Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les flux financiers illicites font perdre à l'Afrique plus de 50 milliards de dollars par an (Pana)

par Pana 1 Avril 2014, 12:58 Afrique Flux financier Fuite des capitaux Multinationales

Les flux financiers illicites font perdre à l'Afrique plus de 50 milliards de dollars par an (Pana)
Les flux financiers illicites font perdre à l'Afrique plus de 50 milliards de dollars par an
Pana

Selon le rapport de ce groupe dirigé par l’ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, "Lutter efficacement contre – et réduire – les flux financiers illicites en provenance d’Afrique qui drainent le continent de 50 milliards de dollars américains chaque année exige un engagement politique et un leadership forts tant en Afrique que dans le reste du monde".

"Sans l’impact des flux financiers illicites sur son économie, l’Afrique aurait un Produit intérieur brut (PIB) de 16% plus élevé. Les flux financiers illicites affaiblissent les institutions gouvernementales et l’Etat de droit", indique le rapport, affirmant que les flux financiers illicites demeurent un sujet d’inquiétude tant pour les pays développés que pour ceux en développement en raison de leur impact sur les efforts de mobilisation des ressources, les politiques et législations applicables ainsi que la géopolitique internationale.

D’après le rapport, la majeure partie des flux financiers illicites est constituée des transactions commerciales alors que les activités criminelles, qui incluent le trafic de drogue, le racket, la contrefaçon, la contrebande et le financement du terrorisme sont un autre élément constitutif-clé des flux illicites. Les mouvements d’argent générés par les pots-de-vin et les abus de pouvoir par les autorités contribuent aux flux financiers illicites.

"Les pays africains, notamment ceux riches en ressources naturelles font souvent face à de très puissantes multinationales dont le chiffre d’affaires est de loin supérieur au PIB de certains pays du continent. Un cadre institutionnel inadéquat ou inexistant désavantage sérieusement ces pays dans leurs relations avec ces multinationales et le déséquilibre créé par cette situation donne à ces multinationales une influence disproportionnée sur les flux d’investissements entrants et la négociation des contrats, particulièrement en ce qui concerne l’extraction des ressources naturelles, situation encourageante des flux financiers illicites qui, en retour, ont un impact sur les politiques fiscales des gouvernements et la transparence des transactions financières", souligne le document.

Les réseaux criminels impliqués dans le blanchiment d’argent, le trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains recourent à présent à des transactions frauduleuses et à des moyens hautement sophistiqués pour arriver à leurs fins. Ils ont la capacité d’infiltrer et d’affaiblir les structures des Etats et d’occuper des positions d’influence dans certains pays d’Afrique, ajoute le rapport.

S’agissant de la corruption, le Groupe de haut niveau chargé de la question des flux financiers illicites indique qu’elle est une question transversale qui touche toutes les catégories de flux financiers illicites, mais il a cependant noté le rôle joué par certains acteurs du secteur privé qui, parfois, paient des pots-de-vin aux autorités ou essaient d’influencer les procédures d’attribution des marchés publics à travers des canaux personnels.

Les consultations entreprises par le Groupe ont révélé que beaucoup sont conscients de l’existence des moyens illicites utilisés pour drainer le continent de ses ressources. Cependant, l’inquiétude générale et la plainte exprimées à ce sujet concernent le manque de capacités nécessaires pour régler ce problème.

"Les flux financiers illicites ont des conséquences sérieuses sur le développement en Afrique, la plus frappante étant la perte des investissements et de revenus qui pourraient être utilisés pour financer les services publics, y compris les infrastructures, l’enseignement et la santé", souligne le rapport

"Ils constituent aussi une menace contre la stabilité et la sécurité vu qu’ils facilitent les activités criminelles, tel le trafic d’êtres humains, d’armes ou de drogue à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières. Un autre effet pernicieux de ces flux est la tentation pour certains pays africains de devenir des paradis fiscaux ou juridiques. C’est là l’équivalent de la course au moins-disant induite par les flux financiers illicites, s’agissant de l’exonération fiscale temporaire", selon la même source.

Le rapport conclut en disant qu’alors que le problème se manifeste de façon frappante en Afrique, sa résolution requiert la coopération internationale, notamment dans le domaine du renforcement des capacités sur le continent.

commentaires

Haut de page