affabulations » les accusations de Ziad Takieddine.  »Jamais quelque Libyen que ce soit, quelque autorité libyenne que ce soit, n’est passé par mon intermédiaire pour alimenter des enrichissements personnels ou bien la campagne de 2007″, avait alors martelé l’ancien ministre de l’intérieur.

« A l’époque, Nicolas Sarkozy était déjà considéré comme susceptible de se présenter à l’élection présidentielle et même susceptible de l’emporter, et il était normal déjà que des contacts se nouent comme il s’en nouait avec les représentants de beaucoup de chefs d’Etats et de gouvernements du monde entier, avait tenu à expliquer Claude Guéant. Ajoutant : « jamais il n’a été question entre nous de financement de quoi que ce soit [...], d’ailleurs, jamais il n’a été question de financement avec d’autres autorités libyennes. »

Des propos émis en réaction à la déclaration faite par Ziad Takieddine au juge Renaud Van Ruymbeke, selon laquelle il pouvait lui  »fournir les éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy » et que « le montant de cette aide dépasserait les 50 millions d’euros, somme un temps évoquée par l’un des fils du dictateur libyen » Mouammar Kadhafi.  »Oui la Libye a financé Sarkozy et Guéant », avait-il ajouté.

Tandis que Takkiedine clamait haut et fort que le colonel Kadhafi   avait pu financer la campagne électorale  de Nicolas Sarkozy en 2007, nous rappelions pour notre part ce que nous avions écrit ici-même en mars 2011.

Alors qu’à la suite de la décision de l’ONU d’autoriser le recours à la force contre la Libye, les capacités de défense anti-aérienne libyennes  avaient été « fortement endommagées » par les frappes de la coalition, il nous parut fort intéressant de rappeler que l’aviation militaire libyenne que Sarkozy affirmait alors haut et fort vouloir détruire … était  en partie constituée de Mirages renovés … grâce à un fabuleux contrat de « remise en vol« conclu en décembre 2006 … entre le Colonel Kadhafi et le groupe français Sofema, ce dernier assurant la coordination des interventions des industriels Dassault, Snecma (groupe Safran) et Thales.

Précisons que le contrat français de remise en état de 12 Mirage F1 de l’armée libyenne, représentait une centaine de millions d’euros de travaux sur une période d’intervention de 30 mois. Il avait reçu le soutien des services officiels français, selon déclaration faite par le général Bernard Norlin, président de Sofema.

Sofema groupe est pour sa part une société de services, privatisée en 2000, qui exporte du matériel aéronautique de défense et de sécurité et en assure le support logistique. En 2006, le groupe  était détenu à 22% par EADS, 12% par Safran, comptant parmi ses actionnaires (de 5 à 10% chacun) les autres principaux groupes industriels français de l’armement dont Dassault, Thales, DCN (ex-direction des constructions navales) et Nexter (ex-Giat Industries).

En octobre 2006, la Délégation générale pour l’armement (DGA) du ministère français de la Défense avait confirmé l’existence de discussions avec la Libye en vue de moderniser les armements libyens, dans le cadre de la coopération de défense renouée entre les deux pays en 2005.  Un accord visant à permettre la rénovation des armements français acquis par la Libye dans les années 70, avions F1 et bateaux Corvette, « serait en cours de discussion entre les deux pays », avait alors indiqué Paris.

L’accord de 2006 « visait surtout à permettre à la Libye de retrouver la capacité opérationnelle qu’elle avait avant l’embargo international sur les armes » entre 1986 et 2004, en particulier par la modernisation de 38 Mirage F1 achetés par la Libye entre 1978 et 1980, indiquait alors une source proche du dossier.

Or, en mars 2011,  le fils de Kadhafi affirmait que que ce contrat aurait pu faire bénéficier le clan Sarkozy de somptueuses commissions et retro-commissions … permettant de financer les frais de sa campagne 2007 …

Deux jours avant l’intervention de l’OTAN, Saïf al-Islam Kadhafi, le propre fils du dictateur avait en effet accusé, le premier, le président de la République française d’avoir reçu de l’argent libyen.

Déclarant dans un entretien accordé à la chaîne Euronews, le 18 mars 2011 :  » Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il oeuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçu. Rendez-nous notre argent. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. »

Le site bakchich.info affirmait quant à lui que les circonvolutions politiques et financières réalisées par la Sofema – à travers Ziad Takkiedine, « intervenant » notamment dans le cadre de l’affaire de Karachi - auraient eu pour objectifs d’ « empêcher que les com’ ne viennent garnir les finances électorales d’un hypothétique rival de Sarko, Michèle Alliot-Marie » .

Sources : AFP, Bakchih.info, Blog secret défense de Marianne2, I-Télé, AFP, Le Monde, DDM

Avertissement : victime de son succès (quelques milliers de visiteurs par jour), le blog de SLT subit une forme de censure sur le web depuis quinze jours. Il est présenté sur les navigateurs comme "potentiellement dangereux", ou comme une "contrefaçon" dissuadant les lecteurs de s'y rendre. Nous avons par conséquent perdu des milliers de lecteurs et sommes descendu à quelques centaines par jour rendant plus confidentiel le blog mais la lutte pour une information libre continue sur la prédation néocoloniale, le colonialisme, le racisme et l'impérialisme.

Haut de page