Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

«Les USA voués à rester le gardien de la sécurité mondiale»: propagande médiatique et préparation à la guerre présentée comme une «initiative de paix» (True Publica)

par Graham Vanbergen 22 Février 2016, 22:02 USA Médias Propagande Impérialisme

Mark Urban est le rédacteur en matière de diplomatie et de défense de l’émission Newsnight de la BBC, dont la devise est « là où la lutte mondiale pour la paix et la sécurité fait l’objet de reportages incisifs et éclairés ».

Il vient d’écrire un article intitulé US remains reluctantly tied to global security role (Les USA voués à rester le gardien de la sécurité mondiale), dans la section US/Canada.

Urban commence son article comme suit :

« Les forces armées des USA sont sollicitées de toutes parts, à un point tel que même les 582 milliards de dollars (403 milliards de livres sterling) alloués au budget de la Défense plus tôt ce mois-ci ne suffiront pas à combler tous leurs besoins. De nouveaux problèmes, liés à la Russie et au soi-disant groupe État islamique (EI), obligent le Pentagone à revoir ses plans et à rouvrir le débat à savoir si ses alliés en font suffisamment. Un des éléments qui ressort du nouveau budget est que les dépenses affectées aux préparatifs militaires des USA en vue de défendre leurs alliés en Europe ont quadruplé. Lorsque le chef de l’Otan, le secrétaire général Jens Stoltenberg, affirme que l’alliance est confrontée au contexte de sécurité le plus préoccupant en une génération, ce à quoi il pense principalement, c’est au problème posé par la volonté nouvelle de s’affirmer de la Russie. »

Urban poursuit avec une citation :

« Les USA font ce qu’ils ont toujours fait – prêter main-forte aux Européens qui ne sont pas préparés à financer les programmes de défense comme ils le devraient, signale le général Sir Richard Shirreff, le militaire numéro deux de l’Otan jusqu’à il y a deux ans. Mais plus que cela, c’est une marque de reconnaissance que l’Europe est stratégiquement vitale pour les USA et qu’en retirant la dernière brigade renforcée des USA il y a quelques années, on est allé trop loin face à la menace réelle que Poutine représente. »

Urban se leurre. Les « nouveaux problèmes » en question sont auto-imposés. Daech, ce groupe terroriste bien financé introduit délibérément, est chargé de mener les opérations étasuniennes en Syrie. Pour sa part, la Russie n’a proféré aucune menace à l’encontre de l’Union européenne ou de ses membres.

Ce gardien de la sécurité mondiale dont nous parle la BBC, est-ce le même dont parlait Wesley Clark, ce général quatre étoiles retraité de l’armée des USA et commandant suprême des forces alliées de l’Otan, quand il a révélé que « Nous allons prendre sept pays en cinq ans : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran »? (Voir l’article éclairant de Global Research et l’interview filmée ICI).

Le Global Policy Forum a décrit la guerre récente en Libye en ces termes :

« La France et la Grande-Bretagne, à la tête d’une alliance de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, mènent en fait une guerre en Libye, sous le prétexte d’un mandat des Nations Unies. Les États-Unis ont lancé les premières salves contre la Libye de Kadhafi du haut des airs, puis ont en quelque sorte cédé leur place en laissant la Grande-Bretagne et la France poursuivre ce qui peut maintenant être considéré comme une guerre d’agression contre un État africain souverain, outrepassant ainsi le mandat de l’ONU. » Est-ce la description d’un gardien de la paix ou de la sécurité mondiale?

Une autre description de la sécurité assurée par les USA est fournie par Tony Cartalucci et Global Research : « Sans le moindre mandat de l’ONU ou même de prétexte cohérent, les États-Unis et leurs alliés régionaux ont commencé à bombarder unilatéralement des cibles en Syrie. »

À l’intérieur de la soi-disant coalition, ce sont les USA qui occupent le siège du pilote :

« En commanditant des groupes extrémistes qui combattent à l’intérieur de la Syrie comme État islamique, son rejeton le Front al-Nosra et d’autres factions alignées à Al-Qaïda, les USA ont ouvert un nouveau chapitre de l’histoire de l’anarchie mondiale. Contrairement aux autres campagnes de conquête militaire ouverte, les USA semblent avoir renoncé à se parer d’une autorisation de l’ONU ou encore d’une justification morale ou juridique, au profit d’une stratégie d’éparpillement en multipliant les prétextes pour commettre leur agression (tous aussi invraisemblables et même contradictoires dans bien des cas), en espérant qu’au moins un de ces prétextes collera. »

Être l’architecte de « l’anarchie mondiale » entre-t-il dans les attributions du gardien de la sécurité mondiale? Non, ne le crois pas non plus.

Le rapport de 2015 du Centre for International Strategic Studies intitulé ISIS and the Failed State Wars in Iraq and Syria rend compte de la montée d’État islamique et de ses conséquences dévastatrices pour l’Afghanistan, le Yémen, l’Irak, la Syrie et la Libye, qui ont tous subi des attaques barbares des USA (pensez à la puissance de feu des USA) ayant tué et déplacé des millions de civils innocents et laissé un vide au niveau du pouvoir, ce qui a permis aux voyous, aux gangsters et aux terroristes maniaques de prospérer.

Tout le projet d’Union européenne, dont l’objectif est d’assurer l’harmonie dans un continent en proie à des conflits depuis des siècles, est maintenant menacé, comme le décrit le magazine TIME dans un article sur la crise des migrants qui risque d’entraîner la chute de l’UE, et qui compare la situation à la chute de Rome. La crise des migrants est en majeure partie due à la politique étrangère des USA au Moyen-Orient et en Afrique, dans sa recherche égoïste et effrénée du pouvoir, de l’argent et de la gloire.

Lorsque Urban rapporte que les USA doivent « prêter main-forte aux Européens qui ne sont pas préparés à financer les programmes de défense comme ils le devraient », c’est une affirmation grossière et injustifiée qui repose sur une hypothèse surgissant des profondeurs de la propagande d’État. L’UE est plongée actuellement dans une crise existentielle sur le plan économique, à l’origine d’un programme d’austérité d’une ampleur sans précédent depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale. Elle consacre pourtant 2 % de son budget de 18,5 milles milliards de dollars (soit 370 milliards de dollars) à ses capacités militaires, même si elle n’est pas en guerre. Urban affirme que les USA ont renforcé le budget consacré à la défense de l’UE de 800 millions à 3,1 milliards de dollars, soit moins de 1 % du budget de l’UE. Les USA ont financé cette augmentation en retranchant 1,4 milliard de dollars de leur propre budget consacré aux services de santé des anciens combattants, qui effectuent près d’un million de consultations médicales par année et qui doivent composer avec plus de 8 000 suicides d’anciens combattants chaque année.

À titre de comparaison, ce pays en guerre permanente que sont les USA a annoncé que son budget militaire annuel s’établit maintenant à 726 milliards de dollars. Juste l’an dernier, les USA ont dépensé l’équivalent d’environ un million de livres sterling par jour depuis la naissance du Christ, dans des tueries de victimes innocentes partout dans le monde, tout en se gavant des profits tirés de la guerre. Le God Bless America prend ici un tout autre sens non dénué d’ironie.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, aucun État souverain n’a attaqué les USA, ce qui ne les a pas empêchés d’envahir, d’usurper, de déstabiliser ou de détruire une quarantaine de pays innocents, en laissant dans leur sillage des dizaines de millions de morts, de même qu’une destruction et une misère indescriptibles en se lançant dans cette voie dangereuse qui aurait pu être évitée.

Le professeur de géographie canadien et associé de recherche du CRM Jules Dufour a réalisé une étude publiée par Mondialisation.ca en 2007.* Il a établi que les USA ont des bases militaires dans 156 pays de par le monde. Ils possèdent 737 installations s’étendant sur 30 millions d’acres et comptant 255 000 membres du personnel militaire. La superficie totale occupée par les bases militaires des USA à l’intérieur du pays et à l’étranger est de l’ordre de 2 202 735 hectares, ce qui fait du Pentagone l’un des plus grands propriétaires fonciers au monde. La raison? Pour exercer un contrôle sur l’économie mondiale et les ressources naturelles.

La BBC décrit les USA comme un gardien de la sécurité mondiale somme toute réfractaire. Ce n’est rien d’autre que de la propagande flagrante et une utilisation abusive de l’argent des contribuables.

Graham Vanbergen

Haut de page