Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un porte-avions américain déployé en menace directe à la Corée du Nord (WSWS)

par Peter Symonds 11 Avril 2017, 21:25 Porte-avions Corée du Nord Impérialisme Trump USA

Un porte-avions américain déployé en menace directe à la Corée du Nord (WSWS)

Un porte-avions américain déployé en menace directe à la Corée du Nord

Par Peter Symonds
11 avril 2017

Tout juste quelques jours après le lancement de son attaque criminelle avec des missiles de croisière en Syrie, l’administration Trump a autorisé de manière provocatrice le porte-avions américain Carl Vinson, ainsi que son groupe de destroyers porteurs de missiles guidés et un croiseur, dans les eaux de la péninsule coréenne. Cette initiative est une menace militaire directe pour la Corée du Nord, qui était au sommet de l’ordre du jour en discussions le week-end dernier entre les présidents américains et chinois.

Un fonctionnaire américain sous anonymat a déclaré au Financial Times que le déploiement avait été conçu pour être une « manifestation de force ». Le groupe de frappe du porte-avions avait participé à des jeux conjoints de guerre entre les États-Unis et la Corée du Sud, mais se dirigeait vers le sud pour des escales en Australie avant de recevoir des ordres de retourner au nord de Singapour. The Navy Times a noté que « l’annonce des mouvements de transporteurs à l’avance est rare, et généralement faite pour envoyer un message clair. »

Le porte-parole du Commandement du Pacifique américain, Dave Benham, a déclaré que la décision était « une mesure prudente pour maintenir l’état de préparation et la présence dans le Pacifique occidental », et a fustigé la Corée du Nord en termes clairs : « La menace numéro un dans la région continue d’être la Corée du Nord », a-t-il déclaré, « en raison de son programme imprudent, irresponsable et déstabilisateur de tests de missiles et de la constitution d’un arsenal d’armes nucléaires. »

The Navy Times se vantait que « le groupe de frappe apporte une grande puissance de feu, y compris les capacités de frappe et de combat aérien des Hornets [avions de combat], des radars d’alerte, des capacités de guerre électronique, et plus de 300 tubes à missiles sur les escortes du porte-avions. »

L’envoi du Carl Vinson est une aggravation délibérée des tensions sur la péninsule coréenne à la suite de l’achèvement par l’administration de Trump d’une longue revue de la stratégie américaine à l’égard de la Corée du Nord. NBC a révélé vendredi dernier que trois options militaires étaient en cours d’examen : le retour des armes nucléaires américaines dans la péninsule coréenne, des attaques de « décapitation » pour tuer les dirigeants nord-coréens et les opérations secrètes en Corée du Nord afin de saboter les cibles nucléaires, militaires et industrielles.

S’exprimant sur « Fox News » dimanche, le conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump, le général H. R. McMaster a justifié le déploiement du Carl Vinson comme « prudent » et a ajouté : « Il s’agit d’un régime parasite qui est maintenant un régime nucléaire. Le président [nous] a demandé d’être prêts à lui donner toute une gamme d’options pour éliminer cette menace pour le peuple américain et nos alliés et partenaires dans la région. »

Citant des responsables américains, le Navy Times a rapporté que « le Pentagone et le Commandement du Pacifique des États-Unis ont affiné les plans pour les frappes militaires dans le Nord en tant qu’option, si le gouvernement veut poursuivre cette action. »

Toutes ces « options » hautement provocatrices menacent de déclencher une guerre dévastatrice dans la péninsule coréenne qui pourrait tuer des millions de gens. Le Navy Times a suggéré qu’« un conflit régional général » amènerait « les États-Unis et leurs alliés dans une confrontation frontale avec la Corée du Nord, mais peut-être aussi avec la Chine », c’est-à-dire un conflit entre les deux plus grandes économies du monde où tous les deux sont dotés des armes nucléaires.

Trump a sans aucun doute exploité la menace d’une action militaire contre la Corée du Nord pour faire pression sur le président chinois Xi Jinping pour qu’il prenne des mesures plus sévères contre le régime de Pyongyang. Parlant après les entretiens entre Trump et Xi le week-end dernier, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a déclaré hier sur CBS dans l’émission Face the Nation que Xi « comprend clairement […] que la situation s’est intensifiée et qu’elle a atteint un certain niveau de menace où l’on doit agir. »

Tillerson a exclu des discussions avec la Corée du Nord à l’heure actuelle, en disant seulement que « nous pouvons travailler ensemble avec les Chinois pour changer les conditions dans l’esprit de la direction de la RPDC [nord-coréenne] ». Mais si Pékin n’intimide pas Pyongyang afin qu’il accepte les demandes de Washington, Tillerson n’a laissé aucun doute que les États-Unis prendraient des mesures agressives contre la Corée du Nord. Trump a déclaré franchement au Financial Times la semaine dernière : « Si la Chine ne résout pas le problème de la Corée du Nord, nous le ferons. »

Dans un entretien accordé hier à l’émission ThisWeek d’ABC, la question a été posée à Tillerson si le développement nord-coréen d’un missile balistique intercontinental constituait « une ligne rouge. » Il a répondu avec inquiétude : « Si nous jugeons qu’ils ont perfectionné ce type de système de missiles, alors cela devient une étape très sérieuse pour leur développement ultérieur. »

Faisant un lien avec l’attentat de la semaine dernière sur la Syrie, Tillerson a déclaré : « Le message que n’importe quelle nation peut prendre en compte est : si vous violez les normes internationales, si vous violez les accords internationaux, si vous ne respectez pas vos engagements, si vous devenez une menace pour les autres, à un moment donné une riposte est susceptible d’être entreprise. »

Le régime nord-coréen a dénoncé les frappes des missiles américaines en Syrie comme « un acte d’agression impardonnable », ajoutant que « les États-Unis ne s’en prennent qu’aux pays sans armes nucléaires ». Un porte-parole a déclaré : « La réalité d’aujourd’hui montre qu’il faut résister au pouvoir par le pouvoir et il prouve un million de fois que notre décision de renforcer notre dissuasion nucléaire a été la bonne. »

En réalité, l’arsenal nucléaire limité de Pyongyang n’a fait que fournir à l’impérialisme américain un prétexte à une accumulation massive de ses forces militaires en Asie, qui ne sont pas principalement dirigées contre la Corée du Nord, mais la Chine. Trump poursuit et élargit le « pivot vers l’Asie » de l’administration Obama afin de garantir la domination américaine continue de la région Asie-Pacifique.

Alors que la Corée du Nord n’est pas la même que la Syrie, les États-Unis n’hésiteront pas à utiliser la force militaire contre Pyongyang pour favoriser leurs ambitions stratégiques. Le secrétaire des États-Unis à la Défense, James Mattis, a déjà averti la Corée du Nord que toute tentative d’utiliser ses armes nucléaires recevra une « réponse efficace et écrasante ». Le groupe de frappe du Carl Vinson à lui seul a la capacité de transporter et de fournir suffisamment d’armes nucléaires pour détruire toutes les capacités industrielles et militaires de la Corée du Nord.

En outre, personne ne devrait conclure que les frappes contre la Syrie empêcheront une attaque américaine contre la Corée du Nord. Damas et Pyongyang ne sont que les cibles indirectes d’une stratégie beaucoup plus large de subordination de la Russie et de la Chine – et donc de toute la masse continentale eurasienne – à l’hégémonie de l’impérialisme américain. Les luttes acharnées au sein de l’establishment politique, militaire et de renseignement américain sur les tactiques, qu’il s’agisse de se confronter à Moscou ou Pékin d’abord, n’excluent pas les attaques contre la Syrie et la Corée du Nord, avec des conséquences dévastatrices pour l’humanité.

(Article paru d’abord en anglais le 10 avril 2017)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page